[ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Lun 03 Juin 2019 13:24

Les ministres semblent sous-entendre que le PCD doit appliquer uniquement la décision de justice et se garder de faire un recours (les suites juridictionnelles ne semblent pas inclure cette possibilité).
https://www.francebleu.fr/infos/politiq ... 1559496213
DOSSIER : Contournement de Beynac
Déviation de Beynac : deux ministres soutiennent la décision de justice
Dimanche 2 juin 2019 à 19:23 - Par Simon Soubieux, France Bleu Périgord
Dans une lettre adressée aux opposants du contournement de Beynac, le ministre de l'Écologie François De Rugy et la ministre des transports Elisabeth Borne se disent pour un respect de la décision de justice. Ils imaginent tout de même d'éventuelles suites juridictionnelles.
François De Rugy et Elisabeth Borne demandent que la décision de justice soit respectée.
De nouvelles réactions dans le dossier du contournement de Beynac, et pas des moindres. Dans une lettre adressée aux opposants de la déviation, et datée au 28 mai dernier, le ministre de l'Écologie François De Rugy et la ministre des transports Elisabeth Borne se disent en faveur de l'arrêt des travaux.
"Il appartient au département de respecter cette décision de justice" François De Rugy et Elisabeth Borne
Cette lettre est adressée au collectif d'opposants au contournement "Sauvons la vallée de la Dordogne". Dans celle-ci, les deux ministres demandent conjointement l'arrêt total des travaux : "Il appartient au département de respecter cette décision de justice.", écrivent-ils.
Les deux ministres parlent cependant de "suites juridictionnelles" qui pourraient être données à cette décision. Elles seraient "à l'étude" dans les services ministériels.

Recours que le PCD va déposer d'ici quelques jours.
https://www.francebleu.fr/infos/transpo ... 1559555564
Déviation de Beynac : "tout détruire coûterait 45 millions d'euros aux périgourdins pour rien" dit Germinal Peiro
Transports
DOSSIER : Contournement de Beynac
Déviation de Beynac : "tout détruire coûterait 45 millions d'euros aux périgourdins pour rien" dit Germinal Peiro
Lundi 3 juin 2019 à 11:58 - Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord
Le président du département de la Dordogne Germinal Peiro a dévoilé un chiffre concernant la déviation de Beynac ce lundi en session extraordinaire. Selon lui, si la décision de justice était finalement exécutée, tout détruire et remettre en état coûterait jusqu'à 45 millions d'euros
Le département de la Dordogne déposera officiellement son appel de la décision du tribunal administratif de Bordeaux dans le dossier du contournement de Beynac d'ici au 9 juin. Soit dans quelques jours à peine..
C'est ce qu'a annoncé hier Germinal Peiro, le président du département lors d'une session extraordinaire.
Le 9 avril dernier, le tribunal administratif de Bordeaux avait annulé l'arrêté préfectoral autorisant les travaux. Et avait ordonné au département de détruire ce qui a déjà été fait.
Mais pour Germinal Peiro, c'est impensable. Le département ira donc devant la cour administrative d'appel et demandera aussi et surtout un sursis à exécution. Car tout détruire reviendrait à dépenser 36 millions d'euros hors taxe, 45 millions d'euros TTC pour rien selon les estimations du département rendues publiques ce lundi.
Germinal Peiro répète donc qu'il se battra jusqu'au bout et demande à l'Etat via la préfet de le soutenir.
"Je suis inquiet. Si on devait aller au bout d'une démarche absurde, c'est à dire démolir dans quelques années, cela aurait en fait coûté 36 millions hors taxe, 45 millions TTC aux Périgourdins pour rien. Et on n'aura pas réglé les problèmes de circulation dans Beynac, on n'aura rien réglé, et cela aura coûté très cher. Et je trouve que c'est une situation en tous points scandaleuse" dit Germinal Peiro
"Je demande à l'Etat d'être conséquent et responsable en faisant appel, je demande à l'Etat de se soutenir, puisque c'est lui qui est lui-même attaqué. le département est victime des inconséquences du droit en la matière, mais il serait incompréhensible que l'Etat ne fasse pas appel aux côtés du département" estime le président
Fin mai, deux ministres Elisabeth Borne aux transports et François de Rugy à la transition écologique ont écrit une lettre aux opposants au contournement. Lettre dévoilée ce week end où ils se disent en faveur du respect de la décision de justice, même si des "suites juridictionnelles" seraient à l'étude dans les services ministériels.

https://www.sudouest.fr/2019/06/03/vide ... -10522.php
Modifié en dernier par colvert le Mer 05 Juin 2019 16:17, modifié 1 fois.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Lun 03 Juin 2019 22:21

C'est surtout l'entêtement du président du conseil départemental, qui seul contre tous, defend bec et ongles ce projet, est incompréhensible, alors que certaines routes départementales de la Dordogne sont presque redevenues des chemins au vu de leur état.
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar frantz58 » Lun 03 Juin 2019 22:43

Au vu de ce que j'ai pu lire sur ce projet et voir d'après les cartes et plans, je trouve la position des opposants au projet on ne peut plus ridicule puisque le village serait libérée de la circulation et que le tracé de la déviation suit la voie ferrée, donc je voudrais bien que l'on m'explique où est la gêne dans ce projet. :evil:
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2627
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: 03 / 58

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar kaiservinz » Mar 04 Juin 2019 07:25

frantz58 a écrit:Au vu de ce que j'ai pu lire sur ce projet et voir d'après les cartes et plans, je trouve la position des opposants au projet on ne peut plus ridicule puisque le village serait libérée de la circulation et que le tracé de la déviation suit la voie ferrée, donc je voudrais bien que l'on m'explique où est la gêne dans ce projet. :evil:


le coût élevé du projet 35m€ dans un département déjà fort endetté et aux route souvent en piteux état.
la destruction du milieu naturel
la défiguration de la vallée de la Dordogne
...

Si tu veux plus d'infos : https://petition-vallee-dordogne.fr/
kaiservinz
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 258
Enregistré le: Sam 23 Oct 2010 07:46
Localisation: entre 38 et 73

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar frantz58 » Mar 04 Juin 2019 12:38

Destruction du milieu naturel et défiguration de la vallée de la Dordogne arrêtera deux secondes de se moquer de la tête du monde (et encore je suis poli). Le tracé suit la voie ferrée !

Au niveau du coût c'est somme toutes assez raisonnables sachant qu'il y a deux viaducs et au vu de la longueur du tracé.

Tous ces pseudo écolos feraient mieux de regarder les terres grignotées par la construction d'immenses zone commerciales ou industrielles alors qu'il arrive qu'à deux pas de là une ancienne zone industrielle soit en friche.

Ah mais oui suis-je bête, ça fait mieux de lutter contre une méchante route utilisé par des vilains véhicules diesel.
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2627
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: 03 / 58

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Ven 07 Juin 2019 11:59

J'espère pour le PCD24 qu'il ne compte pas que sur l’État pour effectuer un recours (vu ce que disaient les ministres il y a peu).
https://www.francebleu.fr/infos/societe ... 1559888776
DOSSIER : Contournement de Beynac
Déviation de Beynac : "la décision de l'Etat sur un éventuel appel sera connue dans la journée" dit le préfet
Vendredi 7 juin 2019 à 8:31 - Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord
Le préfet de la Dordogne Frédéric Périssat était l'invité de France Bleu Périgord ce vendredi matin. Il a précisé que faire appel du jugement concernant la déviation de Beynac n'était pas dans ses compétences. Mais que le ministère donnera sa réponse dans la journée
Beynac-et-Cazenac, France
Lors de la session extraordinaire de ce lundi au conseil départemental, le président Germinal Peiro a appelé solennellement le préfet Frédéric Périssat à faire appel de la décision du tribunal administratif de Bordeaux. Cette décision annule en effet l'arrêté préfectoral autorisant les travaux du contournement de Beynac.
Mais il oblige aussi le département à détruire ce qui a déjà été fait. Ce que Germinal Peiro, refuse catégoriquement, parlant de scandale.
Et évoquant un chiffre de 45 millions d'euros TTC perdus par les Périgourdins. Il demande donc au préfet de faire appel.
Ce vendredi matin, le préfet Frédéric Périssat lui a donc répondu en direct sur France Bleu Périgord :
"Ce n'est pas le préfet qui fait appel, ce n'est pas dans mes compétences. Germinal Peiro a été reçu au cabinet du premier ministre Edouard Philippe avant hier soir (NDLR / mercredi soir). Ils en ont discuté, nous aurons la réponse dans la journée" dit Frédéric Périssat
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar tanaka59 » Ven 07 Juin 2019 12:15

La France le pays des paradoxes :

On ne veut pas que les flux de circulation passent en centre , ni ne contourne les villes . La question est ou passe t on ?

Cela revient à arriver à une intersection et n'avoir que le choix de faire demi tour ...

On se moque vraiment du monde.

A un moment c'est se rendre compte que créer des situations ubuesques a le "ni ni " coute une blinde pour la société. Et aussi d'arrêter de prendre la population pour des imbéciles.
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2325
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Ven 07 Juin 2019 18:53

Vu que le dernier jour pour faire appel est le 9 juin (un dimanche en plein week-end) et que la cour administrative d'appel de Bordeaux est fermée le week-end j’espère pour lui que le PCD24 en a tenu compte pour déposer son recours.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 08 Juin 2019 13:18

Si le Conseil Départemental a déposé son dossier avant la date limite cette fin de semaine, l’État se débine, et après les ministres, certains députés en rajoutent. Pas de chance pour le PCD qui n'est pas du même bord (?).
https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 82668.html
https://www.sudouest.fr/2019/06/08/devi ... 0-1736.php
Déviation de Beynac (24) : l’Etat ne fera pas appel de l’annulation des travaux
A La Une Beynac-Et-Cazenac
Publié le 08/06/2019 à 15h34 par Emilie Delpeyrat.
Le Conseil départemental de la Dordogne a déposé en fin de semaine un dossier auprès de la Cour administrative d'appel. Archives Delage Franck
C’est la députée LREM, Jacqueline Dubois, qui l’annonce dans un communiqué ce samedi 8 juin.
Le 9 avril 2019, le tribunal administratif de Bordeaux annulait l’arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac.
Si le Conseil départemental de la Dordogne a déposé en fin de semaine un dossier auprès de la Cour administrative d’appel pour contester le jugement du tribunal administratif, ce ne sera manifestement pas le cas de l’Etat.
Dans un communiqué adressé aux rédactions ce samedi 8 juin, la députée LREM du Sarladais, Jacqueline Dubois, indique que " l’Etat a fait avoir qu’il ne ferait pas appel de la décision de justice".
Dans un document dont la parlementaire affirme avoir eu connaissance, l’Etat rappelle que "le tribunal administratif a considéré que le projet ne répondait pas à une raison impérative d’intérêt public majeur et que la démolition n’entraînait pas d’atteinte excessive à l’intérêt général."
La bataille de l’opinion menée depuis déjà plusieurs semaines auprès des cabinets ministériels par le patron du Conseil départemental, Germinal Peiro, n’a de toute évidence pas fonctionné.

https://www.francebleu.fr/infos/societe ... 1559991065
DOSSIER : Contournement de Beynac
Déviation de Beynac : l'Etat ne fera pas appel de l'annulation des travaux
Samedi 8 juin 2019 à 12:55 - Par Harry Sagot, France Bleu Périgord
L'Etat ne fera pas appel du jugement du tribunal administratif de Bordeaux, qui a annulé il y a deux mois l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac. C'est la députée LREM Jacqueline Dubois qui l'annonce dans un communiqué.

C'est vraisemblablement le coup de grâce pour les partisans de la déviation de Beynac : deux mois après l'annulation de l'arrêté préfectoral qui autorisait les travaux, le gouvernement a décidé de ne pas faire appel. C'est la députée LREM de Sarlat, Jacqueline Dubois, qui l'annonce dans un communiqué où elle rappelle que « le tribunal administratif a considéré que le projet ne répondait pas à une raison impérative d’intérêt public majeur et que la démolition n’entraînait pas d’atteinte excessive à l’intérêt général. »

Le communiqué envoyé par la députée de Dordogne Jacqueline Dubois samedi - Radio France
Image

Cette semaine, le président du Conseil départemental Germinal Peiro a annoncé que la destruction de ce qui a déjà été fait reviendrait à dépenser 36 millions d'euros hors-taxes (45 millions d'euros TTC). Le Conseil départemental a d'ailleurs saisi la Cour administrative d'appel vendredi 7 juin pour demander un "sursis à exécution". En clair, le Département demandait un report de l'obligation de détruire, dans l'attente d'une décision favorable. Mais si l'Etat ne fait pas appel, aucun autre arrêté d'autorisation ne paraît possible.

Germinal Peiro a été reçu mercredi dernier au cabinet du Premier ministre, pour rappeler la responsabilité de l'Etat et demander un appel.
La règlementation est curieusement faite : un projet peut être DUPé mais ne pas être d’intérêt public majeur ce qu'on apprend plusieurs années plus tard alors que de nombreux frais ont été engagés voire des travaux en cas de recours comme c'est le cas ici.
Notons au passage que la déclaration de DUP pour ce projet a été prise le 26 décembre 2001 avec prorogation jusqu'au 26 décembre2011 et que les acquisitions ont été menées principalement en 2005. Notons que l'article L411-2 du Code de l'Environnement a été modifié le 6 janvier 2006 pour introduire la notion d'intérêt public majeur.
Modifié en dernier par colvert le Dim 09 Juin 2019 09:53, modifié 1 fois.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar G.E. » Sam 08 Juin 2019 18:58

colvert a écrit:La règlementation est curieusement faite : un projet peut être DUPé mais ne pas être d’intérêt public majeur ce qu'on apprend plusieurs années plus tard alors que de nombreux frais ont été engagés voire des travaux en cas de recours comme c'est le cas ici.


Tout à fait, ce qui n'est pas très cohérent. L’État fait malheureusement le jeu des opposants et pourtant dans d'autres dossiers (par exemple, le grand contournement de Bordeaux), il avait fait appel de tous les recours (et gagné me semble-t-il) alors même qu'il abandonnait le projet.

Cette situation crée une très grande insécurité juridique pour les collectivités locales qui pourraient renoncer à certains projets routiers.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20944
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Mar 11 Juin 2019 12:19

Le PCD24 a donc déposé son recours sans l’État et annonce qu'il ira jusqu'au bout.

https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 83648.html

Obstiné, Germinal Peiro fait appel à Beynac : “- ça se terminera dans quelques mois... ou quelques années !”
Germinal Peiro dénonce l'Etat qui n'a pas fait appel de la décision de justice de fermeture du chantier de Beynac

Il juge l'Etat "déconnecté des réalités". Il a donc fait appel seul pour tenter d'infléchir la décision du tribunal administratif de Bordeaux. Le Président du Conseil Départemental, désormais bien isolé dans son combat pour l'achèvement du contournement de Beynac se prépare à une "guerre d'usure".

Par Pascal Faiseaux Publié le 11/06/2019 à 12:32

L'Etat n'a pas fait appel de la décision, lui l'a fait. Dans les délais impartis, c'est à dire avant le 9 juin dernier.
Plus opiniâtre que jamais, le Président du Conseil Départemental de Dordogne rappelle que rien n'est encore terminé selon lui. "Sur le fond, cette affaire-là ne change rien à la volonté du département de mener à bien ce contournement".
Il estime même n'être "qu'au milieu du match", l'issue définitive ne pouvant être selon lui que judiciaire, après le le Conseil d'Etat ait statué sur l'appel qu'il vient de déposer au nom du Département.

"- Ca se terminera dans quelques mois... ou quelques années !" menace Germinal Peiro, visiblement préparé à une guerre d'usure dans laquelle il fourbira toutes les armes juridiques à sa disposition.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Mar 11 Juin 2019 19:04

En plus de la guerre juridique, il y a la guerre des chiffres d'un coté le PCD24 qui annonce un cout global avec remise en état de 45M€ et de l'autre l'association de défense qui minimise à 0.8M€. Qui croire? LE PCD entouré des entretiens et techniciens ou l'association?
https://www.francebleu.fr/infos/transpo ... 1560263564
Transports
DOSSIER : Contournement de Beynac
Déviation de Beynac : Germinal Peiro estime que "l'Etat est incohérent et inconséquent"
Mardi 11 juin 2019 à 16:59 - Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord
Le président du conseil départemental de la Dordogne n'a pas mâché ses mots ce mardi, après que l'Etat ait renoncé à faire appel de la décision du tribunal administratif dans le dossier de la déviation de Beynac. Pour lui, il fait preuve "d'inconséquence, d'incohérence, et de mépris"
La colère froide de Germinal Peiro. Le président du Conseil départemental de la Dordogne a répondu ce mardi à l'Etat et plus précisément au gouvernement qui a décidé de ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif de Bordeaux.
Tribunal qui avait annulé l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac et qui a condamné le département à tout détruire. Le département a donc fait appel, mais pas l'Etat dont l'arrêté a pourtant été cassé par la justice. Germinal Peiro l'a appris en fin de semaine dernière d'une lettre du ministre de la transition écologique François de Rugy.

Pour autant, Germinal Peiro ne veut pas s'avouer vaincu.
"Nous ne sommes qu'à la mi temps du match" dit-il.
Germinal Peiro, en bon fan de rugby veut croire que rien n'est encore fait. Certes l'Etat ne fera pas appel, mais le département oui.
Son président donne donc rendez-vous devant la cour administrative d'appel a priori en fin d'année. Il en profite au passage pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement accusé d'inconséquence, d'incohérence aussi.
"L'Etat nous autorisé à réaliser un chantier, on le réalise et au bout d'un an, la justice administrative nous demande de démolir, et là l'Etat s'en lave les mains, ce n'est pas sérieux, c'est incohérent et inconséquent. Méprisant aussi pour notre collectivité, notre économie, pour la préfecture aussi. Mais l'Etat méprise surtout les territoires ruraux, on le voit bien" dit Germinal Peiro
Pour Germinal Peiro, la lettre que lui a envoyé le ministre François de Rugy est simplement une manière pour l'Etat "de fuir ses responsabilités".

Estimations différentes sur le coût d'une destruction
Bref, cet épisode n'est qu'une étape dans un combat judiciaire qui sera encore long. Le président du département est d'ailleurs convaincu qu'il y aura encore un recours devant le conseil d'Etat d'ici à un deux ans.
En attendant, Germinal Peiro fourbit ses armes. L'entreprise Bouygues viendra le soutenir pour demander un sursis à exécution. C'est à dire de ne rien démolir tant que la procédure judiciaire est en cours. Et Germinal Peiro a déjà prévenu, si un jour il fallait tout casser il demandera une nouvelle enquête publique avant de démolir.
Il se dit par ailleurs confiant, quant à l'issue d'un nouveau rendez-vous devant le conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative de France est-elle vraiment capable de se déjuger ? "Son jugement prenait en compte le projet tel qu'entamé en 2018. Depuis, il a bien évolué" estime le président du département.
Il promet par ailleurs de détailler d'ici deux semaines, l'argent que coûterait une démolition du chantier. Environ 45 millions d'euros TTC, dont 17 sont des factures déjà réglées pour le début du chantier. Ce mardi matin justement, les opposants à la déviation de Beynac organisaient une conférence de presse pour donner leur chiffre d'une éventuelle destruction. Un chiffre qui avoisinerait selon eux les 800.000 euros.

"Germinal Peiro dit ce qu'il veut. Il n'a pas intérêt à dire que détruire ne coûterait pas cher" dit Philippe D'Eaubonne, président de l'association Sauvegarde de la vallée de la Dordogne".
"Selon nos estimations, il faut compter 410.000 euros pour la coupe des piles de pont. Il faut ajouter 250.000 pour enlever les routes. Soit environ 660.000 euros. Ajoutons quelques dépenses. A 800.000 euros, on réglerait le problème de surface" dit-il.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Lun 17 Juin 2019 19:07

Ou l'on apprend que l'association qui a obtenu l’arrêt du chantier fait un appel aux dons pour la remise en état de lieux...
https://www.20minutes.fr/bordeaux/25422 ... eur-projet
Déviation routière de Beynac en Dordogne: «On est au milieu du match», estime le président du département, porteur du projet
Publié le 17/06/19 à 18h40 — Mis à jour le 17/06/19 à 18h40
L'Etat ne fait pas appel de la décision du tribunal administratif d'annuler l'autorisation des travaux de la déviation routière de Beynac, un beau village de Dordogne très prisé des touristes pour son château médiéval. Le Département de la Dordogne se retrouvera seul devant la cour d'Appel de Bordeaux.
Les travaux ont été mis à l’arrêt sur décision du Conseil d’Etat fin 2018, après des recours déposés par des associations de défense de l’environnement. « Plus de la moitié des travaux ont été réalisés et 20 millions d’euros ont été investis », estime Germinal Peiro, président socialiste du Département de la Dordogne.
En quoi consiste le projet de déviation ?
Pour diminuer le trafic routier, et notamment de poids lourds, sur la petite route du village de Beynac-et-Cazenac, une déviation de 3,2 km a commencé à être construite autour de la commune. Elle comprend deux ponts et un pont-rail, autant d’infrastructures pointées du doigt par les opposants au projet qui veulent préserver la vallée. Le coût du projet est de 32 millions d’euros, selon le Département, beaucoup plus selon ses détracteurs.
Quelles sont les dernières décisions de justice ?
Le 9 avril dernier, le tribunal administratif a annulé l'arrêté préfectoral autorisant les travaux de la déviation, et a demandé également au Département de remettre en état le site. Le Département a annoncé récemment qu’il faisait appel de la décision du tribunal et qu’il formulait « une requête en sursis à exécution » pour ne pas démolir les éléments de construction, notamment les piles, déjà sortis de terre. Le ministère de la transition écologique a annoncé qu’il ne ferait pas appel. « Je suis déçu mais pas surpris », réagit Germinal Peiro, déplorant une incohérence de l’Etat sur ce dossier puisqu’il avait obtenu « légalement toutes les autorisations de travaux » avant de lancer le chantier.
Qu’en pensent les opposants ?
« C’est une immense satisfaction que le tribunal administratif ait jugé au fond que le projet ne répond pas à un intérêt public majeur comme les opposants le mentionnaient déjà dans l’enquête publique d’août 2017 », a réagi Théophile Pardo, président de l’association Défendre l’intérêt général en Dordogne (DIGD). Il estime que le trafic est surtout important au mois d’août et que « ça coince » seulement quelques jours par an. L’association de sauvegarde de la vallée de la Dordogne, qui a déposé un recours contre le projet avec la Sepanso, a lancé une pétition et un appel aux dons pour remettre le site en état.
Quelle est la stratégie des défenseurs du projet ?
L’association J'aime Beynac et sa vallée est derrière le Département pour continuer la bataille judiciaire et faire sortir de terre la déviation. « Les problèmes de circulation à Beynac, ça continue et ça s’aggrave », assure Fabrice Berbessou membre de la structure associative. Scandalisé par l’arrêt forcé des travaux, il pense qu’il n’y a pas d’alternative pour traiter les problèmes de circulation dans le village médiéval et en est persuadé : « Un jour, il y aura une déviation ».
En argument massue, le Département invoque la sécurité, pointant le risque d’effondrement des falaises qui surplombent la petite route du village. Il veut à tout prix éviter de détruire ce qui a déjà été construit sur le site.
Quand sera-t-on fixé sur le projet ?
Le président du Département espère que la cour d’appel de Bordeaux statue d’ici la fin de l’année 2019 mais il ne doute pas que les opposants vont ensuite saisir le conseil d’Etat. « On est au milieu du match, estime cet amateur de rugby, là on en est à la mi-temps et rien n’est joué ». Il n’est pas prêt de renoncer à un projet défendu depuis des décennies par les majorités départementales successives, de droite et de gauche.
Les opposants restant eux aussi fermement déterminés à défendre la vallée classée à l’Unesco et Natura 2000, la bataille judiciaire est donc loin d’être terminée.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Dim 30 Juin 2019 12:38

Si la température est caniculaire en ces jours de juin 2019, les relations État-Département sont plutôt froides à cause de l'affaire de Beynac.
https://www.francebleu.fr/infos/politiq ... 1561475289
Politique
Dordogne : le torchon brûle entre Germinal Peiro et le préfet.
Mardi 25 juin 2019 à 17:13 - Par Corinne Duval, France Bleu Périgord

Le préfet de la Dordogne s'est rendu ce mardi au conseil départemental pour présenter le bilan de l'action de l'état en 2018. Le déjeuner traditionnel à l'invitation du préfet a été annulé, Germinal Peiro et la majorité ayant décidé de le boycotter sur fond "d'affaire Beynac".

Dans son allocution, le préfet de la Dordogne, Frédéric Périssat souligne que le nombre d'accident a baissé en 2018 mais le nombre de tué a augmenté de 35%

Le préfet se savait attendu au conseil départemental. Il a du annuler le traditionnel déjeuner prévu après son allocution, faute de participants. Germinal Peiro et sa majorité avait annoncé à la préfecture qu'il n'y participerait pas. Le président du conseil départemental veut en découdre et lui dire tout le mal q'il pense de l'action de l'état dans le dossier Beynac.

Le nombre de tués sur les routes a augmenté de 35% l'an dernier

Parole est donné d'abord au préfet qui présente longuement le bilan de l'action de l'état dans le département en 2018. Frédéric Périssat rappelle que l'objectif du gouvernement était de diviser par deux le nombre de personnes tuées sur les routes entre 2010 et 2020. En Dordogne le nombre d'accidents a diminué de 12% l'an dernier mais le nombre de tués augmenté de 35%. En cause : l'importance du réseau secondaire, 77% des accidents mortels surviennent sur les routes départementales. Un accident sur quatre a pour origine l'alcool, et la population étant âgée, 40% des accidents sont le fait de conducteurs de plus de 65 ans.

Les militaires de l'opération Sentinelle reviennent en Dordogne cet été

Ils étaient une vingtaine l'an dernier. Dès la fin de ce mois de juin et jusqu'en septembre, ils seront affectés à la surveillance des secteurs les plus touristiques " A Sarlat, dans la vallée de l'Homme et sur l'aéroport de Bergerac" précise le préfet. Frédéric Périssat rappelle que la Dordogne est une cible privilégiée du terrorisme en raison de la forte activité touristique. Un exercice sous la forme d'un attentat fictif a été organisé l'an dernier au centre pariétal de Lascaux à Montignac.

Le préfet rappelle les élus départementaux au bon respect du débat démocratique

La longue présentation sur les travaux nécessaires à Beynac en raison du risque d'effondrement de la roche n'a rien changé. Pour le préfet, "la déviation de Beynac n'est pas l'objet de la discussion [...] Je reste sur ma position, que vous connaissez". La position du préfet et de l'état, c'est d'arrêter les procédures judiciaires alors que Germinal Peiro estime que l'état doit aller jusqu'au bout et faire appel, à ses côtés, de la décision de la cour administrative qui a ordonné l'abandon des travaux et la démolition des piliers déjà construits.

Germinal Peiro ne décolère pas. Il estime qu'il s'agit d'"une décision politicienne". "L'état méprise les élus", dit-il devant le préfet. "Quand l'état est défaillant, quand les élus font entendre leur voix, j'entends quelle soit respectée." Ajoutant à l'encontre du préfet : "Nous ne tenons pas notre légitimité d'un supérieur hiérarchique mais du peuple." Le préfet apprécie guère et tacle le président du département en affirmant que "celui qui représente l'état doit être respecté. Sa légitimité c'est d'être au service de l'état et de la Nation."
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 13 Juil 2019 07:54

Le département profite de l'été pour faire un peu de COM pour son chantier.
https://www.sudouest.fr/2019/07/12/devi ... 8-1980.php
Déviation de Beynac (24) : visiter un chantier interrompu, ça vous dit ?
Publié le 12/07/2019 à 16h08. Mis à jour à 17h19 par Franck Delage.
Image
La visite est ouverte deux matinées par semaine Franck Delage

Cet été, les mercredis et vendredis matin, on peut voir gratuitement les travaux du contournement stoppés par la justice. Avec exposition, audioguides et modélisation 3D.

Vendredi 12 juillet au matin, les grandes grilles du chantier arrêté du contournement de Beynac, près de Sarlat en Dordogne, se sont rouvertes pour accueillir le grand public. En juillet et août, les mercredis et vendredis de 9 à 12 heures, le Conseil départemental organise des visites gratuites du site au niveau du Pont du Pech, à Saint-Vincent-de-Cosse, face au château de Monrecour.
Image
Au fond, le château de Monrecour Crédit photo : Franck Delage

Le porteur de ce projet routier stoppé net par le Conseil d’État le 28 décembre 2018 (un appel du Département est en cours) a mis le paquet pour apporter aux visiteurs ses éléments sur ce dossier. Un mobile-home climatisé abrite des panneaux pour exposer les motivations du Département, des données techniques chiffrées, un état de la procédure devant la justice et ses conséquences. On replonge aussi jusqu’à la genèse de cette route, il y a une trentaine d’années.

On peut aussi consulter sur ordinateur une modélisation 3D de ce que serait le chantier achevé, ainsi qu’un tout nouveau site Internet du Conseil départemental qui sera mis en ligne dans les prochaines heures, pour donner "la vérité sur Beynac".

Les visiteurs peuvent ensuite se promener sur le chantier à l’arrêt et vide, jusqu’au bord de la rivière Dordogne, audioguide à l’oreille. Des panneaux jalonnent le parcours de castine sécurisé. Le point d’orgue est le point de vue sur les deux piles de pont coulées dans la rivière et la troisième, terrestre.
Image
Deux des trois piles, coulées dans la rivière Crédit photo : Franck Delage
Image
Crédit photo : Franck Delage
Image
Crédit photo : Franck Delage
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar frantz58 » Sam 13 Juil 2019 10:32

La stratégie adoptée par le département est la meilleure qui puisse être. Le fait d'informer le grand public de façon précise permet de lutter efficacement contre la désinformation et les idées reçues qui sont utilisés à outrance par certains qui sont contre se projet.
Avatar de l’utilisateur
frantz58
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2627
Enregistré le: Mer 23 Fév 2011 15:07
Localisation: 03 / 58

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar lucienmathurin » Sam 13 Juil 2019 12:16

Ou de faire de la propagande, tout dépend de quel point de vue on se place (je précise tout de suite que je n'ai pas d'avis sur cette déviation).
lucienmathurin
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2763
Enregistré le: Lun 10 Sep 2007 10:12

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Mer 17 Juil 2019 18:49

Le PCD demande rendez-vous au Président pour "faire évoluer le droit" et débloquer sa situation. Le risque de l’évolution du droit pour les projets routiers est que l'on imposera peut-être un commencement des travaux uniquement après que tous les recours possibles aient été purgés. Dans ce cas c'est un retard supplémentaire de plusieurs années qui est possible. Et donc un allongement des procédures avant tout commencement.
https://www.sudouest.fr/2019/07/17/devi ... 7-1736.php
Déviation de Beynac : Germinal Peiro sollicite un rendez-vous avec le président de la République
Publié le 17/07/2019 à 16h25. Mis à jour à 17h51 par Benoît Martin.
Germinal Peiro était soutenu par les trois présidents de chambres consulaires, les présidents des intercommunalité de Périgueux et Bergerac et le président de l'Union des maires de la Dordogne. Benoît Martin
Mercredi 17 juillet, le président du Département, épaulé par les présidents des intercommunalités de Périgueux et Bergerac et des chambres consulaires, a réaffirmé la nécessité de "faire évoluer le droit" afin que les recours contre des projets comme le contournement de Beynac soient "mieux encadrés".
Il n’est toujours pas question de relâcher la pression, même au cœur de l’été. Ce mercredi 17 juillet à midi, à la Maison des communes de Marsac-sur-l’Isle, à l’initiative du président du Conseil départemental de la Dordogne Germinal Peiro et du président de l’Union des maires de la Dordogne Bernard Vauriac, s’est tenue une conférence de presse "relative aux conséquences du blocage du chantier de contournement de Beynac".
Les présidents des intercommunalités de Périgueux et Bergerac étaient présents. Il y avait aussi les présidents des trois chambres consulaires périgourdines : la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre d’agriculture et la Chambre de métiers de l’artisanat.
Des maires au soutien
"Plus des trois quarts des maires de Dordogne soutiennent notre appel lancé le 28 mai pour l’achèvement des travaux du contournement et pour demander une évolution du droit, s’est félicité Bernard Vauriac, liste des signataires en main. Il poursuit :
Il y a un vrai risque de paralysie de l’ensemble des institutions locales après cette décision de justice."
Les intervenants ont dénoncé "le gaspillage d’argent public" si jamais le chantier devait être définitivement arrêté, ainsi que la possibilité "pour une minorité" de bloquer des dossiers déjà complexes à monter et qui ont déjà reçu toutes les autorisations nécessaires.
Un rendez-vous avec le président de la République a été sollicité par l’ensemble des présidents présents, afin de lui faire entendre leur mécontentement et partager avec lui leur volonté de voir évoluer le droit. "À partir du moment où un projet a été déclaré d’intérêt public et qu’il correspond à la loi, les recours doivent être plus sérieusement encadrés", a déclaré Germinal Peiro.


Mais s'il a le soutien de 392 maires du Périgord (sur 505 communes), soit plus des 3/4 des maires de Dordogne (77%) et qui représentent plus de 81% de la population du Périgord ou encore du président de la CCI, il n'a pas le soutien de la députée du secteur, celle du Périgord noir, Jacqueline Dubois, qui milite contre le projet...
https://www.francebleu.fr/infos/transpo ... 1563369624
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 27 Juil 2019 09:07

La lettre adressée au président E.MACRON qui rappelle des propos tenus lors d'un passage en Dordogne.
Déviation de Beynac : la lettre du département et de l'union des maires à Emmanuel Macron
Vendredi 26 juillet 2019 à 15:46 - Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord
Le président du département de la Dordogne Germinal Peiro, l'union des maires, et les trois chambres consulaires ont publié la lettre où ils demandent au président de la République de les recevoir pour évoquer le dossier du contournement de Beynac

C'était le 17 juillet dernier. Germinal Peiro demandait officiellement un rendez-vous à Emmanuel Macron.
Pour évoquer la déviation de Beynac alors que les travaux sont toujours à l'arrêt. Et que le département a pour l'instant et théoriquement l'obligation de détruire ce qui a déjà été construit.
Germinal Peiro souhaite donc voir le président de la République, entouré du président de l'union des maires, et des trois représentants des chambres consulaires de la Dordogne. Pour évoquer l'insécurité juridique qui règne selon lui sur les projets comme Beynac reconnus d'utilité publique et ayant reçu toutes les autorisations de l'Etat.
Et cela alors que le département a déjà dépensé près de 20 millions d'euros selon son président. Et qu'il a ensuite été condamné par le tribunal administratif de Bordeaux à détruire les travaux déjà réalisés pour cette portion de route de 3 km 200.

Le département a d'ailleurs depuis fait appel à de cette décision.
Le 17 juillet dernier, entouré du président de la chambre de commerce, de celui de la chambre d'agriculture et de celui de la chambre des métiers, il avait donc annoncé envoyer un courrier à Emmanuel Macron pour demander à être reçu.
Image
Image
Dans ce courrier, dévoilé ce vendredi, les signataires reprennent l'argumentaire des porteurs du projet, rappelant que le projet justement a reçu toutes les autorisations nécessaires, puis que l'ex préfète a pris un arrêté autorisant les travaux, décision validée par un courrier d'Edouard Philippe, le premier ministre en date du 6 mars 2018. Même Emmanuel Macron avait indiqué lors de sa venue en Dordogne en juillet 2018 "que le problème de déviation d'un village était réglé" note le courrier.

Recours plus encadrés
Pourtant dix mois après le début des travaux, le chantier est gelé continue la lettre. Une situation qui "met en exergue l'insécurité juridique qui pèse de façon croissante sur les collectivités" expliquent les signataires.
Le courrier reprend ensuite l'argumentaire déjà développé par Germinal Peiro : une fois qu'un projet a reçu toutes les autorisation de l'Etat et qu'il est reconnu d'utilité publique, "il importe que les recours soient sérieusement encadrés". Allusion aux opposants qui ont multiplié les recours, et finalement obtenu (pour l'instant) gain de cause.
Le courrier a en tout cas été signé par Germinal Peiro, le président du département, Claude Berit-Debat, sénateur de la Dordogne, Bernard Vauriac, le président de l'union des maires, Jacques Auzou, le président du Grand Périgueux, Frédéric Delmarès pour la communauté d'agglomération de Bergerac, Christophe Fauvel le président de la CCI, Jean-Philippe Granger, le président de la Chambre d'agriculture, et Didier Gouraud le président de la chambre des métiers.

400 maires du département ont également signé un document où ils disent soutenir la fin des travaux de la déviation et une adaptation du droit.

A noter qu'aucun des députés de la Dordogne n'a signé le courrier.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1074
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar G.E. » Mar 30 Juil 2019 11:07

Sans connaître tout l'historique, je suis tout à fait d'accord avec ce passage :

une fois qu'un projet a reçu toutes les autorisation de l'Etat et qu'il est reconnu d'utilité publique, "il importe que les recours soient sérieusement encadrés". Allusion aux opposants qui ont multiplié les recours, et finalement obtenu (pour l'instant) gain de cause.


Il y a de plus en plus d'études sur un large spectre de thématiques, des concertations dans tous les sens, etc. Lorsqu'un projet parvient à franchir toutes ces étapes, après un nombre très important de mois voire d'années, c'est qu'il est a priori viable. Une telle insécurité juridique avec des recours multiples, parfois sous forme de guérilla juridique (cf. NDDL, GCO de Strasbourg) n'est pas acceptable.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20944
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

PrécédenteSuivante

Retourner vers Départementales ordinaires & plans routiers locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités