[ Problématique ] Grand contournement de Toulouse

Re: Un Grand contournement de Toulouse ?

Messagepar G.E. » Jeu 16 Fév 2006 21:26

Enver a écrit::arrow: le dossier est ici.

:arrow: on avait rapidement parlé du bareau d'Auterive (partie sud de ce Grand contournement ?) là  : http://forum.sara-infras.fr/viewtopic.php?p=283#283


Il suffirait déjà  de réaliser cette fameuse liaison de 25 km entre A61/A66 et A64.

Il faut également boucler rapidement à  l'ouest la 2ème rocade : du Nord au Sud, celle-ci se compose de la D902 (inachevée avec RP au Nord), de l'A621, de l'A624 et de la D980 (rocade Arc-en-Ciel, VE qui se termine sur des RP). Cette rocade devrait être connectée correctement (sans RP donc) à  l'A62 au Nord et à  l'A64 au Sud pour être efficace ! C'est d'après l'étude (P.10) le coin le plus critique... Comme ce sont des routes départementales qui sont concernées, les délais de réalisation doivent pouvoir être rapides même s'il faudra au Nord un nouveau Pont sur la Garonne.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20850
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Canada

Messagepar geophilip » Ven 17 Fév 2006 12:32

mais non mais il existe deja le contournement de Toulouse! sur mediasara :lol:
Avatar de l’utilisateur
geophilip
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 472
Enregistré le: Sam 09 Juil 2005 14:26
Localisation: Europe

Messagepar G.E. » Ven 17 Fév 2006 18:41

geophilip a écrit:mais non mais il existe deja le contournement de Toulouse! sur mediasara :lol:


Ta contribution au Débat Public est toute trouvée! :lol:
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20850
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Canada

Messagepar nano » Sam 18 Fév 2006 20:38

j'ai falli étudier une possibilité de dédoublement de la rocade de Toulouse sur portiques, au-dessus de l'existante. A l'étranger, ça se fait (Japon par exemple), et question coût, vu le prix du foncier à  Toulouse et dans la région, c'est pas forcément irréaliste ...

bon d'accord avec ça l'échangeur du Palays il va avoir une drôle de tête
nano
Route Communale
Route Communale
 
Messages: 86
Enregistré le: Jeu 25 Aoû 2005 11:22

Messagepar Gilles » Sam 18 Fév 2006 21:02

nano a écrit:bon d'accord avec ça l'échangeur du Palays il va avoir une drôle de tête


C'est déjà  suffisamment merdique comme ça :lol:
Avatar de l’utilisateur
Gilles
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 549
Enregistré le: Dim 23 Jan 2005 09:31
Localisation: Carcassonne

Messagepar marsupilud » Lun 20 Fév 2006 20:48

nano a écrit:j'ai falli étudier une possibilité de dédoublement de la rocade de Toulouse sur portiques, au-dessus de l'existante. A l'étranger, ça se fait (Japon par exemple), et question coût, vu le prix du foncier à  Toulouse et dans la région, c'est pas forcément irréaliste ...

bon d'accord avec ça l'échangeur du Palays il va avoir une drôle de tête

Tiens, cette idée m'avait traversé la tête pour le grand contournement de Bordeaux... Une deuxième rocade spéciale transit (donc sans échangeur) au-dessus de l'existante ! Un bon remède à  l'étalement urbain !!
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar lorp » Sam 01 Avr 2006 16:27

Je pensais que le contournement de Toulouse devait se faire par l'est, par la translauragaise dont j'entend parler depuis une bonne dizaine d'année...
Cet axe devait couper en gros de Villefranche-Lauragais à  Rabastens. La construction de l'autoroute Toulouse-Pamiers via l'A61 jusqu'à  Villefranche me laissait penser que ce projet était encore dans les cartons...
On la peut être mis en veilleuse pour éviter une opposition frontale avec les locaux... Il est vrai que tout le monde adore les 4 voies, du moment qu'elles passent pas devant la porte... :roll:
j'ai falli étudier une possibilité de dédoublement de la rocade de Toulouse sur portiques, au-dessus de l'existante. A l'étranger, ça se fait (Japon par exemple), et question coût, vu le prix du foncier à  Toulouse et dans la région, c'est pas forcément irréaliste ...

Empiller les rocades ? Drôle d'idée :shock: , à  priori... (on n'a pas l'habitude)...
Je suis pas sûr que la solution soit financièrement la plus intéressante, même en tenant compte du prix du foncier... Mais ça pourrait être une voie à  creuser, ou plutôt à  élever, pour lutter contre l'étallement urbain...
Ca pourrait être rigolo sur la rocade sud : une rocade en dessous, le canal du midi, puis une autre rocade en dessus... :D
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Messagepar nanar » Mar 04 Avr 2006 11:16

Prix d'une rocade sur pilotis : environ 2500 euros le mètre carré.
Qui connait la longueur et la largeur (20 m pour 6 voies) peut déterminer le prix :wink:

nanar
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2450
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Messagepar marsupilud » Mar 04 Avr 2006 17:52

Certes, mais l'intérêt réside dans la comparaison avec un rocade normale : études, concertation, foncier, réaménagements alentours... La solution classique nécessite cependant moins d'entretien qu'une autoroute sur dalle, au niveau de l'ouvrage même.
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar nanar » Mer 05 Avr 2006 07:59

Salut
marsupilud a écrit:Certes, mais l'intérêt réside dans la comparaison avec un rocade normale : études, concertation, foncier, réaménagements alentours... .


Ce que j'ai mis en gras resterait incontournable avec une autoroute sur pilotis.

Aucun prix de foncier en périphérie de villes françaises n'approche 2500 € le m2.

J'ai vu ce genre d'autoroutes, aux USA et au Japon :
c'est utilisé surtout en ville, déjà  moins en banlieue
A Toulouse, la place d'une telle rocade serait ..... au dessus du canal du midi :shock: :wink:

A+
nanar
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2450
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Messagepar marsupilud » Jeu 06 Avr 2006 17:14

nanar a écrit:c'est utilisé surtout en ville, déjà  moins en banlieue
A Toulouse, la place d'une telle rocade serait ..... au dessus du canal du midi :shock: :wink:

Non ! Au dessus de l'actuel périphérique, et pareil à  Bordeaux !
Le trafic international au-dessus sur la nouvelle plateforme, le trafic local en dessous sur l'atuelle autoroute, pour ne pas avoir à  refaire les échangeurs. Seuls quelques passages supérieurs sont à  refaire.
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar lorp » Dim 09 Avr 2006 15:43

marsupilud a écrit:
nanar a écrit:c'est utilisé surtout en ville, déjà  moins en banlieue
A Toulouse, la place d'une telle rocade serait ..... au dessus du canal du midi :shock: :wink:

Non ! Au dessus de l'actuel périphérique, et pareil à  Bordeaux !
Le trafic international au-dessus sur la nouvelle plateforme, le trafic local en dessous sur l'atuelle autoroute, pour ne pas avoir à  refaire les échangeurs. Seuls quelques passages supérieurs sont à  refaire.


Vous voulez une autoroute urbaine ou un contournement ?

Je pense que plutôt qu'empiller les 2*4 voies il serait plus résonnable de déveloper les liaisons transports en commun rapide (métro,tram,TCSP,trains...) entre toulouse et sa zone périurbaine.
On risque ensuite de voir pousser un gros contournement pour dévier le trafic non toulousains à  disons 20-40km qui déservirait les petits bourgs (+ de 3000hab, ils se multiplient dans la couronne).
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Messagepar marsupilud » Dim 09 Avr 2006 17:53

C'est vrai, y'a plein de place en France.... à  urbaniser encore. Et en plus, on peut s'y déplacer pour pas cher sans polluer. Alors étalons-nous.
:twisted:
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar nanar » Lun 10 Avr 2006 09:29

Salut

lorp a écrit:
marsupilud a écrit:
nanar a écrit:c'est utilisé surtout en ville, déjà  moins en banlieue
A Toulouse, la place d'une telle rocade serait ..... au dessus du canal du midi :shock: :wink:

Non ! Au dessus de l'actuel périphérique, et pareil à  Bordeaux !
Le trafic international au-dessus sur la nouvelle plateforme, le trafic local en dessous sur l'atuelle autoroute, pour ne pas avoir à  refaire les échangeurs. Seuls quelques passages supérieurs sont à  refaire.


Vous voulez une autoroute urbaine ou un contournement ?


Honnêtement, Lorp@ , ni l'un, ni l'autre :
Je suis un adepte résolu du développement des transports en commun.

J'essaie de faire prendre concience aux forumeurs de SARA de 2 ou 3 choses :

- le coût des infrastructures en site urbain est très élevé.
- Faire des infrastructures de transport n'est pas le seul investissement nécessaire à  la société
- la concession, contrairement à  ce que beaucoups croient, ne permet pas toujours de construire sans que ça coûte un centime public :
une concession ne fonctionne que si le concessionnaire peut en retirer un bénéfice.
Quand l'investissement est très élevé, aucun concessionnaire n'accepte de se lancer
sans une subvention publique, et donc les investissements les plus élevés ne peuvent se faire
que si la Collectivité publique veut (juge nécessaire) et peut (montant des crédits d'impôts) subventionner.

A+
nanar
nanar
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2450
Enregistré le: Lun 06 Juin 2005 14:44
Localisation: Lyon

Messagepar lorp » Lun 17 Avr 2006 15:37

marsupilud a écrit:C'est vrai, y'a plein de place en France.... à  urbaniser encore. Et en plus, on peut s'y déplacer pour pas cher sans polluer. Alors étalons-nous.
:twisted:

J'ai pa di que j'étai favorable à  un bétonnage en règle du moindre métre carré de pré encore vierge!!! :evil: :evil: :evil:
Je suis persuadé que c'est une ENORME connerie (et je pèse mes mots) d'encore encourager les déplacements urbains par voitures particulières quand c'est possible de le faire autrement. Une nouvelle autoroute urbaine à  Toulouse-même ne contribuerait q'à  augmenter le trafic en ville (une nouvelle voie crée son trafic...).

Il serait un peu plus intelligent de réserver le contournement autoroutier pour désenclaver les espaces périphériques.
L'idéal serait le rééquilibrage rail-route (liaison fret, étoile ter...) ms je doute que nos élus en aient la volonté (il est vrai qu'ils ne prennent pas les transports en commun).

JE PREFERE ENCORE L'AMMENAGEMENT DU TERRITOIRE A LA SURURBANISATION !!! Il reste au bord du périphérique des espaces vierges indispensable à  la faune, qu'un élargissement ou un étagement rongeraient inévitablement. Il me parait beaucoup plus "envirmental friendly" de préserver des espaces là  où ils sont indispensables...
Le contournement en zone rurale serait la solution la moins pire, à  défaut d'être la meilleure.

Sinon, laisse ta caisse au garage et tu contribueras ainsi réellement à  la lutte contre l'étalement urbain (c'est pê de loin la meilleure des solutions...).
Les cours du pétrole sont encore trop bas : on voit encore trop de monde promener sa tonne de ferraille personnelle sur le périphérique bouché. :x
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Messagepar marsupilud » Lun 17 Avr 2006 16:31

lorp a écrit:
marsupilud a écrit:C'est vrai, y'a plein de place en France.... à  urbaniser encore. Et en plus, on peut s'y déplacer pour pas cher sans polluer. Alors étalons-nous.
:twisted:

Il serait un peu plus intelligent de réserver le contournement autoroutier pour désenclaver les espaces périphériques.

C'est bien ; mais maintenant, il te reste à  faire le lien entre "contournement autoroutier" et "désenclavement des espaces périphériques" ; et ce lien, ça s'appelle la rurbanisation. Parce que si on "désenclave" comme tu dis (alors que presque rien n'est moins enclavé qu'une périphérie d'agglomération), ça veut dire qu'on s'y installe, donc qu'on construit.. en périphérie donc. Bien joué. C'est pourquoi je préconisais, face à  un contournement autoroutier, une nouvelle autoroute urbaine peut-être, mais qui tient plus du tunnel que de l'autoroute, donc sans impact sur le territoire. Bien sûr on préfère le rail, oui, forcément, mais ce n'était pas la question.

lorp a écrit:Sinon, laisse ta caisse au garage et tu contribueras ainsi réellement à  la lutte contre l'étalement urbain (c'est pê de loin la meilleure des solutions...).

Perso, je m'en tire pas mal .. Mais le problème n'est pas là , c'est qu'avant de construire, d'acheter ou de louer, il faut réfléchir si oui au non, au quotidien, on pourra se passer de la voiture. A Bordeaux, j'ai répondu oui, mais à  Angoulême, mes parents ont répondu non. Mais de ma vie l'on s'en fiche, l'important est de faire le bon choix.
Avatar de l’utilisateur
marsupilud
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 5369
Enregistré le: Lun 11 Oct 2004 13:09
Localisation: Sud Europe Atlantique

Messagepar lorp » Dim 23 Avr 2006 17:02

marsupilud a écrit:C'est bien ; mais maintenant, il te reste à  faire le lien entre "contournement autoroutier" et "désenclavement des espaces périphériques" ; et ce lien, ça s'appelle la rurbanisation. Parce que si on "désenclave" comme tu dis (alors que presque rien n'est moins enclavé qu'une périphérie d'agglomération), ça veut dire qu'on s'y installe, donc qu'on construit.. en périphérie donc.

Mais la rurbanisation a déjà  bien commencé!!! Des villages sont en passe de devenir de petits bourgs dans la région. Et des bourgs des petites villes.
Petit exemple de la croissance démographique en périphérie de Toulouse (50km) : Montégut Lauragais, qui en 1995 comptait 350 âmes, est en passe d'en compter plus de 500 dans les 3 prochaines années. Attention, je n'ai choisi cet exemple que parce que je le connaît bien. Ne pensez pas que je veuille offrir une autoroute à  toute commune qui revendiquerait un peu plus de 500hab. Il y a bien peu de chance que ce genre de village est directement accés à  un axe autoroutier qui le traverserait.

Seulement, je trouve très préjudiciable à  la qualité de vie en ville que d'y encourager la circulation automobile en dédoublant la rocade. Les autres voies ne contiendraient plus le surplus de circulation qui en découlerait, y compris les autoroutes d'accés à  Toulouse déjà  existantes.
Il serait beaucoup plus intelligent d'encourager l'utilisation des transport en commun rapide en les ammenant jusqu'aux portes des villes, où ils pourraient drainer les "périrurbains" qui alimentent le périphérique aux heures de pointe.

Alors, là  où la voiture est indispensable, un contournement autoroutier drainerait le trafic international et désenclaverait des villes moyennes désindustrialisées comme, dans la périphérie toulousaine, Castres (50 000hab) encore touchée par la faim du textile. La redynamisation de ces villes pourrait peut être contribuer à  alléger le trafic vers une métropôle locale.

Evidemment, ce n'est pas la solution la plus élégante. Le fret et ferroutage ne nous font que rêver, à  tort ou à  raison, mais c'est un autre débat.
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Messagepar lorp » Mar 25 Juil 2006 11:50

le point de vue du conseil général de la haute-garonne sur le grand contournement de Toulouse :

http://www.haute-garonne.fr/pageseditos.asp?idpage=134

Le conseil générale de Haute-Garonne a écrit:« le Grand contournement » : une fausse solution aux problèmes de circulation à  Toulouse

Lors de sa séance du 29 mai 2006, le Conseil Général a pris acte de l'étude réalisée par l'Etat, concernant d'éventuelles solutions pour soulager la saturation du trafic sur la rocade toulousaine. Cette étude, claire et convaincante, démontre en particulier l'inefficacité de la solution d'une autoroute de « grand contournement » de Toulouse, pour atteindre cet objectif.

Le Conseil Général en tire ainsi les leçons, et conscient des lourdes difficultés de déplacement ressenties dès aujourd'hui, propose des solutions différentes pour éviter un engorgement généralisé de l'agglomération toulousaine.


SOMMAIRE

I Le trafic local : véritable enjeu pour aujourd'hui et demain

- D'ores et déjà , la véritable question est le trafic local :
- Et en 2020 ?

II Les solutions autoroutières envisagées par l'Etat et leur inefficacité

- Doubler la Rocade ?
- Contourner Toulouse ?
- La perspective d'un péage
- Un effet positif très modeste, et de court terme


III Le contournement : "Ni OUF, ni CHUT, ni ZEN"


IV Les objectifs incohérents du "Grand contournement"

V Les solutions prônées par le Conseil Général

- Deux orientations complémentaires sont ainsi défendues par le Conseil Général :
- Des exemples de réalisations du Conseil Général pour un réseau routier plus fluide :

VI Quelle vision d'avenir pour les transports à  Toulouse et en Haute-Garonne ?

--->

Le trafic local : véritable enjeu pour aujourd'hui et demain
D'ores et déjà , la véritable question est le trafic local :

Dans le périmètre de « l'aire urbaine toulousaine » (1078 000 habitants), on compte plus de 3, 6 millions de déplacements par jour, dont 2, 3 millions en voiture.

La majorité écrasante de ce trafic concerne le trafic dit « local », c'est à  dire les déplacements dont le départ et l'arrivée se situent tous les deux à  l'intérieur de cette aire urbaine.

Le trafic de « transit », c'est à  dire les déplacements des personnes qui ne font que traverser cette aire urbaine, est très minoritaire.

La Rocade toulousaine, organisée autour de Toulouse, est aujourd'hui très utilisée pour se déplacer à  l'intérieur même de l'aire urbaine. Les déplacements de « transit » n'y représentent que 3 % des déplacements, alors que 71 % des flux sont des déplacements locaux.

Les projets lancés en matière de transports doivent donc avoir pour objectif d'améliorer la gestion de ce trafic local.

Et en 2020 ?

L'étude réalisée par l'Etat se projette à  l'horizon 2020. A ce moment, les déplacements auront fortement augmenté, compte tenu du succès démographique de notre département. Le trafic local devrait par exemple progresser dans une fourchette de + 20 à  + 26 %.

Mais les parts respectives des différentes formes de déplacement (trafic local ou de transit, trafic d'échange entre l'agglomération et l'extérieur) n'évolueront pas significativement. Le trafic local restera de très loin la première préoccupation en 2020.

On voit d'emblée qu'un « contournement » autoroutier de Toulouse, destiné à  capter les déplacements « de passage » par l'agglomération n'aurait qu'un effet très faible pour soulager la circulation sur la Rocade, puisque ce trafic est très minoritaire et le restera.
Les solutions autoroutières envisagées par l'Etat et leur inefficacité
Doubler la Rocade ?

L'étude de l'Etat a d'abord étudié la possibilité d'une mise à  Â« 2 fois 4 voies » du périphérique toulousain. Mais ce chantier susciterait des problèmes redoutables.

Le projet serait très coûteux :

- sur le plan financier : le coût serait de 1 à  1, 2 milliards d'euros (mise à  2 fois 4 voies de la totalité de la rocade actuelle) :
- 300 à  400 millions pour le périphérique Est.
- 700 à  800 pour l'Ouest et le Sud.

A titre de comparaison :
- L'Etat n'a pu consacrer aux aménagements routiers pour l'ensemble de Midi-Pyrénées que 622 millions d'euros, de 2000 à  2006 (contrat de plan).
- Le contrat de plan 2000-2006 consacrait 430 millions d'euros aux aménagements de la rocade toulousaine dont sa mise à  trois voies, tous financements inclus.
- Le coût du prolongement de la Ligne B du Métro jusqu'à  Labège est évalué à  350 millions d'euros.

- sur le plan social :
La construction demanderait des destructions en zone urbaine. Le chantier qui durerait plusieurs années créerait ainsi de nombreuses difficultés dans la vie quotidienne des toulousains.

- Sur le plan environnemental :
L'équipement serait polluant, et la gestion du bruit serait malaisée.

Le projet aurait en plus pour effet pervers d'être très attractif pour les véhicules, ce qui susciterait une concentration, une augmentation de la circulation et des problèmes qui y sont liés (sécurité par exemple, pollution par émission de gaz à  effet de serre).

Contourner Toulouse ?

La deuxième hypothèse étudiée est celle de contourner Toulouse, par la création d'une autoroute « 2 fois deux voix ».

L'Etat a envisagé plusieurs solutions, à  l'ouest, à  l'Est, et plus ou moins éloignées de Toulouse (de 5 à  35 km).

D'après l'étude de l'Etat, le contournement par l'Est apparaît relativement plus efficace que les autres moyens de contourner Toulouse, car on capte plus de trafic de transit (par exemple un véhicule qui part de Carcassonne pour se rendre à  Albi).

Ces projets de contournement supposeraient aussi d'engager des financements massifs :
- le coût d'un contournement par l'Ouest et le Sud serait de 800 millions d'euros à  1,2 milliards d'euros,
- le coût d'un contournement par l'Est seulement serait de 600 à  850 millions d'euros.
- le coût d'un contournement par l'Est et le Sud serait de 800 millions d'euros à  1, 3 milliard d'euros.

la perspective d'un péage

Les défenseurs de la solution d'un « grand contournement » savent qu'il serait difficile voire inconcevable de dégager des fonds publics suffisants pour un tel projet, dont le coût est démesuré par rapport à  son impact. L'Etat, qui n'honore pas aujourd'hui sa signature en matière de financement des routes (par exemple les retards pris pour les déviations de Léguevin ou Saint-Béat) risque de ne pas affirmer son soutien.

Ils mettent donc en avant la possibilité de recourir à  des investissements privés.
Ceci suppose que l'investissement soit « rentable ».

Rien ne prouve d'ailleurs à  ce jour que le « grand contournement », qui ne captera qu'un trafic de transit, puisse intéresser des investisseurs. Mais, en admettant que ces investissements puissent être obtenus, il convient d'en mesurer les conséquences.

En effet, un investisseur privé, en recherche logique de bénéfices, impose la mise en place d'un péage, pour une longue durée (25 à  30 ans couramment dans le cadre d'une concession).

Les conséquences pour les utilisateurs seront ainsi lourdes et durables. Les défenseurs du projet de « grand contournement » ne les évoquent pas publiquement .

Un effet positif très modeste, et de court terme

On s'engagerait donc dans un chantier hyper consommateur de financements, et dont le prix sera répercuté sur les particuliers et les entreprises utilisant la nouvelle infrastructure.

Ce chantier n'aurait de plus qu'un impact de court terme.

Ce type de contournement de Toulouse permettrait en effet de réduire le trafic sur la rocade actuelle de 9 à  15 %. C'est ainsi une solution de courte durée, puisque cela représente 3 à  5 ans d'augmentation du trafic. Ce grand contournement n'aurait en effet aucune incidence sur le nombre de déplacements locaux qui passent par la rocade, et qui sont de très loin les plus nombreux.



Le grand contournement : « Ni OUF, ni CHUT, ni ZEN »
Nous avons vu que le « grand contournement » serait très coûteux, serait très peu efficace pour soulager la rocade toulousaine, et impliquerait la création d'un péage.

Il faut aussi relever que d'autres inconvénients sont cités dans le débat public :

- effets pervers en matière d'urbanisme (encouragement à  disséminer l'habitat le long de l'autoroute), qui entraîneraient des nécessités de déplacement supplémentaires ;

- inadaptation aux enjeux de demain (crise énergétique et protection de l'environnement).

Ce projet serait long à  définir et à  mettre en place, tant en matière d'études que de réalisation. Il serait coûteux, et nuisible en matière d'environnement et d'aménagement.

Construire une telle infrastructure ne peut être décidé de manière légère, car les conséquences sont énormes en termes de bouleversement des paysages, et d'impact sur les populations situées sur et à  proximité du tracé.

Tenter d'aborder les difficultés actuelles à  travers cet objectif flou est une fausse solution.

Une campagne de communication de la Mairie de Toulouse avait lancé les slogans
« OUF pour la seconde rocade, CHUT pour le second aéroport et ZEN pour le TGV ».

On sait aujourd'hui que le « Grand contournement » ne pourrait nous apporter aucune de ces trois satisfactions : ni gain de temps, ni silence, ni sérénité.


Les objectifs incohérents du « Grand contournement »
L'étude note que plus le contournement est loin de Toulouse, moins son effet est efficace pour soulager le périphérique toulousain.

L'argument selon lequel cette nouvelle infrastructure permettrait de concilier allégement du trafic à  Toulouse et meilleure desserte des petites villes pour aménager le territoire de manière équilibrée, est donc infondé.

Il ne faudrait pas confondre la création d'une nouvelle autoroute, desservant des territoires qui ont besoin de se désenclaver et d'être reliés (l'Aude et le Tarn par exemple), ou celle d'une autoroute réalisée pour soulager le périphérique toulousain. Les deux objectifs ne sont pas compatibles, car un contournement éloigné de Toulouse aurait un impact très faible pour soulager les toulousains. Ainsi, à  35 km de Toulouse, un contournement ne capterait que 8000 à  16000 véhicules par jour qui relèvent du trafic de transit.

Pour toutes ces raisons, le Conseil Général considère :
- que l'idée d'un « grand contournement » routier de Toulouse n'apporte pas de solutions réelles aux problèmes de circulation que nous connaissons aujourd'hui dans l'agglomération toulousaine.

- et qu'il est urgent d'envisager d'autres options, car le périphérique est d'ores et déjà  en limite de capacité.


Les solutions prônées par le Conseil Général
Ce qui a été parfois présenté à  tort comme une « deuxième Rocade », et qui constitue en fait un contournement par l'Est de Toulouse, est ainsi un mirage. Il convient alors d'imaginer d'autres pistes de travail pour aborder réellement les enjeux de la vie quotidienne.

Le Conseil Général, fort de cette analyse, met au débat certaines orientations afin d'anticiper l'augmentation prévisible des déplacements dans l'agglomération toulousaine.

Deux orientations sont ainsi défendues par le Conseil Général :

- Le renforcement du réseau toulousain de transports en commun doit se poursuivre et prendre une nouvelle dimension.

Un effort très important devra être réalisé pour poursuivre les chantiers en cours (ligne B, tramway Toulouse-Blagnac) déployer ce réseau au delà  de Toulouse, à  l'intérieur de l'agglomération et du département, et pour organiser des systèmes d'inter modalité permettant d'associer des moyens de transport (par exemple train + vélo ou voiture + tramway). Le réseau doit être désormais envisagé dans sa globalité.


- La création d'un réseau de « voirie d'agglomération » ambitieux

La création d'un réseau de voirie d'agglomération, ou « voirie de cohérence » plus praticable doit aussi être à  l'ordre du jour, pour fluidifier les déplacements de véhicules au sein de l'agglomération toulousaine.

Elle doit s'articuler avec des « modes doux » à  faciliter (vélo, marche...).

La construction de cette voirie (par exemple la réalisation de boulevards urbains reliant des communes de l'agglomération à  Toulouse) permettrait de répondre plus rapidement et progressivement aux enjeux de désengorgement de l'agglomération.

Elle demandera une volonté politique forte, tant en matière de financements que de détermination à  faire évoluer profondément l'aménagement de la ville.

L'action du Conseil Général pour créer une voirie nouvelle dans l'aire urbaine toulousaine.

Le Conseil Général est prêt à  participer à  ces évolutions, si un partenariat peut s'engager sur ce point avec le Grand Toulouse et si celui-ci est disposé à  réaliser demain l'effort nécessaire.

Depuis plusieurs années, le Conseil Général s'est d'ailleurs engagé dans cette logique, en réalisant ou lançant des chantiers dont l'objectif est de faciliter la vie dans l'agglomération en y apportant plus de fluidité, et en diversifiant les solutions routières.



Des exemples de réalisations du Conseil Général pour un réseau routier plus fluide :

- La réalisation du « fil d'Ariane », effective en 1991, afin de faciliter l'accès à  l'aéroport de Blagnac.

- La réalisation de la Rocade « arc en ciel », effective en 1997 (du quartier de St-Simon à  l'échangeur de la Crabe ), financée à  100 % par le Conseil Général. Elle a permis de soulager les réseaux de Tournefeuille, Blagnac, Plaisance du Touch, Cugnaux, Colomiers.

- La réalisation de la desserte routière de la zone « aéroconstellation ». Le réaménagement de la RD 1 entre Blagnac et Cornebarrieu a été effectué, et permet à  l'A380 de rejoindre les pistes de Blagnac. L'aménagement de la RD 902 entre Blagnac et Beauzelle sera effectif fin 2006. L'étape suivante sera de créer, à  l'horizon 2008/2009 une liaison entre la RD 963 et l'itinéraire à  grand gabarit qui achemine les éléments de l'A380 vers Aéroconstellation.

- La réalisation de la desserte routière du canceropôle de Toulouse-Langlade, dont le principe et les crédits ont été votés par le Conseil Général. Une étude est en cours pour l'aménagement de la RD 120 (route d'Espagne). La desserte devrait être disponible en 2009.

- Le Conseil Général est maître d'œuvre de la voie du canal de Saint-Martory (déviation de la RD 23), destinée à  faciliter la circulation à  l'ouest de Toulouse. Cette voie ira du quartier toulousain de Basso Cambo jusqu'à  Cugnaux. L'enquête publique a été réalisée, et on peut prévoir sa réalisation pour 2009/2010.

- La décision de créer un nouveau pont sur la Garonne (au niveau de la plate-forme économique Eurocentre) afin de faciliter, à  l'horizon 2012, les liaisons entre les entreprises situées sur cette zone et l'ouest de l'agglomération, et de désengorger le nord de Toulouse. Le pont permettra de relier Aéroconstellation à  Eurocentre via la RD2, ainsi qu'à  la RN 20 et l'autoroute A 62. Les études préalables sont en cours.



Quelle vision d'avenir pour les transports à  Toulouse et en Haute-Garonne
Les décisions en matière de transports revêtiront un caractère stratégique de première importance dans les années qui viennent. De grands efforts devront être réalisés.

Pour être à  la hauteur, il faudra être clair sur les principes et les exigences qui conduiront la politique des transports :

- défendre le pouvoir d'achat des hauts garonnais, dans un contexte de crise énergétique, et rendre accessible à  tous le réseau de transports,
- protéger notre environnement, en particulier en luttant contre les émissions de gaz à  effet de serre,
- protéger et valoriser notre qualité et notre cadre de vie,
- concevoir des réseaux à  l'échelle de territoires solidaires et non enclins à  se refermer sur eux-mêmes,
- conserver la maîtrise publique et démocratique de nos choix en matière d'urbanisme et de transports, et ne pas laisser le soin à  des intérêts particuliers d'en décider.

Alors que le développement démographique et économique concerne le département tout entier, il faudra garder à  l'esprit que les destins de Toulouse et de la Haute-Garonne sont intimement liés en matière de transports. Le réseau doit donc être imaginé à  cette échelle globale.

Il serait ainsi gravissime de voir Toulouse tenter de repousser ses difficultés à  l'extérieur de ses frontières. Cette logique conduirait à  l'échec collectif, car les difficultés de déplacement des uns sont aussi celles des autres. La rocade toulousaine ne peut pas être soulagée si de nouvelles solutions ne sont pas proposées aux habitants d'autres communes qui viennent travailler tous les jours dans l'agglomération toulousaine.

Nous devons développer ensemble un réseau d'agglomération, partie prenante d'un réseau départemental appelé à  effectuer un saut qualitatif. C'est cette vision, fondée sur des territoires solidaires, que le Conseil Général défend. Une vision qui doit reposer sur un service public des transports capable d'imaginer l'intérêt général et de penser à  long terme.

Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Messagepar Fantomas » Mar 25 Juil 2006 13:07

pas mal de bon sens... 8)
Certains conseils généraux, avides de contournements, devraient s'en inspirer.
Avatar de l’utilisateur
Fantomas
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2563
Enregistré le: Mer 23 Juil 2003 13:24
Localisation: Grenoble

Messagepar lorp » Jeu 27 Juil 2006 09:11

la mairie de toulouse aussi :lol:
(pour info mairie=UMP, CG=PS, météo= très orageux sur beaucoup de dossier, notamment les TC de l'agglo toulousaine...)

D'ailleurs "ni OUF, ni CHUT, ni ZEN" fait référence aux campagnes d'affichage de la mairie en faveur d'un grand contournement et d'un nouvel aéroport...
Avatar de l’utilisateur
lorp
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2132
Enregistré le: Sam 01 Avr 2006 15:46
Localisation: Isère

Suivante

Retourner vers Problématiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité