[ Navigation ] Canal Seine - Nord

Avion, bateau, péniche, vélo, piéton, etc... bref, tout ce qui permet de bouger.

Messagepar nucleo1985 » Mer 05 Nov 2008 09:20

Pour ce qui est de hambourg, ils ont un programme de draguage de l'Elbe : c'est coûteux, mais c'est un préalable indispensable...
Les terminaux de l'Altenwerder et de burchardkaï ont été conçu pour recevoir des navires de 12.000 à  14.000 evp: ce n'est pas pour les laisser à  l'embouchure du fleuve...

En outre ,le projet d'extention de Steinwerder (3,5 M evp) est prévu d'être implanté au plus près de l'embouchure, pour d'affranchir justement de ce problème de tirant d'eau. En attendant cette mise en service, c'est le port de Brême qui peut absorder, pendant quelques années, la croissance générale du marché (Brême fait + 16% sur les 6 premiers mois de 2008 en conteneur, contre +4 % à  Hambourg).
Attention, la croissance se ralentit fortement sur les conteneurs: Rotterdam est à  +4% (toujours sur les 6 premiers mois de 2008 ) tandis que LE Havre fait - 9 %
Avatar de l’utilisateur
nucleo1985
Route Départementale
Route Départementale
 
Messages: 109
Enregistré le: Ven 31 Oct 2008 22:17
Localisation: Paris

Messagepar gavatx76 » Mer 05 Nov 2008 19:52

Bah, Le Havre est à  -9% sur les conteneurs, peut-être, mais se prépare aussi pour recevoir des cargos de 20.000 evp! Quant à  l'hinterland des ports de Rotterdam et d'Anvers, cela fait longtemps que des marchandises arrivent d'Asie sur les zones industrielles de... Rouen et du Havre par camion en provenance des ports hollandais et belges... :wink:
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4166
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar Nono » Mer 14 Jan 2009 21:00

Il se confirme une nouvelle fois que l'Etat demande de plus en plus aux collectivités :

lemoniteur.fr a écrit:Canal Seine-Nord Europe : les départements refusent de mettre un euro de plus
lemoniteur.fr | 14/01/2009 | 16:55 | Déplacements

Les présidents PS des conseils généraux concernés par la construction du canal Seine-Nord Europe ont annoncé mardi qu'ils n'avaient pas les moyens de donner suite à  la demande de l'Etat d'augmenter leur participation financière dans le projet.

"Les investissements réalisés ou à  réaliser par les départements dans le cadre de leur compétence correspondent au montant de la participation (supplémentaire) qui leur est demandée par l'Etat, de l'ordre de 200 millions d'euros", affirment-ils dans une déclaration commune.
"Les départements souhaitent maintenir leurs niveaux d'investissement en période de crise" et ce alors que leur capacité de financement "limitée" est "aggravée" par "la non-compensation intégrale, notamment au niveau routier, des transferts de charges de l'Etat" et de la baisse des recettes de la taxe professionnelle, écrivent-ils.
Les présidents PS des conseils généraux du Nord, Bernard Derosier, du Pas-de-Calais, Dominique Dupilet, de l'Oise, Yves Rome, de la Somme, Christian Manable et le vice-président du département du Val d'Oise, Jean-Pierre Muller, soulignent également "les incertitudes constitutionnelles" liées aux projets de réforme des départements et de la taxe professionnelle qui "mettent en cause le devenir même des départements".
Ces départements se sont engagés à  hauteur de 200 millions d'euros destinés aux travaux connexes du canal (aménagement foncier, portage financier...), pour un coût total prévisionnel de 3,2 milliards d'euros (valeur 2005).
Mais selon eux, l'Etat leur demande 200 millions de plus pour participer aux opérations de creusement.
"On n'a pas les moyens. Il faut faire des routes, il faut faire des collèges (...). Sans compter que le creusement ne relève pas de la compétence des départements mais de l'Europe et l'Etat français qui l'ont décidé", a-t-il estimé.

Le canal Seine-Nord Europe doit, d'ici 2015, relier sur 106 km Compiègne (Oise) à  Aubencheul-au-Bac, entre Douai et Cambrai (Nord), comblant ainsi l'absence de liaison à  grand gabarit entre la Seine et le réseau fluvial de l'Europe du Nord.
Le canal doit être financé par l'Etat français, l'Union européenne, les collectivités territoriales avec un partenariat public-privé.
Après la déclaration d'utilité publique en septembre, le lancement de l'appel public à  concurrence est prévu à  la fin de ce mois.

© lemoniteur.fr | Source LE MONITEUR.FR
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 888
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Marcq-en-Baroeul (Lille), Grand Boulevard (M670, ex-D670, ex-N350)

Messagepar Nono » Lun 16 Fév 2009 20:53

Après les autoroutes..., les canaux !

LaVoixEco a écrit:Canal Seine-Nord : Vinci et Sanef candidats pour la concession
lundi 16.02.2009, 14:52

Les groupes Vinci et Sanef ont annoncé ce lundi qu'ils seront candidats chacun de leur côté pour obtenir la concession du canal Seine-Nord Europe, un projet destiné à  combler l'absence de liaison à  grand gabarit entre la Seine et le réseau fluvial de l'Europe du Nord d'ici à  2015.

Vinci et Sanef ont annoncé qu'ils seront candidats chacun de leur côté pour obtenir la concession du canal Seine-Nord Europe, liaison à  grand gabarit qui doit relier, d'ici à  2015 sur 106 km Compiègne (Oise) à  Aubencheul-au-Bac, entre Douai et Cambrai.

Sanef, filiale du groupe espagnol d'infrastructures Abertis, qui gère le réseau d'autoroute dans le nord, serait associé au sein d'un consortium avec le groupe de BTP Bouygues, la Caisse des dépôts et Axa. L'appel public à  concurrence pour le canal est attendu avant la fin février ou en mars.

© LaVoixEco.com

Carte du même site :

Image
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 888
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Marcq-en-Baroeul (Lille), Grand Boulevard (M670, ex-D670, ex-N350)

Messagepar super5 » Mar 10 Mar 2009 19:55

A lui seul, le transport de produits chimiques entre la Seine et Anvers par l'autoroute représente actuellement "un trafic annuel de dix millions de tonnes de produits plus ou moins dangereux et qui seraient beaucoup mieux sur la voie d'eau", estime Mme Damien.
Mais encore faut-il que cela fasse l'objet d'une politique volontariste, souligne-t-elle: en Allemagne ou au Pays-Bas les produits chimiques "passent obligatoirement par la voie fluviale" lorsque cela est possible.


Visiblement ça ne les gène pas d'avoir plein de petits Erika dans nos canaux ? :confus:
Avatar de l’utilisateur
super5
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 6112
Enregistré le: Ven 19 Sep 2008 11:29
Localisation: Environs de Paris

Messagepar marsupilud » Mar 10 Mar 2009 20:18

Ils sont quand même moins secoués que par l'autoroute !
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5368
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar super5 » Mar 10 Mar 2009 22:45

Mais en cas de déversement accidentel ou non de produits chimiques, c'est encore plus grave si c'est dans un cours d'eau ...
Avatar de l’utilisateur
super5
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 6112
Enregistré le: Ven 19 Sep 2008 11:29
Localisation: Environs de Paris

Messagepar gavatx76 » Mar 10 Mar 2009 23:46

Les accidents de péniches sont quand même rarissimes :wink: .
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4166
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar bzh-99 » Mer 11 Mar 2009 11:22

Ce qui est surtout dangereux, c'est de bannir les transports routiers de matières dangereuses (TMD) dans les villes, mais d'autoriser des péniches... le jour où une péniche pleine d'engrais explosera au pied de Notre-Dame, on aura l'air fin...
Avatar de l’utilisateur
bzh-99
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1950
Enregistré le: Lun 07 Juil 2008 18:28
Localisation: Finistère

Messagepar marsupilud » Mer 11 Mar 2009 14:28

super5 a écrit:Mais en cas de déversement accidentel ou non de produits chimiques, c'est encore plus grave si c'est dans un cours d'eau ...

Un canal n'est pas un cours d'eau ! C'est un milieu un peu plus fermé..
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5368
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar Fantomas » Mer 11 Mar 2009 15:00

marsupilud a écrit:
super5 a écrit:Mais en cas de déversement accidentel ou non de produits chimiques, c'est encore plus grave si c'est dans un cours d'eau ...

Un canal n'est pas un cours d'eau ! C'est un milieu un peu plus fermé..

Si, c'est quand même un cours d'eau. Un canal est alimenté par des cours d'eau, des réservoirs, et l'eau s'écoule en aval dans un autre cours d'eau, généralement. Le fond du canal n'est pas recouvert d'un film étanche.
Le Canal SNE est connecté à  l'aval avec l'Oise.

M'enfin les risques d'accident du transport fluvial sont largement plus faibles que ceux du transport routier.
Avatar de l’utilisateur
Fantomas
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2563
Enregistré le: Mer 23 Juil 2003 13:24
Localisation: Grenoble

Messagepar jml13 » Mer 11 Mar 2009 21:42

bzh-99 a écrit:Ce qui est surtout dangereux, c'est de bannir les transports routiers de matières dangereuses (TMD) dans les villes, mais d'autoriser des péniches... le jour où une péniche pleine d'engrais explosera au pied de Notre-Dame, on aura l'air fin...

Je n'ai jamais entendu parler d'explosion d'engrais, ni d'ailleurs d'explosion de péniche... C'est sans doute possible, mais vraiment ce serait pas de chance qu'elle explose juste sous Notre-Dame... ou alors tu penses au terrorisme et ils n'ont pas besoin des péniches hélas !
Avatar de l’utilisateur
jml13
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4481
Enregistré le: Ven 08 Déc 2006 23:16
Localisation: A50 sortie 4a

Messagepar bzh-99 » Mer 11 Mar 2009 23:36

jml13 a écrit:Je n'ai jamais entendu parler d'explosion d'engrais


la plus "belle" explosion d'engrais qu'on ait eu s'appelle quand même AZF... (c'était du nitrate d'ammonium)

pour le reste, effectivement on aurait vraiment pas de bol, mais c'était juste pour pointer l'incohérence de certaines politiques.
Avatar de l’utilisateur
bzh-99
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1950
Enregistré le: Lun 07 Juil 2008 18:28
Localisation: Finistère

Messagepar gavatx76 » Jeu 12 Mar 2009 00:00

En quoi est-il incohérent de transférer des produits actuellement transportés par camions, et donc sujets à  des risques d'accidents de circulation non négligeables, à  un transport fluvial nettement plus sûr :? ?
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4166
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar rerefr » Jeu 12 Mar 2009 00:01

C'est le pont Alexandre III qui risque le plus dans l'histoire, si nous avons des terroristes fan de bateau. De toute façon, on a l'habitude de se faire attaquer par voie marine. Merci les anglais. :roll:
Avatar de l’utilisateur
rerefr
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1816
Enregistré le: Mer 03 Mai 2006 13:10
Localisation: pas dans le midi, à  mon grand regret

Messagepar jml13 » Ven 13 Mar 2009 22:06

bzh-99 a écrit:
jml13 a écrit:Je n'ai jamais entendu parler d'explosion d'engrais
la plus "belle" explosion d'engrais qu'on ait eu s'appelle quand même AZF... (c'était du nitrate d'ammonium)
D'après le peu que j'en sais, on ne sait justement pas vraiment ce qui a explosé et pourquoi à  Toulouse, mais c'est sans doute un mélange de produits chimiques qui n'auraient pas du l'être (mélangés)... Les engrais sont souvent des mélanges de produits chimiques, mais les mélanges de produits chimiques non maîtrisés ne sont pas mis en sacs sous forme d'engrais :wink:
Avatar de l’utilisateur
jml13
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4481
Enregistré le: Ven 08 Déc 2006 23:16
Localisation: A50 sortie 4a

Messagepar basco - landais » Ven 13 Mar 2009 23:21

Je n'arrive pas à  retrouver le reglement qui edicte le transports de matières dangereuses par péniches, mais si mes souvenirs sont exacts, le transport de ceux-ci dans la traversée de paris est interdit, seuls étant autorisés les maières inertes.

De toutes façons, les convois fluviaux de marchandises sont interdits à  la navigation dans le "petit bras" de la Seine au pied de Notre Dame.

D'autre part, à  ma connaissance, il existe très peu (une petite dizaine ) de péniches tankers transportant des hydrocarbures ou du gaz en circulation en France, les oléoducs et gazoducs étant plus rentables :roll: et surtout moins dangereux :wink:
Avatar de l’utilisateur
basco - landais
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 9253
Enregistré le: Sam 30 Aoû 2008 18:29
Localisation: A63 pas loin du PK 148 (Sud Landes)

Messagepar marsupilud » Sam 14 Mar 2009 20:45

Fantomas a écrit:
marsupilud a écrit:
super5 a écrit:Mais en cas de déversement accidentel ou non de produits chimiques, c'est encore plus grave si c'est dans un cours d'eau ...

Un canal n'est pas un cours d'eau ! C'est un milieu un peu plus fermé..

Si, c'est quand même un cours d'eau. Un canal est alimenté par des cours d'eau, des réservoirs, et l'eau s'écoule en aval dans un autre cours d'eau, généralement. Le fond du canal n'est pas recouvert d'un film étanche.
Le Canal SNE est connecté à  l'aval avec l'Oise.

Ce que je voulais dire surtout, c'est que c'est un milieu que l'on peut fermer facilement, en cas de problème.
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5368
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar Nono » Ven 03 Avr 2009 19:34

Le Moniteur a écrit:Canal Seine-Nord Europe : les candidats vont aiguiser leurs offres
Julien Beideler | 03/04/2009 | 17:47 | Transport et infrastructures

Les groupes français Vinci et espagnol Abertis, via Sanef, avaient déjà  fait savoir qu'ils seraient candidats (et concurrents) pour ce projet. Les autres majors, Bouygues (peut-être avec Sanef) et Eiffage, devraient aussi participer à  la lutte.

C'est fait. Jean-Louis Borloo, ministre du développement durable et Dominique Bussereau, secrétaire d'état chargé des transports, ont lancé vendredi 3 avril l'avis d'appel public à  concurrence pour le canal à  grand gabarit Seine-Nord Europe, entre Compiègne et Aubencheul-au-Bac, près de Cambrai. «Enfin !» serait-on tenté de dire tant cet avis semblait devoir à  jamais être «imminent».

Car le canal Seine-Nord Europe, devenu emblématique du Grenelle de l'environnement, a sa déclaration d'utilité publique depuis le 12 septembre 2008. «Ce lancement ouvre la procédure de sélection du partenaire privé qui réalisera le canal dans le cadre d'un partenariat public privé», indique le ministère. Côté calendrier, la remise des copies est fixée au 15 juin prochain, la signature du contrat de partenariat interviendra en 2011, permettant ainsi le démarrage des travaux. Quant à  la mise en service, elle est prévue pour 2015.

Les groupes français Vinci et espagnol Abertis, via Sanef, avaient déjà  fait savoir qu'ils seraient candidats (et concurrents) pour ce projet. Les autres majors, Bouygues (peut-être avec Sanef) et Eiffage, devraient aussi participer à  la lutte.

Le partenaire privé devra apporter environ 2,1 milliards d'euros, soit la moitié du coût global des 106 km du canal. L'Union européenne apporte 330 millions d'euros, l'Etat, 900 millions et les collectivités territoriales, 900 millions également. Un protocole d'intention avait été signé le 11 mars dernier avec les présidents des conseils régionaux de Picardie, du Nord-Pas-de-Calais et d'Ile-de-France. Les départements s'étaient montrés moins enthousiastes, puisque quatre présidents socialistes de conseils généraux concernés par le tracé refusaient de payer plus que prévu initialement. Prudent au regard de la complexité du projet, le maître d'ouvrage Voies Navigables de France prévoit 24 à  30 mois de dialogue compétitif pour optimiser le projet. En parallèle seront lancés les appels d'offres pour l'aménagement et l'exploitation des quatre plates-formes multimodales, situées le long de l'ouvrage, et qui avaient été exclues du champ du contrat de partenariat. A la satisfaction des entreprises de BTP locales.

Selon VNF, l'ensemble du projet générera entre 10.000 et 11.000 emplois pendant la période des travaux, dont 4500 emplois directement sur le chantier en 2011.


FOCUS
Le canal Seine-Nord Europe en chiffres


Le canal Seine-Nord Europe est le maillon central de la liaison européenne «Seine-Escaut», réalisée en partenariat avec les régions belges de Flandre et de Wallonie, et retenue au titre des projets prioritaires des réseaux transeuropéens de transport (RTE-T). Il reliera l'Oise (non loin de Compiègne) au canal Dunkerque-Escaut (  hauteur de Cambrai).

Les caractéristiques du projet :
- Longueur : 106 km
- Largeur du canal en surface : 54 m
- Hauteur d'eau : 4,5 m
- Hauteur libre sous les ponts : 7 m
- 7 écluses de 6 à  30 mètres de hauteur de chute (longueur : 190 m, largeur : 12,5 m)
- 3 ponts-canaux (dont un de 1,3 km de longueur au dessus de la Somme à  Péronne)
- Mouvement de terre : 55 millions de m3
- Volume de remblais : 25 millions de m3
- Volume de matériaux à  mettre en dépôt : 30 millions de m3
- Volume de béton pour les écluses : 1 million de m3

Julien Beideler | Source LE MONITEUR HEBDO

© LeMoniteur.fr
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 888
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Marcq-en-Baroeul (Lille), Grand Boulevard (M670, ex-D670, ex-N350)

Messagepar Maastricht » Ven 03 Avr 2009 20:03

Un chantier décidément colossal... que deviendront les 30M m³ de déblais mis en dépôt, au fait ? à‡a fait un beau château de sable !
Maastricht
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 6477
Enregistré le: Jeu 12 Fév 2004 19:05
Localisation: 75013

PrécédenteSuivante

Retourner vers Aérien, maritime, etc...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité