[ SNCF ] Discussion générale, enjeux...

Aménagements, constructions, projets, ferroutage, ...

[ SNCF ] Discussion générale, enjeux...

Messagepar Nono » Dim 11 Nov 2007 15:10

Quelques infos et pistes intéressantes ressortant d'un séminaire de la SNCF à  ST PAUL DE VENCE :

L'AFP a écrit:SAINT-PAUL-DE-VENCE (AFP) - Par Julie CHARPENTRAT - Dimanche 11 novembre 2007, 12h47

La SNCF qui se targue d'avoir rétabli sa situation financière, se prépare, après les grèves, à  affronter de nouveaux défis comme la saturation du réseau ferré ou le renforcement de la concurrence.

"L'objectif de (l'ancien président) Louis Gallois de redresser la SNCF est rempli" et "la trajectoire financière est devenue saine", a assuré la présidente de la compagnie ferroviaire Anne-Marie Idrac, lors d'un séminaire annuel destiné à  la presse, à  Saint-Paul-de-Vence.

Son numéro deux Guillaume Pepy prévoit que les résultats financiers de 2007 de la SNCF "seront les meilleurs de (son) histoire", malgré une dette de 5,6 milliards d'euros et une branche fret lourdement déficitaire.

La direction entend s'atteler à  de nouveaux défis, mais doit dans l'immédiat mener à  bien deux chantiers sociaux importants: le service minimum, qui doit entrer en vigueur début 2008 et la réforme des régimes spéciaux de retraite, au centre d'un appel à  la grève la semaine prochaine.

La SNCF, qui fêtera ses 70 ans le 1er janvier, est "confrontée à  des évolutions comme il n'y en a jamais eu", a lancé Mme Idrac, qui a énuméré un certain nombre de "risques". La saturation du réseau est déjà  visible sur la ligne à  grande vitesse (LGV) Paris-Lyon: aux heures de pointe, on compte douze trains par heure, un maximum.

En tout, la SNCF a identifié sept goulots d'étranglement (Rennes, Nantes, Marseille, TGV Est...). Et, selon M. Pepy, Paris-Lille arrivera à  saturation "dans moins de vingt ans".

Parmi les conséquences de l'encombrement et du vieillissement du réseau selon la SNCF: des trains un peu moins à  l'heure en 2007 qu'en 2006.

Pour y remédier, la proposition du Grenelle de l'environnement de créer 2.000 km de LGV en 2020 puis 2.500 km à  plus long terme "ne peut être que bonne", s'est réjouie Mme Idrac, qui ne cache pas sa volonté de surfer sur le thème du développement durable et le succès médiatique du Grenelle.

A cet égard, la SNCF juge "prioritaires" les lignes "rentables" et celles qui désengorgeront les lignes actuelles, comme Paris-Londres via Amiens, Paris-Lyon via Clermont-Ferrand ou encore une liaison est-ouest au sud de l'Ile-de-France.

Mais c'est la question de la concurrence qu'Anne-Marie Idrac a jugé "la plus exigeante", estimant qu'il faut réduire le "différentiel de compétitivité" de la SNCF vis-à -vis de ses concurrents actuels et futurs.

L'entreprise publique est déjà  confrontée depuis 2003 à  l'ouverture des lignes de fret ferroviaires internationales (nationales en 2006).

"On n'était pas prêts", a reconnu Mme Idrac. Fret SNCF a perdu 260 millions en 2006 et la part de marché de ses concurrents devrait avoir doublé fin 2008. "Le risque, c'est d'être évincés des marchés", a averti la présidente.

Pour ne pas répéter cette erreur, la SNCF compte "mieux préparer la concurrence" sur le marché des voyageurs, prévue en 2010 pour les lignes internationales et à  l'horizon 2020 pour les lignes intérieures, a souligné Guillaume Pepy.

La compagnie ferroviaire craint notamment la concurrence des compagnies aériennes qui pourront exploiter directement des trains.

"Après-demain, c'est un TGV aux couleurs d'Air France" que l'on verra circuler, a lancé Mireille Faugère, directrice des grandes lignes.

Pour devancer ses concurrents, la SNCF veut "améliorer la qualité de service" avec par exemple un personnel mieux formé au contact des usagers, l'internet sans fil à  bord ou une information trafic personnalisée par ligne.


:arrow: http://fr.biz.yahoo.com/11112007/202/satisfaite-de-sa-situation-financiere-la-sncf-s-apprete-de.html

Ainsi :

- la situation financière de la SNCF continue de s'améliorer ;

- la branche fret est toujours lourdement déficitaire et l'endettement important ;

- la LGV Paris-Lyon est saturée (rendant une deuxième ligne urgente) et la LGV Paris-Lille le sera dans 20 ans (barreau par Amiens indispensable :?: ) ;

- pour préparer l'ouverture à  la concurrence du trafic voyageurs, la SNCF veut améliorer la qualité du service.
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 856
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Lille, Grand Boulevard (D670, ex-N350)

Messagepar Nono » Dim 11 Nov 2007 15:34

Un autre article, plus financier, de la Tribune :

La Tribune a écrit: Dimanche 11 novembre 2007, 13h11

La SNCF prévoit pour 2007 les meilleurs résultats de son histoire

La société nationale compte dégager un bénéfice de 600 à  700 millions d'euros. Il devrait permettre d'investir dans les services aux clients. Mais une dette de 5,6 milliards d'euros pèse toujours sur les comptes.
La SNCF prévoit de dégager en 2007 un bénéfice courant entre 600 et 700 millions d'euros, annonce Guillaume Pepy, directeur général exécutif de la société nationale, ce dimanche 11 novembre. Ce bénéfice hors filiales est en forte hausse. Il n'avait atteint que 462 millions en 2006. Ces résultats seront "de très loin les meilleurs de notre histoire", se félicite Guillaume Pepy. La SNCF traîne toutefois une dette de 5,6 milliards d'euros à  mi-2007.

Cette progression est due à  une "politique tarifaire très agressive" et à  "un changement de culture" dans l'entreprise, passée d'une "culture budgétaire à  une culture de résultats", affirme Guillaume Pepy lors du séminaire annuel de la SNCF à  destination de la presse, organisé à  Saint-Paul-de-Vence. Cette prévision de bénéfice ne tient toutefois pas compte du coût de la grève des 18 et 19 octobre, soit environ 50 millions d'euros, ni de celle qui se prépare pour la semaine prochaine.

Les bénéfices dégagés permettront à  la SNCF d'investir davantage en 2008. Ces investissements devraient être supérieurs de 400 à  500 millions à  ceux de 2007, où ils s'étaient déjà  élevés à  2,1 milliards d'euros. Ils seront consacrés à  l'achat de matériel, à  la rénovation des gares et à  l'amélioration de l'information des usagers. Notamment, l'entreprise compte lancer "bientôt" un appel d'offres pour créer une "information trafic 100% personnalisée". Chaque voyageur inscrit recevra pas mail ou SMS les informations relatives à  la ligne ferroviaire qu'il emprunte.

Anne-Marie Idrac, la présidente de la SNCF, a ajouté que la SNCF "avait les moyens d'acheter des entreprises", évoquant "le secteur de la distribution à  l'étranger" sans plus de détails.

Les dirigeants de la SNCF se sont par ailleurs réjoui du bon démarrage du TGV Est en juin dernier tout en reconnaissant une "surchauffe". "Nous avons transporté 4 millions de voyageurs" en cinq mois, soit 40% de plus que prévu, a indiqué Mireille Faugère, directrice des grandes lignes. Désormais, le trafic se "calme" et le taux moyen d'occupation se situe à  72% soit "4 à  5 points de plus que prévu" mais contre 75% pour l'ensemble des lignes TGV, a précisé Mme Faugère.

:arrow: http://fr.biz.yahoo.com/11112007/155/la-sncf-prevoit-pour-2007-les-meilleurs-resultats-de-son.html
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 856
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Lille, Grand Boulevard (D670, ex-N350)

Re: [ SNCF ] Discussion générale, enjeux...

Messagepar lorp » Dim 11 Nov 2007 15:37

Nono a écrit:- pour préparer l'ouverture à  la concurrence du trafic voyageurs, la SNCF veut améliorer la qualité du service.

Ce que l'on ne peut qu'encourager !
A ce propos, Que Choisir a comparé, dans son dernier numéro, les prestations à  bord des ICE de la DB et des TGV de la SNCF sur la récente ligne Est, "pour rire". L'ICE sort vainqueur, notamment grâce des toilettes plus larges, la généralisation des prises de courant à  toutes les places, et une carte des collations servies à  bord bien plus large. Ce genre de comparatifs devraient devenir de moins en moins incongrus à  l'avenir...
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Augmentation de la concurrence dans le frêt

Messagepar L.Willms » Lun 12 Nov 2007 18:33

Le 7 novembre, la commission européenne informait:

Concentrations: la Commission autorise le projet d'acquisition d'English Welsh & Scottish Railway Holdings par Deutsche Bahn, sous réserve du respect de certaines conditions

La Commission européenne a autorisé, en application du règlement CE sur les concentrations, le projet d'acquisition d'English Welsh & Scottish Railway Holdings (EWS) par Deutsche Bahn (DB). La décision de la Commission est subordonnée à  l'engagement de DB de réaliser les projets d'extension d'EWS et de fournir un accès non discriminatoire à  certaines activités de formation et installations d'entretien d'EWS en France. Au vu de cet engagement, la Commission est parvenue à  la conclusion que l'opération envisagée n'entraverait pas de manière significative l'exercice d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci.

DB est une entreprise publique allemande des chemins de fer dont les activités concernent notamment le transport ferroviaire de passagers et de marchandises (par sa filiale «Railion») en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Danemark, ainsi que l'expédition de fret (par tous les modes de transport), la logistique et des services connexes dans le monde entier (notamment par sa filiale «Schenker»).

EWS est l'entreprise qui a pris la succession des activités du secteur fret de l'ancienne société détenant le monopole du transport ferroviaire au Royaume-Uni. EWS est présente dans le secteur du transport ferroviaire de marchandises et des services connexes au Royaume-Uni et, depuis peu, en France, par l'intermédiaire de sa filiale. EWS offre également des services de fret ferroviaire par le tunnel transmanche.

Bien que les activités des parties dans le secteur du fret ferroviaire ne se chevauchent sur aucun marché géographique, la Commission craignait que l'opération, telle qu'elle avait été notifiée initialement, ne donne lieu en France à  un affaiblissement de la pression concurrentielle exercée par EWS, nouvel arrivant sur ce marché. Sa crainte était que DB ne soit pas aussi motivée par la poursuite des activités de transport ferroviaire de marchandises en France qu'EWS ne l'aurait été en l'absence d'opération de concentration.

Afin d'apaiser les craintes de la Commission, DB s'est engagée a réaliser l'ensemble des projets d'extension d'EWS en France au cours des cinq prochaines années par des investissements dans les actifs clés (locomotives) et le personnel, tels que figurant dans le plan d'entreprise d'EWS, et de déployer ces activités en France. À titre de garantie supplémentaire du maintien de la concurrence sur ce marché, DB s'est aussi engagée à  fournir un accès équitable et non discriminatoire aux établissements de formation des conducteurs et aux équipements d'entretien d'EWS en France à  tous les exploitants ferroviaires tiers (  l'exception de la SNCF, opérateur historique en France), réduisant ainsi les obstacles potentiels à  l'entrée et à  l'expansion des entreprises souhaitant pénétrer sur le marché du fret ferroviaire français.

De plus amples informations sur cette affaire pourront être obtenues à  l'adresse suivante:

http://ec.europa.eu/comm/competition/me ... tml#m_4746


Source


Salut,
L.W.
Avatar de l’utilisateur
L.Willms
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 335
Enregistré le: Mer 25 Oct 2006 04:27
Localisation: Frankfurt

Messagepar marsupilud » Jeu 27 Mar 2008 00:28

Personne n'en a encore parlé ici, mais c'est pourtant une bonne nouvelle :

AFP/Yahoo! - Mercredi 19 mars a écrit:PARIS (AFP) - Le groupe SNCF a dégagé en 2007 un bénéfice net record de 1,042 milliard d'euros, presque le triple de celui de 2006, et va verser à  l'Etat 130 millions d'euros de dividende, le premier de son histoire, a annoncé mercredi la compagnie ferroviaire, dans un communiqué.

Passant pour la première fois la barre du milliard d'euros, le résultat net est multiplié par 2,8 par rapport aux 368 millions dégagés en 2006.

Selon le nouveau président de la SNCF, Guillaume Pepy, cité dans le communiqué, la compagnie connaît "une situation financière d'ensemble sans précédent dans son histoire".

Son chiffre d'affaires est en hausse de 8%, à  23,7 milliards d'euros. Ce chiffre comprend environ 500 millions d'euros de péages ferroviaires versés par les régions à  la SNCF et que celle-ci reverse à  Réseau ferré de France (RFF), a expliqué un porte-parole de la compagnie ferroviaire.

Cette hausse "résulte de progressions d'activité enregistrées dans chacune des branches (Transport et Logistique, Voyageurs France Europe, Proximités, Infrastructure et Ingénierie) et de l'acquisition" de la société de logistique Wilson par Géodis, filiale de la SNCF, explique l'entreprise publique dans le communiqué publié à  l'issue du conseil d'administration.

Le bénéfice courant ressort à  657 millions d'euros, doublé par rapport aux 324 millions de 2006.

La SNCF versera à  l'Etat "pour la première fois" un dividende de 131 millions d'euros, "dont 50 millions, soit près de 40%, seront destinés à  renforcer la politique d'investissement ferroviaire publique".

Voyageurs France Europe (VFE, les grandes lignes) a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 4,5% à  6,9 milliards, "avec un taux d'occupation record des TGV", ainsi qu'une "forte augmentation du trafic international" (Eurostar, Thalys).

Les trains régionaux et interrégionaux (TER, Transilien et Intercités) voient leur chiffre d'affaires augmenter de 4% à  5,9 milliards.

La SNCF confirme son "ambition de développer le fret ferroviaire", qui a perdu environ 240 millions d'euros en 2007.

La compagnie ferroviaire souligne aussi "un point bas historique" de son endettement à  4,5 milliards d'euros, contre environ 6,5 milliards à  fin 2006.

Toutefois, selon un document obtenu par l'AFP, la réduction de la dette est pour moitié imputable à  un changement de méthode comptable, à  hauteur de 1 milliard.

En 2006, les résultats de la SNCF avaient été en partie plombés par une perte exceptionnelle dans le fret.


Et donc, juste retour des choses ...

Libération a écrit:La SNCF va partager ses bénéfices avec l'Etat : la compagnie ferroviaire, qui a dégagé plus d'1 milliard d'euros en 2007, pourrait verser quelque 130 millions d'euros à  son (heureux) actionnaire.

LIBÉRATION.FR (AVEC SOURCE AFP) mardi 18 mars 2008

C'est une situation sans précédent. La SNCF va verser pour la première fois de son histoire un dividende à  l'Etat. Justifié par des bénéfices 2007 en forte hausse, ce "cadeau" s'élèverait à  environ 130 millions d'euros.

Interrogée, la compagnie ferroviaire a confirmé le versement d'un dividende, sans en préciser le montant qui devrait être dévoilé mercredi lors de son conseil d'administration: "On considère comme naturel, quand on a fait des bénéfices aussi importants et avec une situation (financière) saine, de verser un dividende."

Selon un document obtenu par l'AFP, la SNCF va annoncer mercredi des bénéfices en forte augmentation, avec notamment un bénéfice net qui dépasse le milliard d'euros.

La SNCF a par ailleurs "demandé qu'une partie de ce dividende (40%) soit consacrée à  l'infrastructure ferroviaire" et donc à  l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afit), qui manque de ressources.

Pour la Fédération des associations d'usagers des transports (Fnaut), le versement de ce dividende "suscite l'inquiétude car, manifestement, l'Etat sous-estime l'ampleur de l'effort financier qui est nécessaire pour mieux répondre aux exigences de service public".


Maintenant que les gens aiment prendre le train, et que le TGV dispose d'une clientèle plutôt fidèle, et en attendant ses nouveaux déploiements, on va pouvoir se recentrer vers l'exploitation des liaisons intercités, et le maillage secondaire du territoire .... !
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar nanard » Ven 28 Mar 2008 12:57

C'est une bonne nouvelle, car la SNCF a besoin d'argent :
1) pour se désendetter.
2) pour renouveler son matériel roulant ou l'adapter (support de l'ERMTS et des tensions étrangères pour les trains transfrontaliers, en particulier FRET).
C'est quand même dommage que le fret soit toujours la dernière roue du carosse. Nos voisins anglais et allemands arrivent à  faire du fret rentable, pourquoi pas la SNCF ???
nanard
Route Départementale
Route Départementale
 
Messages: 170
Enregistré le: Dim 30 Sep 2007 00:58
Localisation: Paris

Messagepar lorp » Ven 28 Mar 2008 19:56

Maintenant, la mauvaise nouvelle : RFF aussi a besoin d'argent.
LeMonde.fr a écrit:La SNCF pourrait augmenter le prix des billets de TGV pour financer le réseau ferré
LEMONDE.FR | 24.03.08 | 16h36 - Mis à  jour le 24.03.08 | 17h02

L'arbitrage sera rendu en juillet par l'Etat, mais les usagers du TGV peuvent d'ores et déjà  s'attendre à  une hausse significative du prix des billets : selon les prévisions internes de la SNCF, auxquelles le Journal du dimanche du 23 mars a eu accès, l'entreprise s'attend à  voir le tarif des péages qu'elle verse à  Réseau ferré de France (RFF), propriétaire et gestionnaire des voies, augmenter de 80 % d'ici à  2015.

Une telle augmentation du prix des péages, qui dépend en dernier ressort du gouvernement, se traduirait pour la SNCF par un surcoût de 900 millions d'euros, presque autant que son milliard d'euros de bénéfices net pour 2007. Ces péages ont un effet direct sur les tarifs pratiqués par l'entreprise, puisqu'ils représentent aujourd'hui 30 % du prix d'un billet de TGV. "L'impact des péages sur le prix des billets sera pris en compte dans l'arbitrage final", tempère, dans le JDD, le secrétariat d'Etat aux transports, qui rappelle que les tarifs de la SNCF sont validés par le gouvernement.

Dès le 3 décembre, le président de RFF, Hubert du Mesnil, avait évoqué la possibilité d'augmenter les péages versés par la SNCF pour le passage des TGV. L'entreprise, propriétaire des rails, a de très gros besoins de financement, notamment pour rénover le réseau et construire d'ici à  2020 les 2 000 km de lignes à  grande vitesse promis par Nicolas Sarkozy à  l'issue du Grenelle de l'environnement. RFF supporte aussi une dette de 27 milliards d'euros héritée de la SNCF lors de la séparation du réseau et de l'exploitation, en 1997.

Le Monde.fr
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Sarkozy trace les taches de Pépy à  la tête de la SNCF

Messagepar L.Willms » Sam 29 Mar 2008 08:47

..
Modifié en dernier par L.Willms le Lun 06 Avr 2009 00:28, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
L.Willms
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 335
Enregistré le: Mer 25 Oct 2006 04:27
Localisation: Frankfurt

re

Messagepar mr-harry » Jeu 17 Avr 2008 20:18

Une ligne est-ouest en IDF ? il parle de quoi à  votre avis ?
mr-harry
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 583
Enregistré le: Mer 22 Aoû 2007 20:48

Messagepar Nono » Dim 05 Oct 2008 18:17

Article alarmiste de La Tribune sur les conséquences de la crise financière sur la banche Transports et Logistique de la SNCF :

La Tribune a écrit:La SNCF touchée par la crise financière
La Tribune.fr - 05/10/2008 à  14:35 - 504 mots

La branche Transports et Logistique, la première activité de la SNCF en terme de chiffre d'affaires, subit les effets de la crise financière, indiquent les dirigeants du groupe, en particulier le transport des pièces automobiles ou des eaux en bouteille. Le transport de voyageurs (TGV, Corail, TER,...) est pour l'instant épargné.
La branche Transports et Logistique, la première activité de la SNCF en terme de chiffre d'affaires (environ 8,5 milliards d'euros), "va être frappée de plein fouet" par la crise, a affirmé Guillaume Pepy lors du séminaire de presse annuel. "Les trafics sont en retrait par rapport à  ce qu'on attendait", a précisé le patron de la branche Pierre Blayau, sans vouloir donner de chiffres. "On attend les effets d'une reprise économique", a-t-il ajouté. Cela prendra-t-il "quelques mois, un, deux ou trois semestres ? On ne sait pas".


Pour le directeur financier du groupe, David Azéma, cette branche, qui compte aussi bien la filiale de logistique et de transport routier Geodis que le fret ferroviaire de la maison mère (Fret SNCF), "fait face à  une dégradation dont il est difficile de mesurer l'ampleur". Selon lui, c'est une nouvelle fois le Fret SNCF qui, déjà  mal en point, est le plus touché. Il a même, explique david Azéma "complètement mangé les résultats" de la branche.

D'après la CGT-Cheminots, le fret ferroviaire a vu son trafic baisser de 8,8% et ses recettes reculer de 4% entre janvier et août tandis que la presse évoque une perte creusée à  300 millions pour 2008, autant de chiffres que la direction a refusé de confirmer.


Parmi les secteurs les plus touchés, le transport de pièces automobiles, qui pâtit du ralentissement du secteur ou encore les eaux en bouteilles, de moins en moins consommées. Ainsi par exemple, à  la gare de Bellegarde (Ain), où transitent habituellement une centaine de wagons par jour remplis de bouteilles d'Evian, la SNCF n'en compte plus que cinquante depuis mai.

Du coup, la crise fait replonger le fret ferroviaire qui, bien que très mal en point depuis des années, avait connu un léger mieux en 2007. Autant dire que l'objectif de la SNCF de faire revenir son fret ferroviaire à  l'équilibre en 2010 sera difficile à  tenir.

En revanche, la crise épargne pour l'instant le transport de voyageurs. Sur ce segement, "l'impact de la crise n'est pas sensible", a affirmé Guillaume Pepy, car le ralentissement économique "est en ce moment compensé par un transfert de la route vers le rail" grâce à  la cherté des carburants.

Une analyse partagée par l'Union internationale des chemins de fer: selon elle, sans la hausse de l'essence, le transport de voyageurs en Europe serait en repli. La SNCF a vu son trafic grandes lignes augmenter de 5,9% au premier semestre et attend pour 2008 des hausses d'au moins 7% pour les TER et de 3% en Ile-de-France.

Autre élément rassurant selon la SNCF, son accès au crédit n'est pas menacé malgré la crise financière, puisque la SNCF est entièrement publique et les investissements comme les objectifs financiers ne sont pas remis en cause. La SNCF va d'ailleurs lancer en 2009 un énorme appel d'offres qui portera sur des dizaines de rames TGV nouvelle génération, pour remplacer les anciennes. Toutefois, s'est inquiété Guillaume Pepy, "cela va-t-il durer ou la force du ralentissement économique va l'emporter ? On ne sait pas."

La SNCF a annoncé en août un plan d'économies de 100 millions d'euros pour faire face au ralentissement économique.

©LaTribune.fr

Pour la baisse du transport de bouteilles d'eau, ça peut se comprendre :
1) avec cet été assez calamiteux, les gens ont forcément eu moins soif !
2) avec la baisse du pouvoir d'achat, de plus en plus de personnes se rabattent sur l'eau du robinet.

Idem pour les pièces automobiles : moins de voitures vendues = moins de composants à  transporter.
Avatar de l’utilisateur
Nono
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 856
Enregistré le: Sam 26 Aoû 2006 13:31
Localisation: Lille, Grand Boulevard (D670, ex-N350)

Messagepar flogo » Mer 08 Oct 2008 22:30

Nono a écrit:Pour la baisse du transport de bouteilles d'eau, ça peut se comprendre :
1) avec cet été assez calamiteux, les gens ont forcément eu moins soif !
2) avec la baisse du pouvoir d'achat, de plus en plus de personnes se rabattent sur l'eau du robinet.

Idem pour les pièces automobiles : moins de voitures vendues = moins de composants à  transporter.


:lol: :mrd: carrément!
Avatar de l’utilisateur
flogo
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1139
Enregistré le: Lun 24 Sep 2007 21:35
Localisation: [région messine]

[Article] Feu sur la SNCF !

Messagepar super5 » Ven 07 Nov 2008 14:23

[Article] Feu sur la SNCF !

Après des incidents en série, le ton monte entre le gouvernement et la SNCF

Neuf mois après son arrivée à  la tête de la SNCF, Guillaume Pepy essuie de plus en plus souvent les foudres du gouvernement, qui ne cache plus son agacement après plusieurs incidents de caténaires à  l'origine d'énormes pagailles pour les usagers. Une nouvelle rupture survenue samedi soir dans l'Essonne a suscité la colère du secrétaire d'État aux Transports Dominique Bussereau, qui a immédiatement dénoncé "l'incident de trop". Et peu importe si cette fois la rupture du câble électrique semble due à  des tirs de fusil et non à  une défaillance de la SNCF. Pour sa défense, la compagnie publique a, dès dimanche, fait parvenir aux rédactions la photo d'impacts de gros calibre relevés à  proximité des installations.

Mais Dominique Bussereau n'en démord pas : "Il n'empêche que ce type de dysfonctionnements a été beaucoup trop nombreux ces derniers mois" et "c'est tout à  fait inacceptable", a-t-il insisté à  l'Assemblée nationale mardi, à  l'avant-veille de la grève de cheminots. Raison du courroux gouvernemental, cet accident, qui a retardé des dizaines de TGV Atlantique, succédait à  plusieurs autres en août et septembre.

Survenant en pleines vacances ou au milieu d'un week-end prolongé, ces pannes ont retardé des dizaines de trains pendant des heures et contraint des milliers de voyageurs à  dormir dans les TGV ou dans les gares. Au point que la SNCF a dû diligenter un audit des caténaires, à  remettre au gouvernement. Déjà , Dominique Bussereau avait employé le terme d'"inacceptable" et exigé "des résultats rapides".

"Série noire"

Et même si les incidents ont des origines diverses, même si les caténaires n'appartiennent pas à  la SNCF mais à  Réseau ferré de France (RFF), le secrétaire d'État en profite pour attaquer la compagnie ferroviaire là  où ça fait mal : le manque d'information aux usagers, grief perpétuel des voyageurs. "Il faut améliorer encore l'information en temps de crise", a-t-il exigé mardi. Régulièrement pourtant, Guillaume Pepy fait amende honorable et admet que l'information n'est pas exactement le point fort de la SNCF, tout en martelant sa ferme intention de "mettre le paquet sur l'info". Déjà  confronté à  une "série noire" au printemps, avec des Eurostar mettant plus de dix heures pour rallier Paris à  Londres, Guillaume Pepy avait promis des "mesures" pour mettre fin aux incidents et améliorer l'information. Mais "à  chaque fois, les voyageurs ne sont pas informés, sont perdus, reçoivent des informations trop tard", constate le ministre.

La semaine dernière, c'est le secrétaire d'État à  la Consommation et porte-parole du gouvernement Luc Chatel qui estimait que la SNCF pouvait "faire des progrès" en matière de clarté dans l'affichage des tarifs et qui la pressait de rembourser les usagers en cas de retard et non plus seulement de compenser leur billet en bons-voyage. Devant la presse, Luc Chatel reproche aussi à  la SNCF d'avoir un numéro d'appel "surtaxé", le 36 35.

Entre la SNCF et Dominique Bussereau, le ton était déjà  monté fin mai lorsque ce dernier s'était dit mécontent de la décision du président de la SNCF d'annuler une table ronde sur la restructuration du fret. Avec la signature lundi d'un contrat entre l'État et RFF, propriétaire des infrastructures, qui porte à  13 milliards d'euros en 2015 les sommes allouées à  la rénovation du réseau, le gouvernement dispose d'un argument supplémentaire pour se faire entendre de la SNCF, qui bénéficiera nécessairement de l'amélioration de l'état des voies ferrées.


:arrow: http://www.lepoint.fr/actualites-societ ... 0/0/289702
Avatar de l’utilisateur
super5
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 6113
Enregistré le: Ven 19 Sep 2008 11:29
Localisation: Environs de Paris

Messagepar marsupilud » Ven 07 Nov 2008 14:30

Je crois que l'article montre dès le début ce qui ne va plus : la présidence de la SNCF ! On court à  la catastrophe, à  ce rythme là  ..
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Re: [ SNCF ] Discussion générale, enjeux...

Messagepar nucleo1985 » Lun 17 Nov 2008 17:39

Nono a écrit:la LGV Paris-Lyon est saturée (rendant une deuxième ligne urgente)


C'est un discours un peu alarmiste de la SNCF !
oui, la LGV Paris-Lyon est utilisée au maximum de ses capacités (12 sillons / heure) mais une heure le matin (8h00-9h00) et uniquement dans le sens pair, et une heure le soir (18h00-19h00) dans le sens impair ! ça laisse pas mal de capacité résiduelle...

en outre, il y a des projets d'augmentation de capacité à  infra constante: renforcement des sous stations et mise en oeuvre d'une nouvelle signalisation (genre ERTMS niveau 2) qui permettrait d'augmenter la capacité à  15 voire 16 sillons / heure et par sens.

S'il y a une ligne à  grande vitesse saturée dans le monde, c'est celle du Tokaïdo (Tokyo-Osaka) qui doit transporter 3 fois plus de passagers que la LGV PAris-Lyon... Et le projet de doublement de la LN1 japonaise est encore dans les cartons....
Avatar de l’utilisateur
nucleo1985
Route Départementale
Route Départementale
 
Messages: 109
Enregistré le: Ven 31 Oct 2008 22:17
Localisation: Paris

Messagepar super5 » Lun 22 Déc 2008 13:40

Mise en garde du président du CR Midi-Pyrénées concernant le financement des Corail :
http://www.toulouse7.com/2008/12/16/tra ... vernement/

Trains Corails, Malvy met en garde SNCF et Gouvernement

Posted on décembre 16, 2008
Filed Under Economies |

"Le débat sur le financement du déficit des Trains Corail semble être relancé par la SNCF" a déclaré mardi 16 décembre Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, d'Avenir Rail et responsable de la Commission Transports de l'Association des Régions de France.

Faire peser les déficits sur les Régions

« La SNCF a annoncé il y a quelques mois 1 milliard d'euros de bénéfices pour l'année 2007 qui ont engendré 131 millions d'euros de dividende pour l'Etat.

La SNCF et l'Etat déclarent pourtant aujourd'hui qu'ils ne peuvent pas, l'un comme l'autre, assumer le déficit des trains du réseau Corail.

Qu'on ne s'y trompe pas, ce sont bien des trains « Grandes Lignes » qui relèvent de la compétence exclusive du gouvernement. On voit bien la manœuvre : en désignant ces Trains Corail comme des « liaisons interrégionales », la SNCF veut faire croire qu'il s'agit de trains régionaux. Ce n'est pas le cas. Les Régions, de par la loi, ont compétence sur les TER et sur rien d'autre en matière ferroviaire. Ce débat a été tranché il y a 4 ans alors que la SNCF avait déjà  tenté de faire peser le déficit des Corails sur les Régions. Attention à  ne pas renouer avec la crise, les trains Corail sont de la responsabilité de l'Etat et de la SNCF, et non des Régions », a déclaré Martin Malvy.
Avatar de l’utilisateur
super5
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 6113
Enregistré le: Ven 19 Sep 2008 11:29
Localisation: Environs de Paris

Messagepar Marcheur 2418 » Mar 23 Déc 2008 09:55

L'Etat ne veut plus rien payer...si peut être des trains
inter-pays :cry:
Marcheur 2418
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mer 19 Déc 2007 15:54
Localisation: Bourges

Messagepar dionysos » Mar 23 Déc 2008 12:46

C'est sur que pour financer des lignes TGV Paris - Bratislava, qui seront parcourus par 10 fois moins de monde de bout en bout que par exemple, Paris - Limoges - Toulouse, il y a des budgets européens pour financer l'intégralité de la LGV est en priorité :cry:

Il est certain qu'avec seulement trois relations O/D desservies, l'offre Corail Téoz n'a aucun avenir...

Et ne croyez pas que ce sera mieux quand vous aurez cassé la tirelire pour une relation TGV qui vous endettera pour un demi-siècle, même là  on vous demandera de payer si le bénéfice courant n'est pas au rendez-vous... :evil:
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1772
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Messagepar marsupilud » Mer 24 Déc 2008 18:00

dionysos a écrit:C'est sur que pour financer des lignes TGV Paris - Bratislava, qui seront parcourus par 10 fois moins de monde de bout en bout que par exemple, Paris - Limoges - Toulouse, il y a des budgets européens pour financer l'intégralité de la LGV est en priorité :cry:

C'est quoi cette soupe ?
Pourquoi les régions ne s'organiseraient-elles pas pour financer des relations entre elles, et les états entre-eux ? L'échange est beaucoup plus riche quand il a pour but d'associer "l'Autre", à  quelque échelle que ce soit. Pour s'en rendre compte, il faut bouger.
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar dionysos » Jeu 25 Déc 2008 02:01

HS en réponse à  Marsupilud:Désolé si ce que j'ai dit te dérange du point de vue d'une certaine intégration européenne, mais je ne crois pas à  l'intérêt de relations ferroviaires intra-européennes diurnes de plus de 1500 kilomètres, sauf pour quémander des budgets auprès des organismes européens compétents...
Et ce dans l'objectif réel de financer des liaisons intra-étatiques, et de satisfaire dans le cas cité, la dernière région métropolitaine restée dans le camp de la majorité...sans animosité aucune pour mes compatriotes d'outre-vosges...qui auraient pu attendre sereinement une vingtaine d'année la construction de la deuxième phase de la LGV est.
(on peut m'objecter le rôle de Strasbourg en temps que siège du
Parlement européen, mais je pense que celui-ci devrait siéger définitivement à  Bruxelles...) Fin du HS

Pour revenir au sujet, je ne suis pas favorable à  ce que les régions passent à  la caisse de nouveau pour financer l'activité non TGV de VFE! :shock: sauf pour quelques liaisons interrégionnales stratégiques comme Lyon - Bordeaux, Nantes - Bordeaux,( à  condition que l'état s'engage à  financer l'electrification/modernisation), et des dessertes TGV spécifiques: (Brive - Lille, Clermont-Fd - Lille)...

Ou alors on considère les corails comme des TER au long cours, on laisse monter les bénéficiaires de tarifs régionaux, et on rétablit les arrêts à  Souillac et Gourdon sur Paris - Cahors - (Toulouse)...
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1772
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Messagepar marsupilud » Jeu 25 Déc 2008 19:42

dionysos a écrit:Ou alors on considère les corails comme des TER au long cours, on laisse monter les bénéficiaires de tarifs régionaux

Ce qui est maintenant le cas du Bordeaux-Lyon "direct", via le Massif Central
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Suivante

Retourner vers Chemins de fer

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités