[ Navigation ] Autoroutes de la mer

Avion, bateau, péniche, vélo, piéton, etc... bref, tout ce qui permet de bouger.

[ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar gavatx76 » Sam 28 Fév 2009 01:33

Alors que les ports français commencent une grève contre la réformes des ports autonomes (pardon, des grands ports maritimes), a eu lieu aujourd'hui à  Paris la signature d'un accord entre les ministres français (Bussereau) et espagnol (Alvarez), par lequel les deux pays s'engagent à  hauteur de 15 Millions d'Euros chacun, afin de soutenir le trafic de camions par voie maritime entre Le Havre et Nantes d'une part, Vigo et Gijà³n d'autre part. Ces autoroutes de la mer commenceront à  fonctionner fin 2009. Les navires tarderont 36 heures pour aller du Havre à  Vigo. L'idée est de prolonger cette liaison jusqu'à  Algeciras. D'après Philippe Louis Dreyfus, dont la société a remporté le concours pour la liaison Nantes-Gijà³n, l'objectif est de transporter 100.000 camions par an. :wink:

Un petit article:http://www.letelegramme.com/une/transport-maritime-nantes-aura-deux-autoroutes-de-la-mer-27-02-2009-268396.php
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3903
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar guy21 » Dim 01 Mar 2009 01:28

Il a déjà  existé une éphémère Lorient-Gijon dans les années 80, opérée par la BAI (Brittany Ferries, compagnie d'exportation de l'agriculture bretonne), dédiée au fret routier, mais qui avait du fermer pour fréquentation trop faible. Heureux de voir que de nouvelles initiatives reprennent vie.
Avatar de l’utilisateur
guy21
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2633
Enregistré le: Mar 14 Mar 2006 00:33
Localisation: 94

Messagepar GERARD76930 » Dim 01 Mar 2009 02:03

Très heureux qu'il y ait des nouvelles lignes d'autoroutes de la mer. Dont bien sûr celle du Havre...
Je n'ai pas vu à  qui elle était attribuée ? Pas à  Louis-Dreyfus (LD Lines), pourtant déjà  fort actif au Havre et Dieppe...
Dans le même style, LD Lines exploite aussi (depuis l'été 2007) une ligne Franco-Italienne (La Seyne (Toulon) - Civitavecchia (  une soixantaine de kms au Nord de Rome) en coopération avec Grimaldi Lines (le navire, sur cette ligne, "Sorrento" est d'ailleurs le sister ship du "Norman Voyager" affecté au Havre depuis l'automne dernier. Je l'avais pris en Juin 2008.
GERARD76930
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 95
Enregistré le: Mer 09 Juil 2008 16:11
Localisation: CAUVILLE SUR MER

Messagepar G.E. » Dim 01 Mar 2009 08:44

Le développement de ces autoroutes devrait être la priorité numéro 1 du Grenelle en matière de transports. Imaginez une ligne Barcelone - Gênes : rien de tel pour désengorger l'axe routier Espagne - Italie.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20336
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Messagepar rafi » Dim 01 Mar 2009 09:33

A noter que la ligne La Seyne - Rome tenue par Grimaldi à  été temporairement suspendue pour cause de crise.

Déjà  que ces bateaux ne faisaient pas le plein en temps normal et survivaient grâce à  des aides de l'Europe, aujourd'hui ils ont décidé de tout arrêter pour un temps et réfléchir au devenir de la ligne.

Un truc sans rapport, mais quand on voit l'accès à  ce port, je me dis que les autorités locales s'en moquent. J'essairai de trouver des photos.
Avatar de l’utilisateur
rafi
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1535
Enregistré le: Ven 13 Juil 2007 10:45
Localisation: Montpellier

Messagepar GERARD76930 » Dim 01 Mar 2009 17:03

rafi a écrit:A noter que la ligne La Seyne - Rome tenue par Grimaldi à  été temporairement suspendue pour cause de crise.

Déjà  que ces bateaux ne faisaient pas le plein en temps normal et survivaient grâce à  des aides de l'Europe, aujourd'hui ils ont décidé de tout arrêter pour un temps et réfléchir au devenir de la ligne.

Un truc sans rapport, mais quand on voit l'accès à  ce port, je me dis que les autorités locales s'en moquent. J'essairai de trouver des photos.

Suspendue à  cause de la crise ?? Je crois, au vu des horaires que j'avais eus à  l'époque que la ligne était saisonnière, elle est peut être suspendue parce que c'est l'hiver ???
Grimaldi a une ligne Barcelone-Civitavecchia (avec 2 ou 3 car-ferries tout neufs de 225 m de long et plus de 50.000 tonneaux de jauge)? Bien sûr, Civitavecchia ,ce n'est pas Gênes...
Concernant les DEUX ports, c'est vrai que c'est la m....., et pour le port italien, il faut connaitre l'astuce pour y aller en venant de Rome avec un poids-lourd ou un car (j'étais en car, le chauffeur ne rigolait plus....).
GERARD76930
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 95
Enregistré le: Mer 09 Juil 2008 16:11
Localisation: CAUVILLE SUR MER

Messagepar gavatx76 » Dim 01 Mar 2009 22:55

GERARD76930 a écrit:Très heureux qu'il y ait des nouvelles lignes d'autoroutes de la mer. Dont bien sûr celle du Havre...
Je n'ai pas vu à  qui elle était attribuée ? Pas à  Louis-Dreyfus (LD Lines), pourtant déjà  fort actif au Havre et Dieppe...


A Acciona Transmediterranea (qui s'éloigne un peu de son rayon d'action, ou du moins de son nom :wink: )

G.E. a écrit:Le développement de ces autoroutes devrait être la priorité numéro 1 du Grenelle en matière de transports. Imaginez une ligne Barcelone - Gênes : rien de tel pour désengorger l'axe routier Espagne - Italie.


Cela fait bien longtemps que cette liaison fonctionne sans besoin de subvention... Elle est bien plus importante que la nouvelle liaison BCN-Civitaveccia :wink: .
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3903
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E

Messagepar GERARD76930 » Ven 06 Mar 2009 00:41

Certes, mais vu la taille des navires commandés par Grimaldi (qui est quand même un armateur assez important, une soixantaine de navires, dont beaucoup de rouliers et de chimiquiers), on peut penser qu'ils ont vraiment l'intention d'améliorer les chiffres de trafic ?
GERARD76930
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 95
Enregistré le: Mer 09 Juil 2008 16:11
Localisation: CAUVILLE SUR MER

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar basco - landais » Sam 11 Sep 2010 22:17

Allez, une nouvellle autoroute de la mer s'ouvre :


L'autoroute de la mer en service
Sud Ouest du 10/09/10 Par Philippe Baroux

Image
À Montoir, le nouveau terminal de la liaison avec Gijón. Photo dr

Hier à la mi-journée, le « Bridge » accostait pour la première fois dans le port espagnol de Gijón.
La veille au soir, le cargo de GLD Atlantique quittait Montoir, aux portes de Nantes. Avec l'objectif de détourner sur mer une partie du trafic routier de poids lourds.

Désormais, trois fois par semaine, ce roulier de 180 mètres de long traversera le golfe de Gascogne.
Cette première autoroute de la mer de la façade atlantique sera inaugurée le 16 septembre par le secrétaire d'État aux Transports, Dominique Bussereau, et le ministre espagnol de Travaux publics et du Transport, José Blanco López.

Les deux États engagent 30 millions d'aide sur sept ans pour ce projet qui bénéficie aussi du soutien de l'Europe, au titre du programme Marco Polo (4 millions).

Quatorze heures de traversée
L'exploitation du service a été confiée à Louis Dreyfus Armateurs et à Grimaldi, réunis au sein de la société GLD Atlantique.

Les lundis et mercredis soir et le samedi à la mi-journée, le « Norman Bridge » partira du port de Nantes-Saint-Nazaire.
Les mardis, jeudis et dimanches, il appareillera d'Espagne.
Ses 2 000 mètres linéaires de garage offrent une capacité d'embarquement de près de 150 ensembles routiers complets (tracteur et remorque). 450 euros le billet, quatorze heures de traversée.

Cette durée est l'une des clés pour favoriser l'adhésion des entreprises de transport au projet.
Le chauffeur peut effectuer en mer sa pause obligatoire, sachant que les routiers sont astreints à onze heures de repos par tranche de vingt-quatre heures de travail. C'est pourquoi le choix s'est porté sur un navire disposant de cabines.
Un élément susceptible de rassurer les transporteurs : dans le cas d'un roulier qui n'embarquerait que des remorques, ils devraient modifier leur chaîne logistique de pré et post-acheminement.

Le directeur général de Louis Dreyfus Lines, Christophe Santoni, met en avant cette souplesse, concédant que trois allers et retours hebdomadaires sont un démarrage prudent. « Notre posture est assez simple : l'amorce d'une telle ligne pourrait se faire avec six bateaux et trois départs par jour.
Mais le ticket d'entrée (225 millions sur sept ans) est tellement élevé que ça n'est pas réaliste.
Une amorce crescendo permettra de tester la pertinence du système.
S'il y a une vraie demande, nous verrons vite le degré d'intérêt. »
C'est une réponse aux critiques que formulait récemment le conseiller général vert de Saint-Nazaire, Gilles Denigot : « Le concept d'autoroute de la mer induit l'idée d'un tapis roulant. Avec seulement trois rotations par semaine, on est bien en deçà. On galvaude le concept ! »

20 millions d'investissement
Côté nantais, de lourds investissements ont été consentis ces deux dernières années pour héberger cette escale.
Une passerelle spécifique adaptée à l'embarquement des poids lourds sur le roulier, y compris les convois exceptionnels, a mobilisé 16 millions.
Investissement auquel s'ajoutent 4 millions pour le terre-plein, la clôture du site et sa surveillance, et 4 autres millions pour la gare de passagers.
Des sommes à confronter aux 47 millions du budget investissement de toute l'année 2009. « Ça n'est pas tout à fait une ligne maritime comme une autre, se réjouit le président du directoire du Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire, Jean-Pierre Chalus.

Ici, on envisage déjà de possibles interconnexions de cette ligne avec la liaison des Antilles, notamment pour le trafic de fruits et de produits réfrigérés, et avec le Maroc.
Une étude est aussi lancée, qui rapprocherait cette Transgascogne de connexions ferroviaires
Avatar de l’utilisateur
basco - landais
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 9117
Enregistré le: Sam 30 Aoû 2008 18:29
Localisation: A63 pas loin du PK 148 (Sud Landes)

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar basco - landais » Jeu 16 Sep 2010 18:25

A l'occasion de la première traversée, voir la vidéo diffusée par FR3 Aquitaine

http://aquitaine.france3.fr/info/aquita ... 0101810_F3
Avatar de l’utilisateur
basco - landais
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 9117
Enregistré le: Sam 30 Aoû 2008 18:29
Localisation: A63 pas loin du PK 148 (Sud Landes)

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar dionysos » Sam 26 Fév 2011 11:15

Un petit article qui montre le quotidien de la ligne merroutière Saint-Nazaire - Gijoñ, chère, à Basco: :wink:
http://www.sudouest.fr/2011/02/26/sur-l ... 93-736.php
Le routier de demain devra-t-il avoir le pied marin ? La question, pour saugrenue qu'elle paraisse, a du sens. C'est en tout cas le secret espoir entretenu par les promoteurs de « l'autoroute de la mer », lancée le 16 septembre dernier entre Montoir (Saint-Nazaire) et Gijón, en Espagne. Pour l'instant, c'est une goutte d'eau dans un océan de camions… sur la route.

Direction le terminal, où est amarré le « Norman Bridge ». C'est un fameux « ro-ro » (roll-on, roll-off ) qui accueille les véhicules par des rampes d'accès. Celui-ci a une capacité de 120 semi-remorques. Du long de ses 180 mètres hors tout, avec ses 2 000 mètres linéaires, le navire de la LD Lines a du coffre.

Embarquement immédiat. Le départ est prévu ce vendredi à 23 h 59. Une quarantaine de camions patientent depuis plusieurs heures déjà au pied des grues. Les formalités administratives occupent les routiers qui s'apprêtent à passer la nuit en mer pour une traversée estimée à quatorze heures. Peu après 22 heures, le manège commence. À grands coups de sifflet, une partie des 36 membres de l'équipage (Français, Anglais, Portugais, Polonais, un Estonien et un Lituanien) guident les poids lourds dans l'antre de l'ancien « Blanca del Mar ». La gestuelle est rodée, énergique, presque artistique. Les camions alignés sont fixés au sol avec de lourdes chaînes. On ne sait jamais. Le golfe de Gascogne, en cette période hivernale, peut s'avérer piégeur. On ne sera pas déçus.

Des routiers, pas des marins

Sur la passerelle, alors que la côte s'éclipse dans la nuit, les conversations des habitués de la ligne tournent autour du mauvais temps. Inconsciemment, on redoute les creux de 5 à 6 mètres, qui sont monnaie courante. Il y a un mois, certains ont vu des vagues passer par-dessus le pont supérieur. Les chargements ont été ballottés et quelques camions ont eu la tôle froissée.

« Parti comme c'est parti, le commandant anglais ne va pas mettre les gaz à 20 nœuds. La mer n'est pas terrible, et la sécurité et le confort passent avant la décision commerciale », explique Fernando. Ce Lisboète, marin de père en fils, est commissaire de bord. Cela fait vingt ans qu'il navigue, dont six pour Louis Dreyfus Armateurs, après un long passé de croisiériste sur un paquebot.

Sur le pont 7 du « Norman Bridge », dont les murs sont tapissés de tableaux hippiques « so british », les routiers prennent leurs marques avant d'aller rejoindre leurs couchettes doubles. 210 cabines passagers sont à disposition. Chacun s'installe au prétendu lounge bar. Les cartes et les dominos sont de sortie. Les discussions suivent le rythme du roulis. Mario, routier portugais, arbore fièrement l'écharpe bleu et blanc du FC Porto, mais cache sa joie d'être monté pour la première fois sur ce rafiot.

« On est des routiers, pas des marins. Sur la route, on est tranquilles. L'entreprise nous demande d'embarquer, mais il faut avoir l'estomac solide », dit-il. João, son partenaire de belote, partage son avis. Quand le thème de l'écologie vient sur le tapis, il coupe court : « Tout ceci n'est que politique. Les camions d'aujourd'hui sont à 0,5 g, super-écolos, bien plus que ce bateau », s'emporte-t-il, après une journée commencée à 7 h 20 du matin quelque part en Allemagne.

Sur le pont, pause cigarette et embruns pour les camionneurs espagnols. Carlos Callado, natif d'Oviedo, « Poney » de son nom de guerre, est beaucoup plus réceptif. « C'est mon quatrième voyage, un vers le bas, trois vers le haut. Tu gagnes du temps et, sur le bateau, tu te reposes. J'arrive de la frontière hollandaise, via Paris. Au total, ce sont 2 000 kilomètres au compteur. Par la route, tu pars le mardi et tu n'es pas de retour avant le lundi. Par mer, le samedi, tu es à la maison », se réjouit-il.

Son compère, Javier, transporte une cargaison de fer, d'autres fois ce sont des patates ou des céréales pour animaux. « C'est très intéressant pour le patron de nous faire voyager les week-ends, notamment le dimanche, quand nous ne pouvons pas circuler par la route. Parfois, tu perds quelques heures, mais tu évites les gendarmes. Être tranquille, ça vaut de l'argent. » Sur le « Norman Bridge », on dit se mettre en quatre pour le confort du routier. « Avant, on ne mélangeait pas les passagers avec les camionneurs. Les deux salles de restaurant étaient séparées. Notre philosophie a changé. Il n'y a plus de sectarisme ni d'a priori. Et cela se passe très bien », assure l'intendant, Fernando.

Après une nuit de baston et d'estomac retourné, une visite de la cabine de pilotage nous est proposée. Le commandant anglais et son second fixent l'horizon sans ciller. Le pilote prend les vagues aux trois quarts, « les épaules », comme on dit dans le jargon.

Le maître à bord avoue s'être dérouté au large pour éviter une plus grosse houle près des côtes (des creux de 5 mètres) avec un vent de force 5. Résultat : un retard de cinq heures, soit dix-neuf heures de navigation. Gijón est enfin là. Les routiers sont pressés, voire heureux, de prendre le volant. Partis de nuit de Saint-Nazaire, ils repartent de nuit sur les routes des Asturies. Dimanche, le « Norman Bridge » reprendra la mer, à 16 heures, avec un plein de 90 poids lourds. « Depuis le début, cela marche mieux dans ce sens-là. Nous approchons les 70 % de remplissage. Depuis Saint-Nazaire, c'est du 50 %. Et nous espérons faire beaucoup mieux en sortant de la crise avec plus d'exportations et moins d'achats », assure Adriano Cadrecha, un des responsables du très ambitieux port de Gijón.

100 000 camions espérés par an
L'autoroute de la mer Montoir-Gijón a été inaugurée le 16 septembre dernier. Depuis, elle tourne au rythme de trois allers-retours par semaine (http://www.ldlines.fr). Les premiers chiffres sont estimés « encourageants », puisque le « Norman Bridge » a embarqué 2 000 remorques dans les trois derniers mois de 2010. L'affluence la plus surprenante est venue des passagers classiques. Elle s'élève, dans la même période, à 6 300.

À terme, l'armateur Louis Dreyfus table sur 13 000 poids lourds dans la première année d'exploitation, puis sur 100 000 annuels au bout de cinq ans (de 3 % à 5 % du trafic actuel entre la France et l'Espagne).

Si les objectifs sont atteints, le périple deviendrait quotidien, avec deux bateaux en service ou, tout au moins, un plus grand que l'actuel. Pour un bateau exploité à une vitesse de 22 nœuds durant quatorze heures (durée moyenne de la traversée Saint-Nazaire-Gijón), le point mort économique est situé à 50 % de taux de remplissage, c'est-à-dire la moitié de la capacité annuelle du navire ropax (45 000 camions). Le « Norman Bridge », aujourd'hui en activité, a fait ses preuves sur la ligne Boulogne-Douvres.

Il a été construit par Astilleros Españoles, à Séville en 1999, et bat pavillon britannique. Les tarifs pratiqués se veulent attractifs. Ils sont de 450 euros un aller simple (400 euros si l'aller-retour est prévu). Par la route, les villes de Saint-Nazaire et Gijón sont distantes de 1 000 kilomètres et on estime à 1 euro le kilomètre pour les poids lourds.

L'intérêt de ce transport est bien évidemment d'ordre écologique. « Avec un taux de remplissage de 50 % à 60 %, notre bateau émet moins de CO2 que la totalité des camions transportés », assure Antoine Person, secrétaire général de Louis Dreyfus Armateurs.

La ligne Montoir-Gijón a suscité aussi un rapprochement économique (mais pas seulement) entre les deux villes. C'est ensemble que les deux ports présenteront leur aventure commune aux journées logistiques de Paris et de Barcelone.

J. S.
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1782
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar basco - landais » Sam 26 Fév 2011 12:22

Merci .....
J'ai lu cela ce matin, avec interet, mais n'avait pas eu le temps de le mettre en ligne :oops:

Il semblerait que ce soit un premier bilan positif et que cela aurait tendance à se developper, tout du moins sur ce parcours.
Meme si c'est une goutte d'eau, c'est avec cela qu'on fait de grande rivière :wink:

Il faut dire que c'est largement subventionné par l'Europe, alors quid de son devenir quand les subventions s'arreteront.

Autre petite nouvelle dans le secteur : Bayonne a aussi un petit terminal à container avec une nouvelle ligne (Bayonne - Anvers) ouverte depuis le 17 fevrier (une seule liaison par semaine pour l'instant)
http://www.bayonne.port.fr/actualite/6/ ... ne-feeder-«-bayant-»

Comme quoi, ca avance à petits pas :wink:
Avatar de l’utilisateur
basco - landais
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 9117
Enregistré le: Sam 30 Aoû 2008 18:29
Localisation: A63 pas loin du PK 148 (Sud Landes)

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar GeneralMotors » Dim 10 Juin 2012 06:25

Le transport européen de marchandises est assuré à 44 % par la route, 39 % par la navigation à courte distance, 10 % par le rail (4 % par les voies navigables, etc..).
De plus, les statistiques prévoient une forte augmentation du transport intérieur de marchandises et donc la saturation croissante des réseaux autoroutiers.
Quelles alternatives à la route ?
En Europe, le transport maritime à courte distance développé peut encore évoluer. Sa croissance égale celle du transport routier (25 % de 1995 à 2002). Les ports européens accueillent déjà des navires rouliers.
Quelques améliorations des interfaces port / autoroutes permettraient des autoroutes de la mer Italie/Grèce, Italie/Espagne, péninsule ibérique/Iles britanniques et freineraient la congestion des autoroutes de transit notamment françaises.
La poussée d’Archimède avantage le navire roulier au détriment du train porte camions empêtré dans ses problèmes de longueur, de rampe admissible (défaut du contact acier/acier) et de cout de lignes dédiées.
La France a sans doute une carte à jouer dans la construction de navires roulier et le concept de navire roulier du futur (1000 camions ? 50 nœuds ?) qui pourrait relier par exemple la péninsule ibérique à Anvers, Rotterdam et Hambourg.
GeneralMotors
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 65
Enregistré le: Dim 24 Avr 2011 18:19

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar GeneralMotors » Dim 14 Oct 2012 16:21

En attendant ce navire roulier du futur, 2 autoroutes de la mer pourraient relier la péninsule ibérique à Anvers, Rotterdam et Hambourg. Les camions emprunteraient l’autoroute maritime existante entre Gijon et St Nazaire, l’itinéraire routier (à mettre intégralement au standard autoroute / voie express) entre St Nazaire et Ouistreham et enfin, une autoroute de la mer à créer entre Ouistreham et les 3 ports du range Nord.
GeneralMotors
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 65
Enregistré le: Dim 24 Avr 2011 18:19

Re: [ Navigation ] Autoroutes de la mer

Messagepar gavatx76 » Dim 14 Oct 2012 16:31

A propos, le sommet franco-espagnol de cette semaine faisait état d'une future seconde autoroute de la mer entre Nantes et Vigo, et prolongement(s) depuis Le Havre jusqu'à Algeciras.
gavatx76
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3903
Enregistré le: Jeu 01 Nov 2007 01:50
Localisation: 41º20'N 02º02'E


Retourner vers Aérien, maritime, etc...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité