Projets de chemins de fer abandonnés

Aménagements, constructions, projets, ferroutage, ...

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Mar 08 Oct 2013 17:43

Voici le rapport de 1854 de la ligne Paris à Nevers (désolé, j'ai des photos qui ont été perdues suite à un bug de mon ordinateur :( ).
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Mar 08 Oct 2013 21:36

Pour ce qui concerne l'Allier et le chemin de fer local, voici ce que j'avais eu le temps de trouvé:
Voici une carte des projets de 1880:
Image


:arrow: La ligne pour relier Sancoins-Lapeyrouse et Chantelle à Paray-Monial et Dompierre est un projet de 1880 qui fut réalisé mais qui n'a pas adopté cette configuration et ce tracé. La ligne entre Sancoins et Lapeyrouse a gardé les grandes lignes du tracé prévu. En revanche le tronçon de Chantelle à Paray-Monial a été redirigé sur Digoin pour économiser la construction de kilomètres supplémentaires et surtout d'un viaduc. La branche vers Dompierre a elle aussi subi un rabotage pour éviter le surcoût que provoquées deux lignes quasiment parallèles.
Image
Image


:arrow: La ligne Dompierre-Decize est un projet des années 1890, qui fut très vite abandonnée vue le très fort risque de déficit envisagé.
Rapport
Image
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Lun 04 Nov 2013 23:00

Il eut un projet de relier directement Lyon à Chambéry en passant par la Dent du Chat.http://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin_de_ ... n#Histoire
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Lun 19 Mai 2014 21:51

J'ai trouvé un document passionnant sur le site de la Bibliothèque Nationale de France. C'est une carte datée de 1838/1839 environ où l'on peut voir l'un des projets pour relier Nevers (58) à Brassac-les-Mines (63) par le chemin de fer. Le tracé du projet décrit l'itinéraire suivant :

Il part du pont de Loire à Nevers et suit la direction Sud-Est en emprunte la vallée de la Loire par la rive gauche. L'itinéraire aurait ensuite remonté la vallée de la Colâtre puis pris la direction de Moulins quasiment en ligne droite avec seulement quelques courbes au rayon élevé. La voie serait passé sur la rive gauche de l'Allier légèrement au Nord de Moulins et aurait longé de plus ou moins prés la N9 en desservant Moulins, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Gannat, Aigueperse et serait arrivé à Montferrand. À partir de là un embranchement en triangle se serait détaché de la ligne principale pour desservir Clermont en antenne. La ligne principale aurait continué son chemin en direction du Sud en passant par les gorges de l'Allier. À la sortie des gorges elle aurait desservi Issoire et aurait continué son chemin dans la vallée de l'Allier jusqu'à Brassac.

J'ai également trouvé ce rapport qui est peut-être en relation avec cette carte.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62142850/f7.image
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar canouan » Jeu 09 Fév 2017 17:55

YET a écrit:N'étant pas de la région, je n'y ai pas trainé mes guêtres pour vérifier s'il y a d'éventuels vestiges, mais avez-vous entendu parler d'un projet de voie ferrée jamais construite vers Brest? En effet, à quelle hypothétique ligne le tablier inférieur (ferroviaire) du pont Albert-Louppe avait-il été affecté?


Bonjour, la ligne qui devait emprunter le tablier inférieur du pont Albert-Louppe était une ligne à voie métrique Brest Le Faou via Plougastel, ligne qui n'a jamais été construite mais dont j'ai retrouvé le projet de tracé aux archives départementales.

Brest Plougastel Le Faou.png
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
canouan
Sentier
Sentier
 
Messages: 1
Enregistré le: Jeu 09 Fév 2017 17:28

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Jeu 09 Fév 2017 23:16

Tout d'abord, bienvenue a toi :D

Intéressant ce plan, aurais-tu le reste de la carte, histoire de voir le tracé complet de cet ancien projet ?
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar JMB » Ven 10 Fév 2017 07:45

Bienvenue Canouan.
La suite du tracé serait effectivement intéressant car la ligne au franchissement de l'Elorn ne prend pas la direction de Brest en suivant par exemple le tracé de la ligne SNCF au niveau du Relecq mais donne plutôt l'impression de filer vers Guipavas.
Avatar de l’utilisateur
JMB
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1628
Enregistré le: Jeu 30 Mar 2006 18:52
Localisation: 91 RD186 Km 3

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar jylb » Dim 26 Fév 2017 00:08

La carte est antérieure à la construction du pont.
La traversée de l'Elorn se fait à l'emplacement du bac. Et effectivement, la ligne semble remonter vers Guipavas.
jylb
Chemin
Chemin
 
Messages: 27
Enregistré le: Lun 22 Avr 2013 19:40

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar jjb66 » Mer 19 Avr 2017 17:28

Je ne veux pas être sceptique, mais Tarbe (à l'époque sans "s") Pau direct par le plateau de Ger ...vu le dénivelé, je n'y crois pas ! L'autoroute A64 a quelque mal avec d'un côté (Est) un rampe assez raide, de l'autre (Soumoulou) une rampe plutôt longue qui a obligé à déplacer l'échangeur vers l'ouest ... je ne vois pas un chemin de fer par là, ou alors, il faut faire un tel détour par le nord ...
jjb66
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 73
Enregistré le: Jeu 28 Avr 2011 14:18
Localisation: 33 Bordeaux (Bruges) et 66 Formigueres

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar frantz58 » Dim 07 Mai 2017 11:47

J'ai trouvé ce livre de 1931 numérisé qui parle d'un projet à l'époque d'une ligne directe entre Saint-Étienne et Valence à travers le massif du Pilat.
Le prolongement de la ligne du Bourbonnais.

La Chambre de Commerce de Saint-Etienne, on s'en souvient a pris l'initiative, en novembre 1923 et juin 1924, de demander l'ouverture d'une ligne de' chemin de fer de Saint-Etienne à Valence prolongeant à travers le massif du Pilât la ligne du Bourbonnais dans la direction de Marseille. La Compagnie des chemins de fer P.L.M. a rapidement établi un avant-projet qu'elle a transmis en avril 1926 au Ministre des Travaux Publics et des assurances formelles ont été données que l'idée serait réalisée dès que les conditions financières le permettraient. Cette ligne, dont les avantages principaux ont été indiqués ici-même, établirait une nouvelle relation rapide entre Paris, le nord de : la France et l'Angleterre d'une part, le Languedoc, le Bas-Rhône et Marseille de l'autre, en même temps qu'elle ouvrirait de vastes débouchés aux industries variées de la région stéphanoise. La question vient de faire un nouveau pas dans son évolution administrative normale : si la construction de la ligne Saint-Etienne — Valence ne figure pas dans le plan d'outillage national dressé par le Gouvernement (il ne prévoit rien, effet, pour les chemins de fer), elle est indiquée par contre dans le rapport du Conseil d'Administration de la Compagnie P.-L.-M. pour 1930 parmi celles dont la concession sera demandée. C'est un point important. Un nouvel et puissant appui vient d'être acquis au projet, celui de la Chambre de Commerce de Marseille qui, par une longue délibération du 17 juin 1930, après avoir considéré l'utilité générale de la ligne, « s'associe au vœu de la Chambre de Commerce de Saint-Etienne et demande instamment au Ministre des. Travaux Publics sa prompte réalisation». Au point de vue marseillais, indiqué dans de nombreux articles de la presse locale, la ligne du Bourbonnais prolongée ! rendrait plus intense les expéditions de la région stéphanoise et du centre de la France sur Marseille, mais aussi, en dégageant la ligne de Bourgogne de plus en plus encombrée et en diminuant la longueur du parcours Paris-Marseille, elle, attirerait vers ce port une partie du trafic de l'Angleterre et du Nord de la France qui emprunte aujourd'hui la voie maritime ; elle compenserait ainsi la diminution ; des transports de Marseille sur Nice et l'Italie qu'on escompte avec l'ouverture de la ligne projetée et concédée d'Avignon aux Arcs. La région rhodanienne toute entière ne peut que gagner à la réalisation de ce projet dont l'utilité nationale est évidente et dont les avantages sont hors de pair avec les sacrifices pécuniaires à consentir.



Un second extrait un peu plus précis que le premier parle de ce projet.
En octobre 1923 et en juin 1924, la Chambre de Commerce de Saint- Etienne et l'Office des transports des Chambres de Commerce du Sud-Est demandèrent l'étude définitive de la ligne de Saint-Etienne au Rhône. Les travaux furent poussés rapidement puisque, le 25 août 1926, le directeur de la Compagnie P.-L.-M. adressait au Ministre des Travaux publics — qui le lui avait demandé — , l'avant-projet dont voici les caractéristiques essentielles. La ligne est destinée au grand trafic et calculée pour le passage des grands express et des trains de marchandises lourdes, c'est-à-dire avec un rayon minimum de 500 mètres dans les courbes et une pente maxima de 10 millimètres. Elle aura 107 kilomètres de longueur et son altitude ne dépassera jamais 540 mètres. Ses deux voies se grefferont sur celles de Paris à Saint-Etienne près de cette ville, franchissant la vallée du Gier en amont de Saint-Chamond, traversant le massif du Pilât par deux tunnels de 2.700 et 5.250 mètres et rejoindront par un pont sur le Rhône, près de Valence, la ligne maîtresse de la rive gauche. Le coût est évalué à 100 millions d'avant-guerre, « Sans doute, conclut le rapport, les circonstances actuelles (août 1926) ne permettent pas d'engager pareille dépense, mais en raison du très grand intérêt que présente cette ligne, nous pensons que l'idée doit être retenue pour la réaliser le jour où la situation financière le permettra ».


Et enfin un troisième extrait complètent le tout.
L'avant-projet de 1926 comportait une double voie: de 107,900 km se détachant à la Fouillouse de la ligne de Roanne à Saint-Etienne, passant à la Talaudière, où ' une gare de triage soulagerait Châteaucreux et où serai atteint l'altitude maximal de 500 mètres. Traversant à Terrenoire la ligne de Saint-Etienne à Lyon avec laquelle un raccordement était prévu dans les deux sens, la voie traverserait le massif du Pilât par deux souterrains, l'un de 2700m sous un contrefort près de la Terrasse-sur-Dorlay, l'autre de 5250 sous lе Col de la Croix-de-Montvieux ; le Rhône serait atteint à Sarras.

Ce projet fut repris par M. Demozay, dans un 'très intéressant rapport à la Chambre de Commerce de Saint-Etienne ( 10 octobre 1935) ; en même temps, le Conseil général de la Loire adopta un vœu en faveur des chemins de fer de Saint-Etienne à Valence par le Pilât (7 novembre 1935), vœu adopté aussi par le Conseil municipal de Saint-Etienne (29 novembre 1935).
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2158
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: Marzy

Re: Projets de chemins de fer abandonnés

Messagepar dark_green67 » Lun 08 Mai 2017 11:42

J'en avais entendu parler comme d'un vague projet mais j'ignorais qu'un avant-projet précis avait existé et qu'il avait été transmis au ministère des T.P.

Ce serait intéressant de le retrouver.
dark_green67
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2978
Enregistré le: Mer 19 Mar 2008 17:18
Localisation: Vincennes

Précédente

Retourner vers Chemins de fer

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités