[ Aérien ] Aéroport(s) de Normandie

Avion, bateau, péniche, vélo, piéton, etc... bref, tout ce qui permet de bouger.

Quelle stratégie aéroportuaire en Normandie ?

Maintien du statu quo
7
13%
Regroupement à  Deauville et fermeture de Caen, Rouen et Le Havre
14
26%
Grande plate-forme à  Deauville + un autre aéroport (préciser lequel)
8
15%
Rien du tout, Roissy et Notre-Dame-des-Landes encadrent assez bien la Normandie comme ça
13
25%
Autre solution (préciser laquelle)
1
2%
Sans opinion
10
19%
 
Nombre total de votes : 53

Messagepar G.E. » Ven 18 Juil 2008 07:28

L'aéroport de Deauville est sans doute situé dans le barycentre de la Normandie, mais il n'est accessible qu'en voiture. Je ne sais pas combien ce projet va coûter, mais ne serait-il pas judicieux de faire un minimum de travaux afin de concentrer l'argent sur la desserte de Roissy et l'accès au réseau TGV par exemple ?
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20438
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Messagepar guy21 » Ven 18 Juil 2008 07:34

gavatx76 a écrit:Guy21, attention, tu vas allumer la guerre à  ... Trouville! :lol:

Une seule solution dans ce cas: on fusionne les deux communes... :lol: Remarquez que c'est déjà  le cas sur les panneaux de l'A13...
Avatar de l’utilisateur
guy21
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2654
Enregistré le: Mar 14 Mar 2006 00:33
Localisation: 94

Messagepar gavatx76 » Ven 18 Juil 2008 10:58

guy21 a écrit:
gavatx76 a écrit:Guy21, attention, tu vas allumer la guerre à  ... Trouville! :lol:

Une seule solution dans ce cas: on fusionne les deux communes... :lol: Remarquez que c'est déjà  le cas sur les panneaux de l'A13...


Euh... Tu veux parler d'une absorption de Deauville par Trouville, le "marais" pour certains vieux trouvillais :lol: ?

Pour en revenir au sujet, G.E. a évidemment raison, les deux régions feraient mieux de privilégier les relations ferroviaires avec Roissy et les LGV. Mais comme il n'y a pas moyen d'y parvenir, elles préfèrent commencer par chez elles, donc essayer de concentrer les (rares) vols en un seul aéroport. :wink:
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3927
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar Auriom » Jeu 06 Nov 2008 09:54

Nouvel épisode du feuilleton "renforcement de l'aéroport de Deauville" : une volonté politique en ce sens n'a pas abouti, une fusion des chambres de commerce pourrait y parvenir.

Ouest-France a écrit:Un seul aéroport pour Deauville et Le Havre

La fusion des Chambres de commerce du pays d'Auge et du Havre devrait aboutir à  un aéroport unique à  Deauville et au désenclavement routier.

La réforme des Chambres de commerce, réactivée par le gouvernement depuis la rentrée, a réveillé les divisions dans le Calvados où la rivalité entre les aéroports de Caen (112 000 passagers commerciaux) et de Deauville (92 000 passagers commerciaux), rend quasiment impossible toute entente.

Tandis qu'ailleurs, les pourparlers de fusion vont bon train (Rouen - Elbeuf - Dieppe ou Dunkerque - Calais - Boulogne par exemple), la CCI du pays d'Auge (5 821 ressortissants) - qui, depuis cinq ans, multiplie ses actions avec Le Havre - a définitivement tourné son regard vers l'estuaire de la Seine. Elle entend ainsi sauvegarder l'autonomie de son aéroport à  Deauville géré par un syndicat mixte qui regroupe la ville de Deauville et les Région Basse et Haute-Normandie.

Un aéroport pour deux

À Lisieux, la fusion avec Le Havre 10e Chambre la plus riche de France avec ses 5 784 ressortissants, et Fécamp - Bolbec (2 589 ressortissants) est pour l'heure « le meilleur scénario », selon Christian Fougeray, président de la Cambre de commerce du pays d'Auge. D'autant que dans la corbeille de mariage, Le Havre pourrait, à  l'avenir, abandonner son aéroport d'Octeville-Le Havre (65 000 passagers) au profit de Deauville - Saint-Gatien stratégiquement le mieux situé.

Une aubaine pour Deauville, qui s'en trouverait renforcée, et une économie pour Le Havre qui n'aurait plus à  renflouer les pertes récurrentes de son aéroport.

Le personnel de la plateforme aéroportuaire havraise rejoignant alors les 35 agents de Deauville - Saint-Gatien, qui en passant la barre des 100 000 passagers commerciaux, aura de toute façon besoin d'effectif supplémentaire. « L'aéroport de Deauville progresse de 20 % par an et compte dans sa clientèle 40 % de Havrais, 30 % d'Augerons, 23 % de Caennais et 7 % de Rouennais », souligne Christian Fougerais.

Autre avantage de cette union des deux rives de l'estuaire de la Seine : le désenclavement de Lisieux par une voie rapide pour relier l'autoroute A13 Caen - Paris à  l'A28 Rouen - Alençon. Le Havre y trouverait un dégagement autoroutier pour son port à  conteneurs Port 2000. Les deux CCI sont déjà  d'accord pour un barreau autoroutier entre l'A13 à  Beuzeville (Eure) et l'A28 à  Orbec via Lisieux qui pourrait être concédé à  un opérateur privé.

Anne BLANCHARD-LAIZÉ.


(Où l'on nous annonce donc avec une bonne foi désarmante que, puisque les CCI sont d'accord, c'est simple, on aura donc le "maillon manquant" entre le pont de Normandie et l'A28... :lol:
Je sais que la CCI du Havre est largement à  l'origine du pont de Normandie, mais quand même...)
:arrow: Edit : et la suite sur ce "maillon manquant", c'est là  : http://forum.sara-infras.fr/viewtopic.php?t=5715
Avatar de l’utilisateur
Auriom
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 1988
Enregistré le: Lun 28 Mar 2005 14:44
Localisation: Lyon - Paris

Messagepar Bugsss » Ven 07 Nov 2008 21:16

C'est super
OU comment perdre le temps gagné par l'avion en faisant 1h de car pour arriver à  destination de la ville desservie par l'aeroport :roll:
Bugsss
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3164
Enregistré le: Mar 26 Oct 2004 08:15

Fin de la guerre ?

Messagepar Auriom » Jeu 05 Fév 2009 16:16

La guerre entre Deauville-Saint-Gatien d'une part et les trois aéroports de Caen, Rouen et Le Havre d'autre part semble un peu éteinte.
Deauville n'arrive pas vraiment à  prendre son essor pour les lignes régulières (mais continue à  très bien fonctionner pour les charters et l'aviation privée) et pendant ce temps Caen et Le Havre se renforcent.

Peut-être le fait que Philippe Duron, qui était en temps que président du conseil régional de Basse-Normandie le principal promoteur de Deauville, est maintenant à  la tête de la communauté d'agglomération de Caen, propriétaire de l'aéroport Caen-Carpiquet, y est-il pour quelque chose... :?

Bref, Caen veut allonger sa piste.

Ouest-France a écrit:2008 en demi-teinte pour le port et l'aéroport

La CCI a présenté hier leurs résultats. L'aéroportde Caen-Carpiquet enregistre un léger recul.

Moins de passagers à  l'aéroport. L'an dernier, le nombre de passagers commerciaux a reculé de 4 %. Il s'élève à  107 898 personnes. « Les lignes régulières se maintiennent », se réjouit Serge Foucher, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Caen. Parmi ces lignes, la desserte, par Air France, de la plate-forme de Lyon, très prisée des entreprises.

Au top, mais... Avec deux visites présidentielles en mai et janvier, l'aéroport a fait l'objet de « nombre de contrôles et audits ». Verdict : « Un aéroport à  l'organisation digne d'un aéroport national », pointe Serge Foucher. « On voit revenir des tour-opérateurs, qui estiment le marché local important... » Sauf que : « La longueur de la piste n'est pas suffisante. Cela nous freine. » Serge Foucher compare : « C'est comme si nous vendions une belle voiture, en avertissant que parfois elle devra rouler sur trois roues ! »

La piste sera-t-elle allongée ? C'est le serpent de mer. « Maintenant nous sommes dans le concret, annonce toutefois Serge Foucher. Cette année, deux chantiers devront être mis en route : le renforcement de la piste, ainsi que les études et avant-projet pour son allongement. » Le dossier chemine. « Il y a cinq ans, il était presque indécent de parler allongement, notamment pour des raisons politiques », se souvient Serge Foucher. Qui évoque un « investissement strictement nécessaire ». Et poursuit : « Aujourd'hui, tout le monde en est conscient. Il n'y a plus d'opposition. » La piste mesure actuellement 1 900 m. Le propriétaire de l'aéroport est, depuis début 2007, l'agglomération Caen-la-Mer.

Un peu ou beaucoup ? Deux options sont envisageables : « Passer à  2 200 ou 2 400 m. » Cela permettrait de « recevoir les avions qui, en 2010 ou 2011, auront besoin de cette distance ». En particulier, de nouveaux modèles dont s'équipe Air France pour sa liaison avec Lyon. « On n'allonge pas pour aller chercher du trafic ailleurs. Pour déshabiller le voisin. Ce temps est passé. Aujourd'hui, chacun essaie de développer ses ressources. »

Vingt millions d'euros. Le coût estimé d'un allongement, option 2 400 m (achat des terrains compris). « Si on ne le fait pas dans les deux ou trois ans, on ne le fera jamais. L'urbanisation avancera autour de Carpiquet et il sera trop tard », avertit Philippe Thieuw, directeur des infrastructures aéroportuaires. Serge Foucher avance un planning, à  partir d'aujourd'hui : « Deux ans pour mener les études et le dossier administratif, puis un an de travaux. »

Virginie JAMIN.
Avatar de l’utilisateur
Auriom
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 1988
Enregistré le: Lun 28 Mar 2005 14:44
Localisation: Lyon - Paris

Messagepar gavatx76 » Lun 20 Avr 2009 17:03

Paris-Normandie a écrit:Brit Air : trou d'air en région

A Rouen comme au Havre, la clientèle d'affaires a diminué AEROPORTS. La baisse de la clientèle d'affaires entre le Havre et Lyon, Rouen et Lyon met Brit Air en difficulté.

«Oui, effectivement, nous avons écrit il y a un bon mois aux syndicats mixtes gérant les aéroports de Rouen et du Havre. Parce que n'allons pas pouvoir continuer longtemps comme ça, que nous avons besoin d'aides publiques pour maintenir opérationnelles les lignes entre Le Havre et Lyon et Rouen et Lyon ». Propos tenus par Marc Lamidey, PDG de Brit Air, filiale d'Air France.
Sur les trois vols quotidiens à  destination de Lyon depuis Rouen, le directeur de l'aéroport normand Sylvain Richon confirme une baisse de fréquentation de la clientèle business de l'ordre de 10 %, en gros depuis octobre quand la crise est venue frapper à  la porte des entreprises. « Comme 80 % du trafic rouennais est lié à  des passagers d'affaires, c'est plus difficile à  supporter pour l'aéroport que si l'essentiel du trafic passager était le fait d'une clientèle diversifiée. »
Comme la clientèle d'affaires est celle qui paie les tarifs les plus élevés, « la traduction, c'est 20 à  25 % de chiffre d'affaires en moins », ajoute le PDG de Brit Air. Mais attribuer des fonds publics à  une entreprise privée n'est ni simple, ni rapide. « La réglementation européenne le permet, mais uniquement dans le cadre d'une procédure « OPS » pour obligation de service public, rapporte le PDG. En clair, il faut que les élus démontrent que ces lignes sont essentielles au développement économique de la région, qu'elles relèvent donc d'un « service public ». Dès lors, les collectivités adhérentes du syndicat mixte gestionnaire - les agglomérations de Rouen et du Havre et les chambres de commerce -, peuvent lancer un appel d'offres. Brit Air se retrouverait certes en concurrence et c'est l'opérateur de moins-disant qui serait retenu, mais des aides publiques seraient alors possibles ».

La procédure peut être longue. En attendant, Marc Lamidey a indiqué aux syndicats mixtes que Brit Air maintiendra en l'état son programme de vols entre Le Havre, Rouen et Lyon, et ce jusqu'à  fin octobre prochain marquant un changement d'horaires. «Mais je ne pourrais aller au-delà  sans aide si la situation économique perdure», prévient le PDG.
Rouen, Le Havre mais aussi Lannion dans les Côtes d'Armor où il est même évoqué une possibilité de fermeture de l'aéroport, et Limoges enfin où opère Brit Air, connaissent les mêmes difficultés. L'entreprise aux 1200 salariés et aux 42 avions vit donc une sérieuse baisse d'activité tandis que ses charges demeurent.
Le paradoxe, c'est que les lignes avaient repris des couleurs, même en se situant toujours à  Rouen comme au Havre sur des volumes de trafic modestes avec 13 123 passagers sur Lyon en cinq mois de 2008, et 50 % de taux de remplissage. Pour Rouen et Le Havre, qui généraient des pertes importantes, le redressement était donc en vue.


MARC BRAUN
m.braun@presse-normande.com

" Pas de fermeture de l'aéroport de Rouen "

Les élus accepteront-ils d'aider financièrement une compagnie aérienne, quelle qu'elle soit, pour pérenniser Le Havre-Lyon et Rouen-Lyon par les airs ? S'agissant de l'aéroport de Rouen, le vice-président de l'Agglo Frédéric Sanchez, membre du syndicat mixte, préfère évoquer d'autres pistes même si celle d'un nouvel appel d'offres n'est pas forcément écartée.
« Tout d'abord, à  ce stade, il n'est pas envisagé de fermer l'aéroport. Deuxièmement, nous avons demandé au gestionnaire de l'aéroport, Rouen Handling, de rechercher toutes les pistes possibles pour maintenir la ligne Rouen-Lyon à  un coût moindre, d'examiner la réalité du marché, d'étudier la situation des compagnies aériennes opérant sur ce type de ligne afin que nous ayons une vue plus précise de ce que nous pouvons engager. N'oublions pas qu'il s'agit de fonds publics ».
De fait, selon l'élu socialiste, les informations transmises par Brit Air il y a un mois conduiraient la chambre de commerce de Rouen et l'Agglo à  débourser 1 M€ par an pour maintenir la ligne. « Mais pour combien de temps, combien d'années ? Nous n'avons aucune visibilité, renchérit Frédéric Sanchez. Et ces sommes s'ajouteraient au déficit structurel de l'aéroport qui se situe à  500 000 € par an. Voilà  pourquoi nous insistons sur le maintien d'une ligne Rouen-Lyon à  un coût maîtrisé ». Et sans la pression aussi sans doute de l'opérateur en place dont l'échéance annoncée d'octobre constitue une menace.

gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3927
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Rapprochement Deauville - Le Havre ?

Messagepar Auriom » Jeu 15 Oct 2009 05:41

Début de rapprochement ?

Ouest-France a écrit:Deauville - Le Havre : un seul aéroport

Un seul aéroport de l'estuaire à ... Deauville. Antoine Rufenacht, maire de la porte océane, n'y est « pas opposé ».

Les deux conseils régionaux de Haute et Basse-Normandie s'étaient déjà  entendus avec la ville de Deauville pour faire de son aéroport une plateforme aéroportuaire interrégionale. On en parle moins depuis que Philippe Duron a quitté la présidence de la région Basse-Normandie pour devenir député-maire de Caen et président de l'agglomération de Caen-la-Mer où se trouve l'aéroport de Carpiquet. Caen-Carpiquet n'a pas envie de voir lui échapper des lignes et des voyageurs au profit de Deauville.

Mais aujourd'hui, Brit Air, qui exploite la ligne Le Havre - Rouen - Lyon fait savoir qu'elle se retire « à  moins que les collectivités locales ne compensent les pertes d'exploitation ». Une offre de service public pour trouver un remplaçant à  Brit Air a été lancée sans trop y croire. En attendant un aéroport interrégional « nous ne sommes pas encore prêts d'obtenir l'accord de Caen et Rouen », Antoine Rufenacht, maire du Havre, « n'est pas opposé à  étudier les conditions d'un rapprochement entre Le Havre et Deauville, à  condition que Le Havre apparaisse dans le nom. J'ai obtenu l'accord du maire de Deauville et du président Alain Le Vern ».

Le président PS de Haute-Normandie confirme que « les vols réguliers au départ de Rouen et du Havre vont probablement être stoppés par manque d'utilisateur, compte tenu de la crise économique et des coûts élevés. Il est donc naturel que Deauville s'impose comme l'aéroport interrégional de référence ». Alain Le Vern se réjouit que « M. Rufenacht rejoigne la position que nous défendons depuis plusieurs années ».

Concernant le nom de l'aéroport, « actuellement Deauville - Normandie », le président de la Haute-Normandie est badin : « Si tous nous rejoignent... cela ferait un nom à  rallonge, Le Havre, Rouen, Deauville et... peut être Caen ! ? »

Xavier ORIOT.
Avatar de l’utilisateur
Auriom
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 1988
Enregistré le: Lun 28 Mar 2005 14:44
Localisation: Lyon - Paris

Re: Aéroport(s) de Normandie

Messagepar gavatx76 » Ven 16 Avr 2010 11:51

Paris-Normandie a écrit:L'aéroport de Rouen à l'agonie

TRANSPORT.Le syndicat mixte qui gère l'aéroport n'a pas de budget. Hier la CCI de Rouen a voté contre et la Crea s'est abstenue. La « patate chaude » est renvoyée au préfet.

Sous perfusion depuis des années, l'aéroport Rouen Vallée de Seine et le syndicat mixte qui le gère ont été débranchés hier des tuyaux financiers qui l'alimentaient. Lors d'une conférence de presse à la chambre de commerce et d'industrie de Rouen qui suivait une réunion du syndicat mixte, Christian Hérail a annoncé que son institution consulaire n'avait pas voté le budget du syndicat. Celui-ci est géré et financé à quasi-parité par la CCIR (49 %) et la Crea (51 %). Cette grande communauté d'agglomération rouennaise s'est abstenue de voter. C'est désormais l'Etat et le préfet de Région qui vont devoir gérer une situation délicate et complexe.

Allonger la piste, c'est 8 M€ amortis sur 5 ans
« Nous n'avons pas voté ce budget car il n'y a pas de vrai développement politique autour de cet aéroport. Nous sommes un peu atterrés. L'activité économique de Rouen et sa région va en souffrir ! », prédit le président de la CCIR. Il justifie sa décision par une injonction du préfet lui interdisant d'utiliser l'argent de la TATP (taxe additionnelle à la taxe professionnelle) pour financer un syndicat qui est un véritable panier percé. Avec un budget de 1,3 M€ financé par les deux institutions, il dégage un déficit d'exploitation de 700 000 € annuel et exponentiel !

« Si le budget avait été voté, nous n'aurions pas avancé sur ce dossier. Il n'y a plus de perspectives d'avancement. Le conseil général, qui finançait 236 000 euros par an, s'est retiré et nous pouvions penser que la naissance de la Crea allait permettre de redonner une attractivité à cet aéroport : le remettre aux normes, trouver une compagnie pour remplacer Brit'Air et allonger la piste pour lui donner une réelle capacité économique et faire venir des compagnies aériennes… », déplore Christian Hérail. « Il faut prendre de vraies décisions, savoir si l'on veut ou pas un aéroport. Mais sans volonté politique, nous sommes dans une situation où nous n'avons rien ! Le budget de la CCI ne représente que 2,5 % de celui de la Crea. »
Aujourd'hui, Christian Hérail confirme que l'aéroport est au point mort.

Presque un pied dans la tombe ! « Sans projet, on va supporter des décisions qui n'apportent rien à l'économie et aux chefs d'entreprises alors que la demande est très forte. L'aéroport de Beauvais ne peut pas faire plus de 21 000 mouvements et nous demande quand nous aurons une capacité plus grande. Allonger la piste reviendrait à près de 8 M€ qui seraient amortis en cinq ans ! » Avec 60 000 atterrissages par an de petits avions de tourisme, l'aéroport de Rouen a-t-il désormais la vocation d'un simple tarmac pour aéro-clubs ? Au préfet de ne pas se brûler les doigts avec la « patate chaude ».
Alain Lemarchand



Nota: la Crea, c'est l'agglomération de Rouen
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3927
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Re: Aéroport(s) de Normandie

Messagepar padawan53 » Ven 16 Avr 2010 15:08

L'aéroport de Beauvais est si en forme que ça pour justifier qu'une partie des lignes soient transférées à Rouen ?
Avatar de l’utilisateur
padawan53
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 727
Enregistré le: Jeu 28 Déc 2006 21:56
Localisation: A17 & N162

Re: Aéroport(s) de Normandie

Messagepar bionono » Mar 27 Avr 2010 08:23

padawan53 a écrit:L'aéroport de Beauvais est si en forme que ça pour justifier qu'une partie des lignes soient transférées à Rouen ?


Et oui, le low cost continue d'etre le seul modele economique aerien a se developper, du moins en terme de nombre de passager
Avatar de l’utilisateur
bionono
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 343
Enregistré le: Jeu 17 Aoû 2006 11:21
Localisation: Pres de Lyon

Re: Aéroport(s) de Normandie

Messagepar eomer » Mar 27 Avr 2010 08:30

bionono a écrit:
padawan53 a écrit:L'aéroport de Beauvais est si en forme que ça pour justifier qu'une partie des lignes soient transférées à Rouen ?


Et oui, le low cost continue d'etre le seul modele economique aerien a se developper, du moins en terme de nombre de passager

A tel point que les compagnies "traditionnelles" offrent désormais un service de qualité low-cost avec un tarif bien plus élevé. Seul interêt de ces dernières: la desserte des grands aéroports et les possibilités d'échange.
Avatar de l’utilisateur
eomer
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 5350
Enregistré le: Sam 14 Juin 2003 18:27
Localisation: A4/A86 (tronc commun)

Re: [ Aérien ] Aéroport(s) de Normandie

Messagepar gavatx76 » Mar 09 Oct 2012 10:03

La guéguerre entre Deauville et le Havre continue.
http://www.paris-normandie.fr/article/le-havre/au-havre-la-guerre-des-airs
Au Havre, la guerre des airs

ECONOMIE. Deauville-Normandie conjugue des infrastructures inadaptées avec un statut revendiqué d'aéroport interrégional. Un paradoxe en partie lié à la politique de la Codah.
L'aéroport de Deauville-Normandie attend sa modernisation

L'aéroport de Deauville-Normandie attend sa modernisation

Pour le non-initié, l'aéroport de Deauville-Normandie commence par offrir un voyage dans le temps. «Rien n'a bougé depuis 1973», concède Frédéric Enzensommer, responsable administratif et financier pour le syndicat mixte de l'aéroport. L'infrastructure vieillissante et exiguë coïncide étonnamment avec la volonté d'en faire la plate-forme de référence pour la Normandie.

«Les compagnies attendent une ligne politique claire!»

Sa fréquentation n'a cessé d'augmenter depuis des années, grimpant de 57000 passagers en 2006 à près de 130000 en 2011. «Nous devrions encore progresser de 10% cette année», affirme Frédéric Enzensommer. L'essai sur cinq mois de l'offre Deauville-Montpellier, notamment, s'est avéré concluant (71% de taux de remplissage revendiqués). La ligne régulière Deauville/Londres mise en place en 2010, quant à elle, remporte un succès croissant. Voilà qui justifie, semble-t-il, l'agrandissement et l'urgente mise aux normes de l'équipement, où le débarquement des voyageurs s'effectue toujours dans des préfabriqués.

Si la rénovation de la toiture est actée, «la décision d'extension de l'actuelle aérogare ou de construction d'une nouvelle n'est pas arrêtée par les élus du syndicat mixte», indique le responsable administratif et financier. Début juillet, le syndicat (présidé par Alain Le Vern, lire ci-dessous) décidait en effet le gel de ses investissements, en réaction outrée au choix de la Codah de désigner, contre les prescriptions mêmes de la chambre de commerce et d'industrie duHavre, un nouveau délégataire sur l'aéroport d'Octeville. La société SNC Lavalin est chargée depuis le 1eraoût du développement de l'équipement en perte de vitesse. Ses responsables confirment leur volonté d'intensifier, entre autres, le trafic charter, l'une des spécificités de Deauville. Deux aéroports concurrents dans un rayon d'à peine 30 kilomètres? La stratégie paraît difficilement compréhensible, surtout lorsque les deux sollicitent des fonds publics (la Codah aidera SNC Lavalin jusqu'en 2015, à hauteur de 600000€ en moyenne par an). «Les compagnies aéroportuaires attendent elles aussi une ligne politique claire, assure Frédéric Enzensommer. Elles veulent bien apporter des avions, mais encore faut-il savoir où!»

«Il n'y a pas de grand port sans aéroport», tranchait récemment le sénateur Patrice Gélard, vice-président de la Codah aux affaires économiques, et farouche défenseur du site d'Octeville. Pourquoi, en effet, LeHavre ne prétendrait-il pas à devenir la référence aérienne sur l'estuaire? «Ils ont une carte à jouer sur la question du fret, avec la future filière éolienne», concède Frédéric Enzensommer.
Mais pour le trafic voyageurs, Deauville-Normandie revendique d'ores et déjà un potentiel maximum de 300000 passagers par an, soit le double de ce qu'il accueille aujourd'hui. A condition de pouvoir les accueillir correctement.

Alain Le Vern : «J'attends que la raison l'emporte»

Alain Le Vern, président du conseil régional de Haute-Normandie et du syndicat mixte de l'aéroport Deauville-Normandie, critique vivement la politique aéroportuaire de la Codah.

Vous jugez les choix de la Codah sur l'aéroport d'Octeville irrespectueux de l'argent public. Pourquoi?
Alain Le Vern: «Aucune des plateformes aéroportuaires normandes n'arrive à se développer réellement. Les résultats sont sans commune mesure avec le niveau des dépenses publiques nécessaire à leur gestion. C'est pourquoi les CCI ont réalisé une étude préconisant les efforts de développement sur Deauville (piste plus longue, meilleure situation géographique, plus grande zone de chalandise,etc.). Ainsi, les deux Régions et la Ville de Deauville ont investi sur cette plate-forme, et l'agglomération de Rouen a limité l'exploitation de son aéroport. Contrairement aux engagements pris, la Codah a attribué une délégation de service public dont les conditions économiques maintiennent Octeville sous perfusion. Les contribuables havrais financent donc une décision qui ne leur bénéficie pas, tout en plombant l'évolution de l'aéroport Deauville-Normandie.»
Pourquoi avoir décidé, en conséquence, de geler les investissements pour la rénovation de l'aérogare? Ils semblent pourtant inévitables.
«Je refuse que l'argent public soit dépensé en vain, en l'absence d'une stratégie de développement claire et partagée. Les termes de ce débat nous font revenir six ans en arrière. A cette différence près qu'aujourd'hui, l'expérience confirme le site de Deauville comme la seule offre valable sur le territoire. Nous lancerons donc les travaux de l'aérogare dès lors que nous disposerons d'assurances sur la stratégie à moyen terme de la Codah.»
Patrice Gélard et d'autres élus de la Codah estiment qu'il «ne peut y avoir de grand port sans aéroport», surtout avec la filière industrielle éolienne en devenir…
«Je partage cet avis. Il ne peut y avoir de port sans aéroport à proximité, sans un réseau routier et des lignes ferroviaires pour le fret de qualité… L'aéroport existe. Les entreprises situées rive droite sont à 15minutes de Deauville-Normandie. Le site d'Octeville ne peut et ne doit concurrencer l'aéroport normand! La Région, artisan principal de la constitution de la filière éolienne, prend en compte l'ensemble de ces préoccupations. Les éoliennes ne prennent pas l'avion, mais la mer!»
Avez-vous échangé récemment avec Edouard Philippe à ce sujet?
«Peu après son élection, le président de la Codah m'avait indiqué partager cette stratégie. C'est la raison pour laquelle le choix de la Codah m'a tant surpris! J'espère que dans l'intérêt des Havrais et des Normands, il s'engagera rapidement à ne pas reconduire cette DSP. C'est le contenu du courrier que je lui ai adressé la semaine dernière. La concurrence nourrie par l'impôt public est mal venue. J'attends que la raison l'emporte.»

SNC Lavalin

La société a pris les commandes du site du Havre-Octeville, propriété de la Codah, le 1er août dernier. «Nous avons récupéré une installation en très bon état, avec une équipe performante et un fort potentiel», se réjouit Jérôme Arnaud, gérant de l'aéroport. «Les pistes que nous avions développées pour l'appel d'offres de la Codah sont toujours d'actualité.» A savoir l'exploitation et l'entretien du site, mais aussi le développement et la promotion du trafic passagers. «C'est un bel outil, utile aux Havrais!» assure Jérôme Arnaud. «Tant que la collectivité le souhaitera, nous y resterons avec plaisir!»

Thomas Dubois
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3927
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Précédente

Retourner vers Aérien, maritime, etc...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité