Grenelle de l'environnement

Discussion sur les politiques des transports, l'intermodalité, ...

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar nanar » Mar 23 Sep 2014 09:08

Alexandre a écrit:C'est tellement facile que le GPX ne fera baisser que de 1% le trafic automobile en IDF...

1 % de 4 000 000 d'usagers quotidien des autoroutes d'Île de France, ça fait 40 000... Pas énorme quand même

Le trafic automobile global en IDF c'est plutôt 20 millions de déplacements/jour.
Le GPX est un équipement coûteux, assez bling-bling, (qui l'a initié, au fait ?) mais pas adapté pour diminuer la circulation automobile de banlieue (ça n'a jamais été son but).
Le TC souterrain ne réussit pas tout seul à diminuer la circulation individuelle même s'il augmente celle des TC (voir le développement simultané du métro ET de la voiture à Paris dans les années 30).
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2476
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar djakk » Mar 23 Sep 2014 16:17

nanar a écrit:Le GPX est un équipement coûteux, assez bling-bling, (qui l'a initié, au fait ?) mais pas adapté pour diminuer la circulation automobile de banlieue (ça n'a jamais été son but).

Euh non :o , rien qu'avec la ligne 15 sud et la ligne 14 sud, on raccourci énormément les temps de trajet, alors qu'actuellement les temps de parcours en TC sont équivalents au temps de parcours en voiture avec les gros bouchons …
Avatar de l’utilisateur
djakk
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 5927
Enregistré le: Dim 08 Déc 2002 00:19
Localisation: Rennes, Saint-Denis

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar nanar » Mar 23 Sep 2014 22:25

Oui, ça raccourcira le temps de trajet pour les gens partant des environs d'une station et allant vers les environs d'une autre station, et il y aura 72 stations, je crois ?
Les gens concernés par la proximité de 2 stations sont loin de constituer la majorité des franciliens, et même si le GPX va sûrement trouver sa clientèle, il ne va pas faire grandement baisser la circulation automobile. Bien que son coût moyen est 400 M€ par station (incluant les tunnels vers la suivante) ce n'est pas son but revendiqué.
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2476
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar djakk » Mer 24 Sep 2014 08:28

Pas forcément à côté des stations, avec un temps de parcours grandement réduit, un trajet avec rabattements vers les stations de GPx devient aussi plus intéressant.

Sinon le GPx sera en correspondance avec les radiales, donc l'effet réseau va jouer, en plus des 72(?) gares du GPx tu ajoutes les gares RER existantes …
Avatar de l’utilisateur
djakk
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 5927
Enregistré le: Dim 08 Déc 2002 00:19
Localisation: Rennes, Saint-Denis

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar nanar » Mer 24 Sep 2014 09:45

Je ne nie absolument pas que le GPX va attirer plus de monde dans les TC, comme l'ont fait le métro et le RER.
Mais il y aura autant de déplacements en voitures, tout comme le métro historique puis le RER n'ont pas empêché que ces déplacements en voitures se sont multipliés dans le même temps.
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2476
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar radial » Jeu 02 Oct 2014 08:53

nanar a écrit:Je ne nie absolument pas que le GPX va attirer plus de monde dans les TC, comme l'ont fait le métro et le RER.
Mais il y aura autant de déplacements en voitures, tout comme le métro historique puis le RER n'ont pas empêché que ces déplacements en voitures se sont multipliés dans le même temps.


C'est vrai qu'il ne faut pas trop espérer de miracle du métro du Grand Paris.
Mais en tous cas, moi, je suis un futur client du GPX, et pourrais enfin abandonner la voiture pour les TC.
J'habite vers Créteil et travaille au Plessis-Robinson.
Actuellement, en TC, c'est 2 h : Ligne A Boissy-Chatelet puis ligne B Robinson, puis bus => voiture obligatoire, A86 : 1 heure de trajet.
Avec le GP, ce sera ligne A Boissy-Saint-Maur, ligne 15 Chatillon, tram 15 Robinson => 1 h de TC, plus besoin de la voiture.

D'une manière générale, le principal apport de la ligne 15 sera de créer un nouveau franchissement de la Seine et de relier l'est du val de Marne à la rive gauche. Le manque de ponts sur la Seine en amont de Paris est un scandale qui est largement responsable de l'engorgement de l'A86.
Bref, on peut discuter le projet GP, mais le tronçon Marne-La VAllée - Issy , lui, répond vraiment à un manque de desserte criant.
radial
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 264
Enregistré le: Jeu 25 Mar 2010 11:36
Localisation: 94

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar Estate45 » Jeu 02 Oct 2014 14:51

nanar a écrit:Je ne nie absolument pas que le GPX va attirer plus de monde dans les TC, comme l'ont fait le métro et le RER.
Mais il y aura autant de déplacements en voitures, tout comme le métro historique puis le RER n'ont pas empêché que ces déplacements en voitures se sont multipliés dans le même temps.


Peut être que l'augmentation de la population explique également la multiplication des déplacements en voiture malgré le développement des TC... :wink:
Avatar de l’utilisateur
Estate45
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 376
Enregistré le: Sam 01 Fév 2014 14:25
Localisation: Béarn

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar nanar » Jeu 02 Oct 2014 18:49

L'augmentation de la population et encore plus l'étalement urbain, que la voiture a favorisé, et qu'elle "entretient" quotidiennement. :)
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2476
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar djakk » Jeu 02 Oct 2014 18:58

En fait en Île-de-France l'étalement urbain a surtout été favorisé par le train :!:
Avatar de l’utilisateur
djakk
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 5927
Enregistré le: Dim 08 Déc 2002 00:19
Localisation: Rennes, Saint-Denis

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar nanar » Jeu 02 Oct 2014 19:23

L'étalement est aussi la masse de km2 investis après la 2ème guerre mondiale et construits hors de portée de marche des gares, stations de métro et autres TCSP.
(Les cités HLM ou les lotissements longés par des voies ferrées ne bénéficient pas toujours d'une gare proche)
La population agglomérée est passée de 5,5 millions d'habitants en 1945 (peu de gens avaient des voitures) à 11 millions maintenant (où beaucoup ont des voitures).
Ce doublement s'est accompagnée d'un quadruplement (ou plus) des surfaces "urbanisées" (les guillemets sont volontaires).
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2476
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar tanaka59 » Mer 05 Nov 2014 13:19

Un article intéressant sur les GTI (grands travaux inutiles) :

http://www.la-croix.com/Actualite/Franc ... 04-1258940

Barrage, autoroutes, lignes TGV : peut-on encore construire en France ?

Le sort du barrage de Sivens (Tarn) fait l’objet mardi 4 novembre d’une réunion au ministère de l’écologie avec l’ensemble des acteurs concernés. Si le projet devait être abandonné, certains s’inquiètent de la possibilité de mener à bien aujourd’hui en France des projets d’infrastructures.

Le projet d’aéroport nantais enlisé, le barrage de Sivens sérieusement menacé… Serait-il désormais devenu impossible en France de construire routes, canaux ou ligne à grande vitesse ? « J’ai toujours entendu les aménageurs dire qu’on les empêchait de travailler », relativise François Letourneux, de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Et pourtant, tous les dix ans, l’équivalent d’un département français est recouvert de béton, sous forme d’habitats, de routes, de parkings ou d’infrastructure.
Une contestation grandissante depuis les années 1980

S’il est impossible de connaître l’ensemble des chantiers en cours aujourd’hui, l’activité de la Haute Autorité environnementale donne une indication. En 2013, cette autorité chargée d’évaluer les projets d’aménagement pilotés par l’État ou des organismes sous sa tutelle (comme Réseau ferré de France) a reçu 130 demandes d’avis, un record.

Pourtant, depuis les années 1980, la contestation des projets d’équipement s’est généralisée au point d’être devenue aujourd’hui une donnée permanente pour les aménageurs. Deux conflits majeurs – autour du TGV Méditerranée entre 1989 et 1994 et de l’aménagement de la Loire entre 1983 et 1999 – ont d’ailleurs abouti à l’instauration de la nouvelle procédure de débat public, les autorités s’inquiétant – déjà – d’une menace de paralysie des projets d’aménagement.

« Les conflits ont toujours existé, même quand il s’est agi de construire le métro parisien, rappelle le chercheur Jean-Marc Dziedzicki, qui va inaugurer la semaine prochaine un centre de recherche sur la concertation (CONNECT). La grande nouveauté, c’est que les rapports de force se sont équilibrés entre les opérateurs et les opposants et que l’issue du conflit n’est plus écrite à l’avance. »

Bref, il se peut dorénavant que les contestataires – mieux formés, mieux informés et mieux outillés – obtiennent gain de cause. « En 1996, l’annulation de la déclaration d’utilité publique de l’autoroute A51 entre Grenoble et Sisteron a été vécue comme un coup de tonnerre », rappelle Jean-Marc Dziedzicki.
Les intérêts convergents des riverains, écologistes et altermondialistes

« La France est déjà largement équipée en routes et voies ferrées, analyse Géraud Guibert, haut fonctionnaire et président du groupe de réflexion La Fabrique écologique. L’essentiel a été fait, d’où un débat de plus en plus prégnant sur l’opportunité même des projets et pas seulement sur leurs modalités. »

Protéiforme, la contestation mobilise aussi bien les riverains, les écologistes que les militants altermondialistes. « Il est plus facile pour ces derniers de faire capoter un projet d’aéroport que de faire pièce à la finance mondiale, relève le politologue Daniel Boy (Cevipof). D’autant qu’il y a eu des précédents comme Superphénix ou le canal Rhin-Rhône. C’est sans doute une des raisons pour laquelle ils se sont saisis ces dernières années de cette thématique des grands projets inutiles et coûteux. »

Quant aux deux premiers groupes, riverains et écologistes, leurs intérêts sont souvent convergents. « Tenter d’empêcher le passage d’une autoroute par une forêt, c’est agir à la fois pour la protection d’un patrimoine collectif (au sens environnemental et culturel du terme) et pour la défense d’un patrimoine personnel (la valeur d’un bien immobilier) », écrit ainsi le chercheur Philippe Subra dans un article paru en 2006.

« Les problèmes environnementaux, comme l’artificialisation des sols ou le réchauffement climatique, sont de plus en plus prégnants, analyse pour sa part François Letourneux. Et l’opinion est sur ce point en avance sur les élus. »
« Il est impossible de prédire la façon dont un équipement sera accueilli »

Reste une forme de mystère. Pourquoi telle ligne TGV va-t-elle susciter une véritable révolte quand telle autre sera bien acceptée voire espérée par les populations ? Certains facteurs de « risque » ont pu être isolés. « La contestation sera plus faible dans les régions de fort chômage et de désertification économique, ou de forte culture industrielle, assure Géraud Guibert. Elle sera plus forte dans des territoires où sont présents des néoruraux, du tourisme vert, et des activités de terroir. »

Autre facteur : l’existence d’une lutte précédente, qui est restée dans les esprits et qui remobilise des réseaux préexistants. La lutte victorieuse pour la préservation des marais salants de Guérande, menacés par un projet immobilier, est ainsi une référence très présente chez les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Il n’empêche, « la seule certitude dans ce domaine, c’est qu’il n’y a pas de règle !, assure Jean-Marc Dziedzicki. Il est impossible de prédire la façon dont un équipement sera accueilli, ce qui représente une grande insécurité pour les aménageurs. »

Face à cette menace éventuelle, la seule solution est « d’anticiper ». Les maîtres d’ouvrage recourent donc de plus en plus à des cabinets spécialisés, chargés de réaliser « des études de contexte territorial ». En clair, de tâter le terrain. Les plus importants, comme RFF, se dotent de services internes avec des personnels formés à la concertation. L’accent est mis sur la qualité des études d’impact et des mesures de compensations environnementales.

-------------------------------

Les principaux projets contestés

De nombreux grands projets font actuellement l’objet de contestations, parmi lesquels :

- La ferme des 1 000 vaches à Drucat (Somme)

- L’aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique)

- Le centre de stockage géologique des déchets radioactifs à Bure (à la frontière entre la Meuse et la Haute-Marne)

- La Ligne à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin

- Le projet de quartier de loisirs EuropaCity, piloté par le groupe Auchan au nord de Paris à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise)

- Le projet de scierie industrielle à Sardy-lès-Erpidy (Morvan)

- Le nouveau stade de Lyon

-L’autoroute de contournement Ouest de Strasbourg
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2478
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar G.E. » Mer 05 Nov 2014 14:03

Cet article ne dit pas que des bêtises, mais il contient un gros mensonge : il n'y a jamais eu de DUP annulée pour l'A51, les associations ont été déboutées ! :shock:

Le texte donnant tort aux opposants est ici : http://legimobile.fr/fr/jp/a/ce/ad/1996/7/31/163069/

Quant au "chercheur" cité, il s'agit en fait du responsable de l'Unité concertation et débat public de Réseau Ferré de France. L'identité de son employeur n'est d'ailleurs pas donnée explicitement.

Il y a des journalistes à La Croix ? Ou des personnes écrivant dans l'air du temps juste pour sauver un quotidien à la dérive ?
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21131
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar dark_green67 » Mer 05 Nov 2014 14:24

Tiens ? L'A831, l'A45, l'A28 à l'Est de Rouen, etc. ne font pas partie des principaux grands projets contestés... :lol:
dark_green67
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3358
Enregistré le: Mer 19 Mar 2008 17:18
Localisation: D - Près de Heidelberg

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar Alexandre » Mer 05 Nov 2014 14:49

dark_green67 a écrit:Tiens ? L'A831, l'A45, l'A28 à l'Est de Rouen, etc. ne font pas partie des principaux grands projets contestés... :lol:


Jusqu'à quand...
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12430
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar G.E. » Mer 05 Nov 2014 15:06

Projets pas contestés dans l'article, mais dans la réalité, il en va autrement. Pour chacune des autoroutes citées, on doit bien pouvoir trouver les riverains qui vont bien, les associations de défense correspondantes, sans parler des petits insectes en danger. :lol:

A quand des articles de presse pour revaloriser ces projets routiers ? Je rêve peut-être.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21131
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar djakk » Mer 05 Nov 2014 16:40

Bouygues a ses médias, mais Vinci ?
Avatar de l’utilisateur
djakk
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 5927
Enregistré le: Dim 08 Déc 2002 00:19
Localisation: Rennes, Saint-Denis

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar lucienmathurin » Mer 05 Nov 2014 17:48

G.E. a écrit:Projets pas contestés dans l'article, mais dans la réalité, il en va autrement. Pour chacune des autoroutes citées, on doit bien pouvoir trouver les riverains qui vont bien, les associations de défense correspondantes, sans parler des petits insectes en danger. :lol:

A quand des articles de presse pour revaloriser ces projets routiers ? Je rêve peut-être.


Pour l'A831 ce n'est pas la peine tant les élus concernés braillent (à tort à mon avis) ! :lol:
lucienmathurin
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2826
Enregistré le: Lun 10 Sep 2007 10:12

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar tanaka59 » Mar 30 Jan 2018 16:02

Bonjour,

http://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/01/29/pollution-de-l-air-la-france-et-les-etats-cancres-convoques-a-bruxelles_5248614_1652666.html

Bruxelles somme la France et huit autres Etats de présenter des mesures pour améliorer la qualité de l’air

La Commission européenne a donné un délai de dix jours aux pays concernés pour se mettre en conformité avec la directive de 2008 et « éviter un recours » devant la justice européenne.

La Commission européenne le jure : cette fois, c’est le dernier avertissement. Le commissaire à l’environnement, Karmenu Vella, a convoqué les Etats cancres de la lutte contre la pollution de l’air lors d’un sommet organisé mardi 30 janvier à Bruxelles. Une première.

Neuf pays sont sous le coup de procédures d’infraction pour non-respect des normes de qualité de l’air : la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, la Hongrie, la Roumanie, la République tchèque et la Slovaquie. Et s’ils ne profitent pas de cette réunion de la dernière chance pour présenter des plans d’actions efficaces et immédiats, la Commission menace de les renvoyer devant la Cour de justice de l’Union européenne (UE). A l’issue de la réunion, la Commission a donné dix jours aux pays concernés pour présenter des mesures pour « éviter un recours devant la Cour ».

« Nous sommes à la fin d’une longue – trop longue, diront certains – période d’offre d’aide, de conseils et d’avertissements », reconnaît Karmenu Vella. Le commissaire maltais a écrit à chacun des Etats pour leur demander quand ils comptaient enfin se mettre en conformité avec la directive européenne de 2008 sur la qualité de l’air. Dix ans que les mauvais élèves de l’UE font l’objet de rappels à l’ordre réguliers pour des dépassements répétés des valeurs limites d’exposition aux particules fines PM10 (inférieures à 10 micromètres) et au dioxyde d’azote (NO2). Ils valent aujourd’hui à la France d’être visée par deux procédures dites « précontentieuses ».

La première mise en demeure adressée au gouvernement français par la Commission remonte à 2009. D’autres ont suivi en 2010, 2011, 2013 et 2015. L’ultime avertissement – qui concernait également l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne – date du 15 février 2017. Il s’agissait déjà du « dernier avertissement ».
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2478
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar tanaka59 » Mer 03 Oct 2018 21:07

Bonsoir,

Pour cogner un peu plus sur le transport de masse les associations écologistes demandent un moratoire sur les projets aéroportuaires :

https://reporterre.net/TRIB-Rester-sur-Terre-declaration-pour-laisser-les-avions-au-sol-Pour-le-climat

Pour le climat, il faut arrêter de prendre l’avion

L’aviation est un des secteurs émetteurs de gaz à effet de serre dont la progression est la plus forte. Les auteurs de cette tribune proposent 13 étapes pour un « système de transport juste » et pour une « réduction rapide de l’aviation ».

Les membres de Stay Grounded militent pour limiter le changement climatique par une sortie de l’aviation et le développement d’un système de transport démocratique et écologique.

Cette tribune est une version raccourcie de la déclaration disponible ici

L’aviation est le mode de transport le plus néfaste pour le climat et une des sources d’émissions de gaz à effet de serre (GES) dont la croissance est la plus rapide. Dans les vingt prochaines années, l’industrie espère doubler le nombre de voyageur.euse.s aériennes. Une vague massive et globale d’expansion de l’aviation est en place, avec la prévision de près de 1.200 projets d’infrastructures aéroportuaires. Beaucoup de ces projets d’aéroports sont parmi les plus coûteux et les plus gros des mégaprojets, un certain nombre étant imposé par des gouvernements servant des intérêts privés.
Le dilemme

Alors que moins de 10 % de la population mondiale a déjà mis les pieds dans un avion, ce sont principalement les non-voyageur.euse.s qui sont le plus durement touché.e.s par la crise climatique et les effets négatifs de l’extension des aéroports tels que l’accaparement des terres, le bruit ou les problèmes de santé. Les communautés des pays appauvris, qui n’ont pratiquement pas contribué à la crise, sont les plus affectées. Le problème de l’aviation est une petite partie d’une histoire bien plus large d’injustices : il est contraire à la nécessité d’éliminer l’utilisation d’énergie fossile ; il est étroitement lié au complexe militaro-industriel ; il est aussi en lien avec l’influence excessive des grandes entreprises sur les politiques publiques, concernant le commerce, le développement économique et le climat. L’aviation reste dépendante des énergies fossiles même si l’industrie fait la promotion de fausses solutions comme de nouveaux aéroplanes qui n’existent pas encore. De même, les compensations (voir plus loin) et les agrocarburants ne permettent pas de limiter les émissions sans mettre en danger la production alimentaire, la biodiversité et les droits humains.
Ce qu’il faut

1. Une transition juste

Nous devons mettre fin à la surdépendance aux formes de transport les plus polluantes et néfastes pour le climat, fondées sur une économie globalisée. Cela passe par des négociations et une planification concertée pour une transition qui ne se fasse pas au détriment des travailleur.euse.s des secteurs concernés – même si cela comprend des changements dans ce que nous faisons et comment nous travaillons. Cela nécessite le remplacement des privatisations ratées par des initiatives locales favorables au climat, de bonnes conditions de travail, des entreprises publiques et un contrôle démocratique. Pour réussir cela face à une industrie fondée sur la croissance de l’industrie aérienne, il faudra surmonter le pouvoir des multinationales. Nous avons besoin d’un système de transport qui soit démocratiquement régulé et planifié, qui favorise et soutienne le bien commun, et qui soit intégré et écologique.

2. Aller vers d’autres modes de transport

Nous devons passer des modes de transports nuisibles à des modes plus environnementalement sûrs. Les courtes distances et certains vols moyens peuvent être remplacés par les trains dans les régions où des infrastructures ferroviaires adéquates existent, ou autrement par des bus/cars. Il n’est pas nécessaire d’avoir des TGV, mais les services de jour et de nuit doivent être attractifs, abordables et alimentés par des énergies renouvelables.

3. Une économie fondée sur des trajets courts

Le transport de marchandises est responsable d’une part significative des émissions de carbone. Plutôt que de tripler les volumes transportés d’ici 2050, nous devons réduire la demande de biens venant de loin et développer des économies locales. L’objectif ici est la protection du climat, pas un protectionnisme de style nationaliste. […]

4. Rendre possible le changement des habitudes et des modes de vie

Nous devons contester les normes sociales et les milieux de travail qui encouragent un transport aérien excessif. Nous devons interroger le développement des habitudes de voyages lointains, des week-ends en avion et du tourisme de masse qui nuit aux cultures et aux écosystèmes locaux. […]

5. Le droit à la terre et les droits humains

Pour mettre fin à la dépossession en cours, aux pollutions, destructions et écocides causés par l’industrie de l’aviation et ses activités connexes, les droits des Peuples autochtones, des communautés locales, des paysannes et des femmes, concernant la gouvernance et la propriété de leurs terres et territoires doivent être entièrement reconnus et respectés. […]

6. La justice climatique

Atteindre une Justice climatique est plus qu’un processus juridique. Cela demande que les sociétés mettent en priorité « une bonne vie pour tout.s » plutôt que des profits pour quelques un.e.s. Cela comprend une justice pour tou.te.s – maintenant et pour les générations futures. Cela implique également de lutter contre toutes les formes de discrimination basées sur le genre, l’origine, la race, la classe, la religion ou l’orientation sexuelle. [11] Cela signifie aussi que les pays enrichis [12] soient responsables d’une part plus grande des efforts pour combattre la crise climatique et pour en atténuer les conséquences, ce qui comprend des paiements financiers relatifs à la responsabilité et à la réparation. […]

7. Des engagements politiques fermes

Pour limiter le réchauffement global à 1,5 °C, nous ne pouvons pas compter sur des promesses d’actions volontaires. Nous avons besoin de règles contraignantes et obligatoires ainsi que de limites d’émissions de GES clairement définies . Il est nécessaire que les émissions de l’aviation internationales fassent partie des efforts de réductions nationaux dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et que l’actuelle mainmise de l’industrie sur les politiques publiques prenne fin. Nous avons besoin à tous les niveaux — localement, nationalement, et régionalement — d’objectifs contraignants, de transparence et d’une participation véritablement démocratique. […]

Ce qu’il faut éviter

8. Les nouveaux aéroports et l’extension des aéroports

Un moratoire sur la construction et l’agrandissement d’aéroport est nécessaire. Cela inclut les centres commerciaux aéroportuaires et les développements industriels servant à la croissance aérienne, y compris les aéropolis (ville-aéroport) et les projets de zone économique spéciale. […]

9. Les privilèges de l’industrie aéronautique

L’aviation ne doit plus recevoir d’avantages particuliers par rapport aux autres modes de transport. Les compagnies aériennes, les aéroports et les producteurs d’avions ont reçu d’énormes subventions et exemptions de taxes – ce qui explique en grande partie pourquoi tant de vols sont si peu chers. Peu de pays taxent le kérosène et il y a rarement de TVA ou de taxes passagers. […]

10. La publicité pour l’industrie du transport aérien

Les incitations systémiques au transport aérien doivent cesser. Cela comprend les publicités liées au transport aérien et les autres formes de marketing des industries de voyage, de transport aérien et de construction. […]

11. Les mécanismes de compensations

La stratégie actuelle de réduction des GES consistant à utiliser des systèmes de compensation est une fausse solution poussée par l’industrie de l’aviation et ses législateurs dévoués. Les vols et les aéroports reposent sur la promesse intenable de pouvoir compenser les émissions de GES plutôt que de les réduire, en achetant des crédits carbone à d’autres — comme à des projets de reforestation ou de barrage hydro-électrique qui sont supposés conduire à des économies d’émissions. […]

12. Les agrocarburants

Remplacer le kérosène fossile par des agrocarburants est un faux projet, hautement destructeur. Les agrocarburants ne peuvent pas être fournis à l’échelle que l’industrie demanderait. L’usage important d’agrocarburants dans l’aviation conduirait (directement aussi bien qu’indirectement) à une augmentation massive de déforestations et d’assèchements de tourbières et provoquerait ainsi de vastes émissions de carbones. […]

13. L’illusion des solutions technologiques

Nous devons éviter lepiège de l’écoblanchiment de l’industrie aéronautique. De futures améliorations techniques pour les avions et leur exploitation ont été identifiées et doivent continuer à être cherchée, mais nous devons admettre que c’est et que ça restera insuffisant pour résoudre les problèmes d’émissions liées à l’aviation. […]
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2478
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: Grenelle de l'environnement

Messagepar G.E. » Jeu 04 Oct 2018 06:47

Ils profitent de la faiblesse politique (cas de NDDL) et financière (surendettement) de l'Etat... et de son manque de volonté d'équiper le pays.

Cela ne veut pas dire qu'il faut faire n'importe quoi, mais pendant que nous faisons du surplace, les autres pays avancent. L'écologie doit être un facteur de progrès et surtout pas de stagnation ou de décroissance.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21131
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politiques de transports

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité