Gestion du réseau routier national non concédé : évaluation

Discussion sur les politiques des transports, l'intermodalité, ...

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar G.E. » Dim 13 Nov 2016 08:35

Sur le fond, l'idée est bonne mais elle est très inaboutie et donne une vision parcellaire des choses. Attention donc, je m'explique :

Il y a énormément de contre-vérités historiques sur le réseau routier dans les premières pages. Dire que les premières autoroutes sont construites dans les années 1960 ou que les routes sont devenues nationales en 1830. Que d'âneries récupérées de Wikipédia !...

Sur le plan des chiffres par département, le rapport s'appuie sur les chiffres du Ministère de l'Intérieur et il agrège les dépenses d’investissement et de fonctionnement qui ne sont pas comparables. Mêmes agrégés, il faut prendre ces chiffres avec prudence car il y a des variations annuelles liées aux cycles électoraux. De plus, il est difficile de comparer en l'état un département rural de montagne, un département rural de plaine et un département urbain.

Le listing est très imparfait et il donne mal à voir les différences entre départements. On ne peut pas mettre sur un même plan les malfaçons et les trous qui jalonnent l'ensemble des routes du Gard avec le réseau plutôt bien entretenu, même s'il n'est pas parfait, de l'Hérault voisin.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21021
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar G.E. » Dim 13 Nov 2016 08:39

D'ailleurs, le Conseil Départemental du Gard doit se sentir particulièrement visé puisqu'un article "sur commande" est paru dans Midi Libre d'hier.

Pas de quoi masquer une cruelle inaction (hors de rares travaux sur les chaussées et la construction pléthorique de giratoires inutiles) que je relaie ici depuis une dizaine d'années !

Midi Libre a écrit:Gard : dans les coulisses d'un réseau routier à 40 M € par an / 40 M € sont investis chaque années dans le réseau départemental.
DR

L e conseil départemental du Gard doit exploiter entre autres 4 500 km de voirie. Et les projets ne manquent pas pour le département.

Parfois décrié pour son état insatisfaisant par les usagers de la route (100 à 300 signalements par an selon "40 millions d'automobilistes"), le réseau départemental investit pourtant chaque année 40 M€ pour assurer la sécurité des déplacements de milliers de personnes. "On fait du curatif et du préventif pour avoir un état du réseau de qualité, confie Olivier Gaillard, vice-président du conseil départemental chargé des infrastructures et des déplacements. Le problème gardois, c'est qu'il faut investir...

Parfois décrié pour son état insatisfaisant par les usagers de la route (100 à 300 signalements par an selon "40 millions d'automobilistes"), le réseau départemental investit pourtant chaque année 40 M € pour assurer la sécurité des déplacements de milliers de personnes.

"On fait du curatif et du préventif pour avoir un état du réseau de qualité, confie Olivier Gaillard, vice-président du conseil départemental chargé des infrastructures et des déplacements. Le problème gardois, c'est qu'il faut investir toujours plus dans les infrastructures routières face à la forte envolée démographique qui entraîne plus de flux d'usagers sur les routes, plus de circulation et de sollicitation du réseau. Les plans locaux d'urbanisme évoluent plus vite, ce qui demande une réaction en terme d'équipements."

Une réflexion sur les secteurs aux embouteillages récurrents

Quand on le sollicite sur les secteurs qui sont souvent le cadre d’embouteillages dans le Gard, Olivier Gaillard rappelle qu’une partie du réseau est exploitée par l’État. Il cite comme point problématique la fin de la 2X2 voies Alès/Nîmes sur la RN 106 (exploitée par l’État), les entrées de Nîmes (giratoire près du CHU, vers Marguerittes et Caveirac). Les solutions peuvent reposer sur deux projets au long cours : "L’enquête publique du contournement nord de Nîmes va être finalisée. Il faut que l’ensemble des partenaires financiers se réunissent car on est passé de 45 à 70 M €. Quant au contournement ouest, il est inscrit au contrat de plan État Région avec une enveloppe dévolue aux études."

Les projets ne manquent pas pour le Département

Alors que son prédécesseur Jean Denat jugeait moyen l'état du réseau routier du fait des milliers de kilomètres et d'ouvrages d'arts à gérer, Olivier Gaillard se montre un peu moins dur. Il cite les travaux de cette année. "Nous avons refait le revêtement par exemple entre Montpezat et Saint-Mamert-du-Gard, soit 2 M € pour 3 km (Ndlr, en moyenne un km de réfection lourde de voirie coûte 400 000 € et l'entretien d'un enrobé 150 000 €). Le Département a achevé pour 2 M € le pont de l'Europe en 2x2 voies qui mène à Avignon, changé le revêtement de la route entre Marguerittes et Rodilhan ce qui n'a pas été réalisé depuis treize ans."

Les projets ne manquent pas pour le Département avec la réfection du pont de Saint-Gilles sur la route d'Arles, la réalisation d'un ouvrage d'art dans le secteur de La Grand-Combe. Des opérations significatives d'entretien ont mobilisé entre 500 000 € et 1,5 M € sur la RD 979 à Aimargues, la 6086 (Bezouce - Saint-Gervasy), la 936 (Boucoiran vers La Calmette), etc.

Plus d'informations en temps réel sur les réseaux sociaux

Pour entretenir son réseau routier, le conseil départemental classe des routes par niveau de priorité, de un à quatre (voie structurante à desserte locale). Les équipes sur le terrain sont chargées particulièrement d'entretenir les dispositifs d'assainissement (curage des fossés), les couches de roulement, les plantations (plus de 15 000 platanes entre autres), la signalisation (marquage repassé tous les trois ans sur les voies les plus prioritaires), les ouvrages d'art et les murs de soutènement pour ne citer que ces exemples. En terme de sécurité routière, le Département soigne la qualité du revêtement en posant par exemple un bitume qui accroche davantage ou plus sonore sans parler de la signalisation mise en place tout au long du réseau.

Et puisque ce dernier demeure coûteux, des initiatives ont été prises pour réduire la facture, comme sur le chantier du pont de l'Europe qui a permis de poser une couche moins épaisse de revêtement sur la chaussée. Mais au-delà de ces travaux d'entretien ou de réalisations sur le terrain très concret, la collectivité territoriale compte accentuer lors des intempéries sa présence sur les réseaux sociaux et améliorer ainsi l'information, l'alerte en particulier. "Trop d'informations erronées sont divulguées sur l'état des routes donc on réfléchit pour fournir en temps réel l'état du trafic", envisage Olivier Gaillard, très attentif à l'état de ce réseau routier gardois.

Que pèse l’entretien du réseau routier dans le budget du conseil départemental gardois ?

Nous comptabilisons 4 500 km de routes, 3 100 ouvrages d’art, 80 km de voie verte et 1,5 million de m2 de murs de soutènement. Le tout valorisé à neuf est estimé à 7 milliards d’euros. La collectivité consacre 25 M € par an pour l’entretien de son réseau.

Quelles sont les difficultés rencontrées sur les routes ?

La partie qui sollicite le plus nos services, notamment l’hiver, se situe de Bessèges au Vigan. C’est là où on a le plus d’ouvrages d’art à reprendre. L’état des routes est lié aussi aux inondations. Nous venons d’achever les travaux de réfection après l’épisode cévenol de fin 2014. Ils ont coûté 12 M € et pas moins de 2 M€ rien que pour la reprise de voiries à Saint-Laurent-le-Minier. Quand il y a des épisodes cévenols et neigeux, ça pèse sur les finances.

Dans le contexte de restrictions budgétaires, qu’en est-il de vos investissements ?

Nous avons des obligations d’entretien, d’exploitation et de sécurité. Le budget des routes n’a pas bougé en s’élevant autour des 40 M €.

Qu’en est-il des réorganisations des services ?

Nous avions récupéré les agents de l’État. Nous comptons 600 personnes à la direction des routes. Après avoir réalisé un audit, nous allons nous pencher sur la réorganisation future des unités territoriales. Chaque territoire a sa spécificité. Nous allons travailler avec les représentants du personnel sur ce dossier où rien n’est figé.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21021
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar jml13 » Dim 13 Nov 2016 10:56

Un simple calcul à partir des chiffres fournis (4.500 km de RD, 40 M€ de budget, 150.000 € le km pour l'entretien) indique que chaque km de route serait, EN MOYENNE, entretenu tous les 17 ans, si ce budget était intégralement dévolu à l'entretien. Comme ce n'est pas le cas...
Avatar de l’utilisateur
jml13
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 4335
Enregistré le: Ven 08 Déc 2006 23:16
Localisation: A50 sortie 4a

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Dim 12 Mar 2017 08:33

Le 8 mars dernier, le Sénat a publié un rapport d'information sur l'état du réseau routier. Celui-ci est jugé en mauvais état et un mot d'ordre : ne pas reproduire les mêmes erreurs que dans le ferroviaire !

:arrow: https://www.senat.fr/rap/r16-458/r16-4581.pdf
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar lucienmathurin » Dim 12 Mar 2017 11:12

Je viens de le lire, vraiment intéressant. J'ai aussi été choqué de lire qu'une route dégradée était moins accidentogène, c'est exactement le contraire ! :evil: Comme le dit justement Pierre Chasseray dans ce cas les autoroutes seraient des cimetières !
Pour le manque de financements perso je milite pour la réintroduction de la vignette, mais à condition que la destination de son produit pour les transports routiers soit inscrite dans la loi pour que ni l'état ni les collectivités locales ne soient tentés de le ponctionner pour d'autres usages. Je milite aussi pour faire la même chose pour le ferroviaire et les TEC.
lucienmathurin
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2789
Enregistré le: Lun 10 Sep 2007 10:12

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Dim 12 Mar 2017 12:10

lucienmathurin a écrit:Je viens de le lire, vraiment intéressant. J'ai aussi été choqué de lire qu'une route dégradée était moins accidentogène, c'est exactement le contraire ! :evil: Comme le dit justement Pierre Chasseray dans ce cas les autoroutes seraient des cimetières !
Pour le manque de financements perso je milite pour la réintroduction de la vignette, mais à condition que la destination de son produit pour les transports routiers soit inscrite dans la loi pour que ni l'état ni les collectivités locales ne soient tentés de le ponctionner pour d'autres usages. Je milite aussi pour faire la même chose pour le ferroviaire et les TEC.


Le problème de la vignette, comme de la hausse du prix du carburant, c'est que rien n'assure que l'intégralité des recettes soient reversées à l'AFITF. Donc au final, seuls les systèmes de perceptions directs sont valables, soit les péages, écotaxe... étant donné que le second a été torpillé démagogiquement, il ne reste plus que le premier...
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar lucienmathurin » Lun 20 Mar 2017 20:28

C'est précisément pour ça que j'ai bien mentionné "mais à condition que la destination de son produit pour les transports routiers soit inscrite dans la loi pour que ni l'état ni les collectivités locales ne soient tentés de le ponctionner pour d'autres usages".
lucienmathurin
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2789
Enregistré le: Lun 10 Sep 2007 10:12

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar road66 » Mar 22 Aoû 2017 12:05

Bonjour

Ayant parcouru récemment les autoroutes et voies-express du Nord et du Centre-Est, quelques remarques ci-dessous :
A1 Arras - Lille : état très correct car en partie concédé:
A22 Lille - frontière belge : chaussées en triste état, lamentable !!
N225 / A25 : état préoccupant de la N225 et pour l'A25 chaussées en bon état
A27 : état moyen
N44 (La Veuve - Vitry) : état correct mais de nombreuses sections encore à 2x1 voies
RN4 Vitry - St-Dizier : état correct
N67 St-Dizier - Chaumont : les plus anciennes sections 2x2 voies sont souvent dégradées

Pour conclure ce petit aperçu du réseau routier gratuit traduit bien le sous investissement chronique en matière d'entretien et l'annulation de l'écotaxe n'a rien arrangé ! merci à l'incompétente Ségo !!
road66
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 448
Enregistré le: Sam 15 Juil 2006 14:14

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Samib » Mar 22 Aoû 2017 20:33

RN4 Vitry -st Dizier état correct

Je te trouve bien gentil.
Quand on connais l'état global de la N4, ce bout là est peut être pas le pire mais bon c'est pas très correct pour autant
Samib
Autoroute à grande vitesse
Autoroute à grande vitesse
 
Messages: 3162
Enregistré le: Lun 19 Nov 2007 18:47

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar tanaka59 » Mer 20 Déc 2017 12:01

Bonjour,

Un article sur le classement par pays de l'état des chaussées Belges . Si nos voisins du Benelux nous lisent :

http://www.dhnet.be/actu/belgique/la-belgique-a-la-46eme-place-mondiale-en-matiere-d-etat-des-routes-5a39fec7cd70c7358c651189

La Belgique à la 46ème place mondiale en matière d'état des routes

La qualité des routes en Belgique constitue un frein à l'économie, pointe le Forum économique mondial dans son "Rapport mondial sur la compétitivité 2017-2018", indiquent les journaux du groupe Sudpresse mercredi. Le pays, très mauvais élève, se situe pour cette matière à la 46e place sur 137 pays analysés.

Ce rapport a été publié en septembre dernier. De manière générale, la Belgique y occupe la 20e place. Le pays obtient une note de 4,5 sur 7 concernant la qualité de ses routes. Bien loin donc du Top 3 composé par les Emirats arabes unis, Singapour et la Suisse. La Belgique se situe également loin derrière le Chili, la Namibie, l'Equateur et le Rwanda, tandis que ses voisins accèdent au top 20.

Ce classement "étonne" Touring et Vias, poursuit Sudpresse. "Les investissements pour les voiries qui ont actuellement lieu sont bien faits et sont de plus en plus importants. De nombreuses études ont prouvé que grâce aux budgets alloués ces dernières années, la qualité de nos routes s'est améliorée", note Dany Smagghe, porte-parole de Touring. "C'est en effet à relativiser. La qualité des routes n'est pas une cause majeure d'insécurité, c'est surtout une source d'inconfort pour les automobilistes", ajoute Benoît Godart, porte-parole de Vias (ex-IBSR).

Le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio, rappelle que des moyens "sans précédent" ont été investis au sud du pays dans ce domaine. Il propose également que 350 millions d'euros supplémentaires soient alloués annuellement à la rénovation du réseau de transport.
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2412
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar titi59 » Mer 20 Déc 2017 19:47

C'est bizarre que certains puissent s'étonner de ce classement assez lamentable sauf à se déplacer uniquement en hélicoptère !!
titi59
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 366
Enregistré le: Jeu 12 Juin 2008 07:59
Localisation: Evry

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Mer 02 Mai 2018 17:20

Ça s’écharpe pour la création de l’EPIC qui devrait succéder aux DIR. Bercy, qui y perdrait toute influence, est contre bien évidement...

:arrow: https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 173372.php
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar tanaka59 » Mer 02 Mai 2018 17:37

Alexandre a écrit:Ça s’écharpe pour la création de l’EPIC qui devrait succéder aux DIR. Bercy, qui y perdrait toute influence, est contre bien évidement...

:arrow: https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 173372.php


Bercy à raison d'être contre ... Par contre je ne partage pas toute la logique de Bercy ... Encore une nième entité gouvernementale ???? Autant regrouper toutes les DIR sans échelon administratif supplémentaire. C'est quand même dingue dans ce pays ...
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2412
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Mer 02 Mai 2018 18:03

Dans le cas d’un ÉPIC, Bercy n’a ni le contrôle des sources de financement (cf la TICPE dont les centimes dédiés à la route ne sont que partiellement reversés...), ni l’imposition du cadre RH (nombre d’ETP par grade, etc.). L’EPIC est ainsi libre de fonctionner comme il le souhaite, avec son propre budget, sa propre politique RH (recrutement de droit privé, rémunération à la fonction et non au grade, etc.).

L’equivalent de RNF est plus à chercher côté RATP par exemple que côté VNF.

Quant à Bercy, il cherche toujours à torpiller l’AFITF, car tout l’argent touché par l’agence lui échappe... sauf la TICPE qui n’est pas que partiellement versée...
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar G.E. » Jeu 03 Mai 2018 07:23

Alexandre a écrit:Ça s’écharpe pour la création de l’EPIC qui devrait succéder aux DIR. Bercy, qui y perdrait toute influence, est contre bien évidement...

:arrow: https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 173372.php


Dans ce cas, il faut aussi supprimer l'AFITF et recréer une vraie direction des routes. Idem pour les chemins de fer.

Une alternative serait de basculer les RN (et donc les DIR) aux régions. :roll:
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21021
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Jeu 03 Mai 2018 08:26

Surtout pas, cette option avait été jugée de manière très critique par les membres du COI, et je partage leur avis. Il y a nécessité de conserver une cohérence nationale sur le réseau structurant, et donc de mettre à l’abri ce réseau de toute lubies politiciennes en terme de gestion et d’entretien. L’Allemagne, qui gère ses autoroutes au travers des Landers, compte modifier ce système pour avoir une gestion nationale via une agence des autoroutes. C’est la preuve que cette organisation régionalisée ne fonctionne pas.
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar G.E. » Jeu 03 Mai 2018 10:39

OK, mais alors il faut trouver un moyen pour que les régions qui désirent davantage investir sur le réseau routier national en appui de l'Etat puissent le faire sans contrainte.

Je pense notamment à la région Auvergne-Rhône-Alpes qui a un plan ambitieux ou à la région Normandie qui semble enfin se réveiller.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 21021
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar Alexandre » Jeu 03 Mai 2018 16:13

Tu peux dans ce cas contractualiser des contrats de performance sur 5 ans, comme cela se fait pour SNCF Reseau, avec une participation financière des régions qui le souhaitent. Mais la gestion reste sous responsabilité nationale, et le garde fou technique persiste (cela évite que les idées les plus farfelues proposées par les élus locaux voient le jour, ce qui ne serait pas le cas avec un transfert aux collectivités...).
Avatar de l’utilisateur
Alexandre
Admin
Admin
 
Messages: 12419
Enregistré le: Ven 20 Déc 2002 20:35
Localisation: Val de Marne

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar road66 » Mar 15 Mai 2018 17:04

source : le Figaro 15/05/18 :

Le gouvernement va lancer un «plan de sauvegarde des routes nationales»
Par Le Figaro.fr avec AFP

Le gouvernement va lancer prochainement un "plan de sauvegarde des routes nationales" visant à rénover d'urgence les chaussées et les ouvrages d'art, a indiqué aujourd'hui la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

Un audit remis en avril à la ministre --et pas encore rendu public-- a mis en évidence "l'état critique du réseau", a-t-elle expliqué au Sénat. "Notre sous-investissement a été manifeste", a-t-elle déploré. "50% des surfaces de chaussées sont à renouveler et près d'un pont sur dix est en mauvais état." "Une action plus forte de remise à niveau est indispensable", même si les crédits ont déjà été augmentés cette année, a-t-elle souligné.

"Nous devrons engager dès 2019 un plan de sauvegarde des chaussées, des ouvrages d'art et des équipements du réseau routier national non concédé" (qui comprend les routes nationales et les autoroutes gratuites), a annoncé Mme Borne. Ledit plan vise à dépenser 1 milliard d'euros par an pour l'entretien et la modernisation des routes, contre 800 millions cette année. Il comportera "des objectifs quantitatifs d'amélioration du réseau routier", fixés tous les cinq ans à partir de 2022, a-t-elle précisé.

La ministre des Transports a par ailleurs confirmé son objectif d'"(accélérer), pour les axes du réseau routier desservant les villes moyennes, des opérations d'amélioration d'itinéraire: créneaux de dépassement, déviation, voire, lorsque les trafics le justifient, passage à 2x2 voies sur certaines sections". "Dans la plupart des cas, il ne s'agit pas de +grands travaux+ mais d'aménagements simples", a-t-elle remarqué.

Plus généralement, "le gouvernement fera très bientôt connaître ses choix" en matière d'infrastructures, a relevé Mme Borne. La loi d'orientation sur les mobilités (LOM) qu'elle compte présenter "avant l'été (...) proposera une stratégie d'ensemble ainsi qu'une programmation sincère de nos infrastructures sur les deux prochaines décennies", a-t-elle promis. "Cette programmation devra s'appuyer sur des ressources financières solides et pérennes, en privilégiant, chaque fois que c'est possible, le paiement par l'usager ou par le bénéficiaire final des projets", a prévenu la ministre.


Je ne crois plus trop aux effets de COM de Mme Burn- Out !
road66
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 448
Enregistré le: Sam 15 Juil 2006 14:14

Re: Gestion du réseau routier national non concédé : évaluat

Messagepar lucienmathurin » Dim 20 Mai 2018 13:10

Je confirme pour l'état des chaussées à certains endroits : je me suis rendu à Pornichet hier par la RN 171, l'état de cette route est déplorable et, qui plus est pas aux normes (cependant j'ai constaté que certains accès directs ont été supprimés récemment, des murs anti - bruits ont été construits à la place. Il me semble aussi que certaines habitations au bord de la route n'existent plus), ce depuis des années.

Mme Borne parle de passage à 2x2 voies, mais on pourrait aussi parler de passage à 2x3 voies pour la RN 165 entre Nantes et Savenay, outre que le trafic le justifie et que c'est prévu depuis longtemps là aussi la route n'est pas aux normes, des accès directs subsistent.

Ceci étant depuis quelques années en Bretagne un nombre non négligeable de sections de RN ont vu leurs chaussées renouvelées, certaines en avaient effectivement bien besoin. Et la mise à 2x3 voies de la RN 165 que j'évoque ci - dessus pourrait de nouveau avancer après l'abandon de NDDL, on en parle dans cet article de La Tribune :

https://www.latribune.fr/regions/pays-d ... 65423.html

Objectif : dresser la liste des infrastructures nécessaires à une meilleure accessibilité de l'actuel site aéroportuaire de Nantes Atlantique et au désenclavement de l'Ouest de la France. Parmi les priorités retenues : un nouveau franchissement de la Loire, l'optimisation du périphérique, la mise à deux fois trois voies de la RN 165 entre Nantes et Saint-Nazaire, une meilleure interconnexion ferroviaire du TGV au Sud de l'île de France pour accéder plus facilement aux aéroports parisiens, la mise en œuvre d'une ligne à grande vitesse entre Rennes et Nantes ou plus original « expérimenter le train du futur Hyperloop entre les deux capitales régionales » .
lucienmathurin
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2789
Enregistré le: Lun 10 Sep 2007 10:12

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politiques de transports

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité