[ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

[ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar dionysos » Ven 09 Juil 2010 17:44

Bonjour.
Le Périgord devenant, avec l'arrivée (ou plutôt le retour) :wink: des citoyens britanniques dans leur villégiature permanente ou estivale, ainsi que la fréquentation en hausse des autres touristes européens, une destination touristique estivale de première importance; j'évoque dans ce sujet:
-Le contournement Nord - Sud de Sarlat, sur la RD704, en cours de réalisation...
Sud Ouest a écrit:22 juin 2010 06h00 | Par Franck Delage
Le serpent de mer est finalement sorti de terre
Retour sur la chronologie et les petites phrases qui ont émaillé le projet.
Image
Le chantier de la première tranche entre le Pontet et Rivaux touche à sa fin. ARCHIVES FRANCK DELAGE

Pour plaisanter, certains disent que l'on parle de la déviation depuis le Moyen Âge, d'autres depuis l'après-guerre pour dévier les charrettes. C'est sûr, la question s'est posée voilà maintenant des décennies. Maintes fois annoncée et maintes fois repoussée, cette fameuse déviation a été surnommée le serpent de mer. Elle a dû attendre la réalisation de certains chantiers, l'enterrement ou le retard d'autres, être saucissonnée en plusieurs tranches et essuyer des chamailleries politiques pour enfin sortir de terre. Les premières études ont débuté en 1997 pour des premiers coups de pioches en décembre 2006.

17 septembre 1997. « La déviation devient une urgence et une nécessité » (Jean-Jacques de Peretti, maire de Sarlat).

30 septembre 1997. « La déviation de Sarlat est une absolue urgence » (Germinal Peiro, député).

15 octobre 1998. « Des dossiers comme celui de la déviation de Sarlat sont essentiels pour le développement du Périgord » (Bernard Cazeau, président du Conseil général).

22 mai 1999. « S'il n'y a pas de difficultés qui surgissent, il faudra compter à mon avis quatre ou cinq ans » avant que la déviation ne soit achevée (Louis Delmon, conseiller général).

1er avril 2000. « La Région établira un programme particulier qui permettra d'attaquer la déviation de Sarlat » (Jacques Auzou, conseiller général chargé des routes).

30 juin 2000. « Si tout se passe bien, la déviation pourrait exister dans trois ou quatre ans » (Louis Delmon).

Décembre 2000. Deux enquêtes d'utilité publique sont lancées. L'une pour la déviation de Sarlat, l'autre pour la Voie de la Vallée et la déviation de Beynac.

Avril 2001. Les enquêteurs rendent un avis favorable.

21 novembre 2001. « Les travaux entre le lieu-dit Bonnefond et le Pontet commenceront d'ici douze à dix-huit mois » (Jacques Auzou).

26 décembre 2001. Le préfet signe le décret d'utilité publique pour la Voie de la Vallée.

26 mai 2002. Jean-Jacques de Peretti soupçonne Peiro et Cazeau de « tout faire pour retarder la déviation » et de lier son sort à celui de la Voie de la Vallée.

Janvier 2003. « Il faut se battre pour que la déviation se fasse dans les meilleurs délais » (Louis Delmon).

2004. Le tracé est arrêté avec l'arrivée de la route du Bugue (abandonnée aujourd'hui).

Janvier 2005. La moitié des acquisitions de terrains sont effectuées. « Les travaux pourraient commencer fin 2005 ou début 2006 » (Bernard Cazeau).

Décembre 2006. Début du chantier. « Maintenant, une chose est sûre, on ne peut plus revenir en arrière ! » (Jean-Jacques de Peretti).

20 novembre 2009. En visite sur le chantier, Bernard Cazeau pousse les entreprises pour une ouverture avant la saison estivale au lieu d'octobre.

19 avril 2010. Lors de la conférence de presse du Festival de théâtre, Jean-Jacques de Peretti grille la priorité au Département et annonce l'ouverture pour juillet.

9 juillet 2010. Inauguration de la déviation avec une petite fête organisée par le Conseil général et la mairie, main dans la main.

Sarlat-la-Canéda · Jean-Jacques de Peretti · Dordogne · Bernard Cazeau

Avec son prolongement futur...
9 juillet 2010 06h00 | Par S.L.
Prochain épisode, au Nord
Cette section reliera à moyen terme « les Rivaux » à la route de Montignac.
Image
Dordogne
Bernard Cazeau

« Au nord, ça devrait être plus simple. » Parole du patron du Département, Bernard Cazeau. « Le tracé est quasiment en place, il y a moins d'habitations, poursuit-il. Au Sud, d'ailleurs, si nous avions commencé les travaux il y a vingt ans, cela aurait été moins compliqué. Mais au fil des années, la ville a progressivement grandi côté ouest. » L'avenir lui donnera raison… ou pas.

Cette nouvelle portion s'étendra sur une longueur de 3 km, et reliera le carrefour du lieu-dit Les Rivaux à la RD 704, route de Montignac, juste après la Côte des Presses. L'actuel tracé est quasi parallèle à celui de la voie communale dite de Caminade. Secteur sur lequel se trouve une antenne de communication de l'aviation civile qui pourrait poser problème.

Une invitée
Le projet d'aménagement du tronçon Nord, dont le coût d'élève à 15 millions d'euros, avance doucement. L'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique vient de se terminer. Avis des commissaires enquêteurs : favorable. La décision préfectorale devrait tomber au dernier trimestre 2010.

Les acquisitions de terrain, objets d'interminables négociations, n'ont pas commencé, mais déjà, s'invite celle qui avait requis la plus haute attention lors des travaux de la section sud. Cette invitée, c'est « l'Aster Amelle ». Suite à un arrêté préfectoral en octobre 2009, le Conseil général avait dû acquérir d'autres parcelles pour y transférer cette espèce protégée, exceptionnelle en Aquitaine, avec une obligation d'entretien pendant trente ans. 69 pieds de la très chère « marguerite de Saint-michel » ont déjà été repérés par des experts sur le tracé. Jardinage en vue.

Sarlat-la-Canéda · environnement · Dordogne · Bernard Cazeau


-le contournement de Beynac sur la RD703, cité aujourd'hui impossible à traverser pour les PLs, avec son pont SNCF limité à 4,00 mètres, et ses touristes, euh, traversant de tout les côtés la route large de seulement cinq mètres, entre rivière et falaise...
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1783
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar dionysos » Sam 10 Juil 2010 06:48

Et enfin l'inauguration de la déviation de Sarlat... ...et quelques nymbistes prêts à en découdre juridiquement contre la déviation de Beynac... :roll:
10 juillet 2010 06h00 | Par SÉVERINE LAMARQUE 0 commentaire(s)
La voie est enfin libre
Dans la foulée de l'inauguration, le premier tronçon de la déviation sud a été ouvert à la circulation
Image
Bernard Cazeau a coupé le ruban, entouré entre autres du maire de Sarlat et du député de la 4e circonscription de Dordogne. PHOTOS S. F.

«Elle est là ! » Allègre, le maire de Sarlat redoublait hier soir de mots doux envers le président du Conseil général, lors de la grand-messe inaugurale du premier tronçon de la déviation sud. « Mon cher Bernard, c'est jour de joie ! » Alléluia, était-on tenté de crier après plus de soixante ans de réflexion (la première délibération daterait de 1946), douze années d'études et de négociations et plus de trois ans de travaux, débutés en 2007. « En déviant la circulation des véhicules de transit, que l'on estime à 30 %, on va retrouver une fluidité en centre-ville. Cela va simplifier la vie des Sarladais et des touristes », a déclaré Jean-Jacques de Peretti après avoir fait un clin d'œil à l'ancien maire de Sarlat, Louis Delmon, qui fut le premier « à ferrailler avec le Conseil d'État ».

Bientôt au nord
Quatre bus étaient affrétés par le Conseil général qui finance à hauteur de 18 millions d'euros cette première section, la Région prenant en charge les 2 millions d'euros restants. Des dizaines d'institutionnels et d'invités ont grimpé à bord pour découvrir en avant-première la rocade.

Petite musique d'ascenseur et climatisation poussée au maximum : sous leurs yeux se déroulait la deux voies de 3,6 km qui relie désormais la route de Périgueux et des Eyzies à la route de Bergerac, Beynac et Vitrac, où le giratoire du Pontet sera bientôt l'amorce de la dernière jonction de la déviation sud, en direction de la route de Souillac, vers l'A 20. Le début des travaux routier de cette petite portion de 300 m est programmé en 2012 pour une durée de deux ans.

Mais le désenclavement de Sarlat et la chasse aux embouteillages ne s'arrêtent pas là : le Conseil général attend désormais la déclaration d'utilité publique du préfet pour débuter les études et les négociations pour l'aménagement de la section nord. Elle fera le lien entre le carrefour des Rivaux et la route de Montignac, direction l'A 89. Fin du chantier ? « 2013, 2014, peut-être 2015 », envisage le président du Conseil général qui, dès les premières secondes de son discours, s'est ému de ne voir aucun représentant de l'État présent à l'inauguration. « Même pas un sous-préfet à se mettre sous la dent », a provoqué Bernard Cazeau, avant de revenir sur l'histoire de cette déviation, longtemps qualifiée de serpent de mer. « Aujourd'hui, quelle que soit la volonté politique, il faut minimum quinze ans pour réaliser une déviation. Il faut convaincre les riverains, cela prend du temps. Prochainement, des rideaux d'arbres réduiront les nuisances à peu de chose. »

Grincements de dents
Calmer les esprits chagrins vivant à proximité de la rocade, Jean-Fred Droin, conseiller général PS, s'y est aussi employé. « Les grincements de dent seront vite oubliés. Grâce à cette fluidité retrouvée, les Sarladais vont se réapproprier leur ville. »

En osmose avec le satisfecit général, le député de la quatrième circonscription de Dordogne a ouvert des perspectives. Il reste à son sens un gros « point noir » sur le réseau routier du Périgord noir : la déviation de Beynac. « Pour la première fois il y a quelques mois, ses détracteurs ont été déboutés par le tribunal administratif », s'enthousiasme Germinal Peiro. Après un énième recours, la cour administrative n'a toujours pas statué en appel. Qu'on se rassure, une page se tourne à Sarlat, mais le feuilleton continue, à fleur de falaise, à quelques kilomètres.
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1783
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar dionysos » Lun 23 Mai 2011 09:48

Et voici un coup de grue attendu depuis 60 ans: le relevage de la passerelle SNCF de Vézac, permettant enfin aux autocars et camions de longer la vallée de Souillac à Bergerac, sans se farcir les chemins à chèvres casse-protos du Paris-Dakar des crètes de saint-Cyprien (D25), ni les bouchons des Eyzies-de-Tayac ... :fete:

http://www.sudouest.fr/2011/05/23/la-pa ... 0-2147.php

Titia Carrizey-Jasick a écrit:
Les travaux sur la voie ferrée reliant Sarlat à Bergerac se poursuivent en de nombreux points et comptaient la semaine passée une étape de taille, au niveau de la passerelle de Vézac en direction de Beynac, au carrefour avec la route de La Roque-Gageac.

À cet endroit, et paraît-il malgré un peu de retard provoqué par un incident technique, une grue mobile avait été installée pour de grandes manœuvres : découpage et retrait du tablier existant, préparation d'une nouvelle jonction et pose d'un nouveau tablier à une hauteur relevée de 40 cm.

Pour ce faire, une circulation alternée a été mise en place ces derniers jours et des coupures de route de quinze minutes ont été effectuées après 20 heures. L'ouvrage était en place vendredi matin et le chantier se poursuivra désormais de façon moins spectaculaire.

L'effet papillon
Le rehaussement du passage sous le pont de 3,90 m à 4,30 m présente un premier effet appréciable. A priori, finis les embouteillages derrière les poids lourds sous-estimant leur gabarit et à l'origine de deux cas de figure : soit un choc sur l'ouvrage avec vérification obligatoire avant le passage des trains, soit un arrêt devant le passage pour baisser la pression et la hauteur de l'attelage.

Mais, d'un autre côté, des inconvénients sont craints à l'aval, dans la traversée de Beynac. « Les camions qui vont s'engouffrer dans ce goulet d'étranglement vont être de plus en plus gros et ça va coincer entre la falaise et la Dordogne ! », redoutent déjà certains, qui ont prévu d'emprunter plus fréquemment les contournements par les coteaux.
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1783
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar dionysos » Sam 24 Nov 2012 01:25

La déviation du Pontet rapidement construite, pourrait ouvrir d'ici peu (je le pense, j'y suis passé et l'enrobé est posé).

http://www.sudouest.fr/2012/10/23/le-ch ... 0-2147.php

Les travaux de la seconde phase de la déviation sud, au Pontet, touchent à leur fin. Il ne reste plus qu'à couler les enrobés sur la section courante, avant de procéder aux habillages, peintures et signalisations en tout genre pour que ce tronçon de 300 mètres de long puisse être ouvert à la circulation. Le coût de ce chantier s'élève à 3 millions d'euros. L'inauguration pourrait avoir lieu avant la fin de l'année. Ce tronçon permettra d'éviter aux conducteurs empruntant la déviation de revenir sur le rond-point du Pontet, et à ceux descendant de Madrazès d'éviter également ce goulot d'étranglement, principalement en été
Avatar de l’utilisateur
dionysos
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 1783
Enregistré le: Mar 14 Oct 2008 11:45
Localisation: Saint-Denis-lès-Martel

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar Grygry » Jeu 04 Avr 2013 22:27

L'innauguration a eu lieu en décembre:
http://www.sudouest.fr/2012/12/24/la-de ... 5-1980.php
et pour la suite à Sarlat on attendra un peu:
Bernard Cazeau la joue prudent : « Vu les finances et la programmation, il faut se donner jusqu'à 2020 pour finir l'axe Lalinde-Bergerac, la déviation de Beynac et la déviation nord de Sarlat. Le projet d'aménagement de la section nord reliera les routes de Périgueux et de Brive avec un tracé de 3 km et une enveloppe de 15 millions d'euros. À la base, le début des travaux était prévu à la fin de ceux de la déviation sud. » « Je n'ai pas de doute sur la réalisation de la déviation nord de Sarlat, témoigne le conseiller général Jean-Fred Droin. J'espère le début des travaux pour 2015. Je vais pousser. »
Grygry
Chemin
Chemin
 
Messages: 33
Enregistré le: Dim 05 Fév 2012 13:50

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar Maastricht » Ven 10 Juil 2015 12:01

Nouvelles périgourdines du côté de Sarlat. Rien de neuf par contre pour la voie nouvelle Bergerac-Couze, dont la DUP remonte à 2003.

Sud-Ouest, Franck Delage a écrit:Déviations en Périgord noir : Beynac double Sarlat

La voie de la vallée sera réalisée en 2020, assure le président du Département


Les dossiers vont et viennent selon des contraintes techniques et financières. Il en va de la sorte pour les très coûteux équipements routiers. Le Sarladais est particulièrement concerné par deux gros projets : le contournement de Beynac et le troisième tronçon de la déviation de Sarlat.

Il semble qu'après des années de sommeil, la poursuite de la voie de la vallée tienne maintenant la corde dans l'agenda du Conseil départemental. Son nouveau président, Germinal Peiro, député de la 4e circonscription, conseiller départemental du vaste canton Vallée Dordogne (Saint-Cyprien, Belvès, Domme, Villefranche-du-Périgord) et simple conseiller municipal de Castelnaud-la-Chapelle après avoir laissé le fauteuil de maire, en est le principal fer de lance.

La dernière inauguration sur cette voie date de 1987 ! Alors député, Roland Dumas participait à la cérémonie de baptême du déjà très controversé tronçon entre Siorac-en-Périgord et Saint-Cyprien. Depuis, cette route qui devait contourner le goulot d'étranglement de Beynac s'est arrêtée à Saint-Vincent-de-Cosse. Elle a été attaquée sur tapis vert par des associations et l'influent propriétaire du château de Castelnaud, Kléber Rossillon. On se souvient de procès et pétitions d'un côté, de consultation de la population de l'autre. Aujourd'hui, l'horizon juridique serait totalement dégagé selon Germinal Peiro.

Concours lancés avant l'été

"Le président veut faire ce contournement de Beynac, confirme son collègue, le conseiller départemental de Sarlat, Jean-Fred Droin. Ce projet est devenu prioritaire. Mais la troisième tranche de la déviation de Sarlat n'est pas abandonnée. Elle est toujours inscrite dans un programme pluriannuel. On continue les procédures d'acquisitions de terrains. Après l'enquête publique qui a été réalisée, il y a une enquête parcellaire. Il n'y a pas d'échéancier."

Lors de l'inauguration du très onéreux bout de déviation du Pontet, le patron départemental de l'époque, Bernard Cazeau, glissait qu'à l'horizon 2020, les contournements de Beynac, Lalinde et la dernière tranche de Sarlat pouvaient être réalisés. On sait maintenant ce qu'il en ait de celui de Sarlat, qui ne peut pas être mené de front financièrement avec Beynac. Du côté de Lalinde, des contraintes bloquent aussi le projet. Les pelles mécaniques ne devraient donc pas tarder à intervenir sous le château de Beynac. Pour mémoire, après l'abandon du tracé des coteaux, le projet prévoit de traverser la rivière Dordogne à hauteur du pont de chemin de fer de Saint-Vincent-de-Cosse, de passer sous la voie ferrée, de filer vers Fayrac puis de retraverser la Dordogne. Ce serait une voie normale, avec deux ponts, un tunnel et des échangeurs.

Sarlat « décalée »

"Il y a eu trois enquêtes publiques. Toutes les questions juridiques sont réglées. Tous les terrains sont acquis. Des chantiers de fouilles ont été faits. Le projet de Beynac est prêt. Avant l'été, on lance les concours d'assistance à maîtrise d'ouvrage et d'architecture pour l'ensemble du projet", explique Germinal Peiro.

Il fut un temps imaginé de réaliser le tronçon en plusieurs étapes avec un premier pont à Saint-Vincent-de-Cosse puis une déviation de la circulation le long de la Dordogne jusqu'à Castelnaud-la-Chapelle, en attendant la réalisation du reste. Mais le président Peiro assure qu'"elle se fera d'une seule traite. On m'a dit que j'étais fou. En 2020, elle sera réalisée". On évoque un budget de 35 à 40 millions d'euros. Et Sarlat alors ? "Il ne faut pas dire qu'elle est abandonnée. Elle est toujours dans les dossiers prioritaires, mais elle sera décalée."
Maastricht
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 6477
Enregistré le: Jeu 12 Fév 2004 19:05
Localisation: 75013

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Jeu 20 Sep 2018 21:04

Pour la déviation de Beynac, alors que tout les obstacles juridiques, administratifs et contentieux ont été franchis avec succès :
https://www.sudouest.fr/2018/01/30/devi ... 1-1980.php
Déviation de Beynac (24) : les dates clés et le plan d’un projet imaginé en 1985
A La Une - Périgueux
Publié le 30/01/2018 à 9h48. Mis à jour à 14h35 par Nancy Ladde.

Déviation de Beynac (24): les dates clés et le plan d'un projet imaginé; en 1985
Le village de Beynac, en bord de Dordogne : on y parle d'une déviation depuis plus de trente ans
Le dossier est un véritable serpent de mer pour le Département.

La déviation de Beynac, en Dordogne, fait partie de la Voie de la vallée, inscrite dans un plan départemental routier depuis plus de trente ans. Retour sur les grandes dates de ce projet, au lendemain de la décision préfectorale autorisant les travaux.
1985 : le Conseil général décide de réaménager l’axe Bergerac-Souillac via Sarlat. Le contournement de Beynac est au rang des priorités.
1990 : un premier projet est déclaré d’utilité publique en juillet.
1992 : saisi, le tribunal administratif de Bordeaux annule la décision.
2000 : les enquêtes d’utilité publique pour la déviation de Sarlat et la Voie de la vallée, et donc le contournement de Beynac, sont lancées. Les opposants rassemblés dans le collectif SOS Vallée Dordogne manifestent.
Voici le tracé de la future route (cliquez ici http://www.dordogne.gouv.fr/content/dow ... 1_2018.pdf et retrouvez-le en annexe 1b, deux pages après la page 32).
2001 : après une enquête complémentaire liée à l’environnement, le préfet signe le décret d’utilité publique pour la Voie de la vallée. Les opposants déposent un recours devant le tribunal administratif.
2005 : les acquisitions de terrains se poursuivent du côté du Département, mais le dossier est au point mort. Les recours s’enchaînent devant le tribunal administratif.
2007 : le tribunal administratif rejette les demandes d’annulation de la déclaration d’utilité publique en mai. La cour administrative d’appel, deux ans plus tard, rejettera les demandes d’annulation de cette déclaration d’utilité publique.
2009 : la cour administrative d’appel rejette une nouvelle fois la demande d’annulation portée par les opposants.
2010 : le Conseil d’Etat recale définitivement la demande des opposants. Le Département, qui a lancé d’autres travaux, pense que rien ne sera engagé avant 2016.
2016 : le Conseil départemental présente une demande en vue d’obtenir l’autorisation unique pour les travaux du contournement de Beynac.
2017 : le Conseil national de protection de la nature rend des avis favorables en mars et en juillet. Les opposants, rassemblés dans le collectif Sauvons la vallée Dordogne, multiplient les manifestations.
Août à octobre 2017 : déroulement de l’enquête publique sur les travaux. 2 600 avis sont recueillis durant la procédure. Le commissaire enquêteur rend un avis favorable en novembre.
29 janvier 2018 : la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc signe l’arrêté autorisant les travaux du contournement.

Après avoir été déboutés à nouveau localement :
http://aqui-bordeaux-metropole.fr/breve ... ,3031.html
Déviation de Beynac : les opposants à nouveau déboutés
05/04/2018 | La Sepanso et le collectif "Sauvons la vallée de la Dordogne" ont déposé un référé suspensif contre l'arrêté préfectoral autorisant le démarrage des travaux de contournement de Beynac. Ils ont été déboutés par le tribunal administratif de Bordeaux. Par communiqué, le conseil départemental "prend acte avec satisfaction du rejet de la demande de suspension des travaux" et évoque "un camouflet cinglant infligé aux détracteurs de ce projet, soutenu par la majorité des élus et de la population de la Vallée de la Dordogne."

Les opposants redoublent d'effort pour empêcher les travaux sur le terrain et en recherchant tous les appuis possibles (presse, monde du spectacle, présidence,...):
https://france3-regions.francetvinfo.fr ... -aquitaine
http://www.lepoint.fr/environnement/le- ... 0_1927.php
https://www.francebleu.fr/infos/societe ... 1537165431
Dordogne : les opposants à la déviation de Beynac occupent le chantier
lundi 17 septembre 2018 à 8:23 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord
Quelques dizaines de manifestants bloquent l'accès au chantier du contournement de Beynac ce lundi 17 septembre.
Un tracteur bloqué l'accès au chantier.

Beynac-et-Cazenac, France
Nouvelle opération coup de poing des opposants au projet de contournement de Beynac ce lundi 17 septembre. Depuis 8h, ils sont une vingtaine à occuper le chemin d'accès au chantier de la déviation.
"Des travaux ont été faits dans une zone protégée par l'Unesco. On veut continuer à s'y opposer. Nous sommes entourés de camionnettes de gendarmerie. C'est une action pacifique mais on ne bougera pas pour ne pas que la zone soit sacrifiée," a expliqué Michel André, vice-président de la Sepanso en direct sur France Bleu Périgord ce matin.
"Nous avons le soutien de Stéphane Bern. Ce week-end encore il a reconnu que c'était une grosse erreur. Ces personnalités peuvent encore agir sur le gouvernement. C'est comme un match, jusqu'à la dernière minute on joue."

https://www.sudouest.fr/2018/09/20/vide ... 3-2147.php
Vidéo. Déviation de Beynac (24) : un opposant cueilli au petit matin par les gendarmes
A La Une Périgueux
Publié le 20/09/2018 à 14h08. Mis à jour à 15h19 par Franck Delage.
Déviation de Beynac (24): un opposant cueilli au petit matin par les gendarmes
Kléber Rossillon (au centre avec le pull rouge) encadré par les gendarmes après sa nuit sur la zone de chantier Franck Delage
Kléber Rossillon a été réveillé ce jeudi alors qu’il dormait sur le chantier de déforestation pour bloquer les engins. Pendant ce temps, ça s’agite à Paris.
Peu avant 9 heures, ce jeudi 20 septembre, Kléber Rossillon sort du bois et du brouillard sous les vivats des opposants à la déviation de Beynac (Dordogne), qui font le pied de grue depuis plus de deux heures. Sac de couchage sur l’épaule, raccompagné par les gendarmes, un sourire fend sa mine défaite. "Dans ce paysage magnifique, on ne veut pas de route."
Le propriétaire du château de Castelnaud-la-Chapelle et des Jardins de Marqueyssac vient de passer la nuit seul dans le couloir forestier qui longe la Dordogne à Fayrac. La veille les gendarmes, venus en force, avaient investi le terrain, qui a ensuite été nettoyé des installations des opposants qui l’occupaient depuis lundi.
"C’est un grave crime contre le patrimoine"
Dès 5 heures ce jeudi matin, des dizaines de gendarmes ont quadrillé le chantier de déforestation de la ripisylve, empêchant les opposants arrivés vers 7 heures de rejoindre Kléber Rossillon. L’entreprise forestière a pu reprendre son chantier sous l’œil des forces de l’ordre gardant les opposants à distance.
Le chantier de déforestation se poursuit
Si les arbres tombent à nouveau dans son dos, Kléber Rossillon tourne en même temps son regard vers les vestiges gallo-romains qui ont été détruits un peu plus loin, à La Treille.
"Peut-être un temple"
Éclairé par des spécialistes de cette période, dont l’archéologue et chercheur attaché au CNRS à Bordeaux Jean-Claude Golvin, Kléber Rossillon est vent debout. "On a probablement découvert le sanctuaire gallo-romain du Périgord noir. Nous sommes en 2018 et personne ne l’avait encore trouvé. Sarlat n’existait pas. Le Sarlat de l’époque était là, dans la vallée. Il est mutilé. C’est un grave crime contre le patrimoine. Les archéologues ont rompu leur pacte de confiance avec les Français. Au-dessus de la piscine, il y a une structure carrée, peut être un temple. Il suffisait de déplacer la route de 20 mètres. Il y avait probablement un ensemble qui méritait d’être préservé dans son intégralité."
Les opposants ont trouvé un allié de taille en la personne du "monsieur Patrimoine" du gouvernement, Stéphane Bern. Depuis une semaine, il ne cesse d’alerter en saisissant tous les micros qui passent à sa portée. Dans les colonnes du journal "Le Parisien", il se décrit "meurtri et blessé", "en colère". Il demande l’arrêt des travaux.
Il s’est également ému du sort de ces vestiges et de la vallée auprès du président Macron, samedi 15 septembre. "Ce dossier est le dossier du gouvernement, reprend Kléber Rossillon. La ministre de la Culture [NDLR : alertée par les opposants en juillet pour une instance de classement du site] vient de commettre une très grosse faute contre le patrimoine. Tout le dossier repose sur des mensonges", souligne Kléber Rossillon avant de quitter les lieux, son sac de couchage toujours sur l’épaule.

Le Président du Conseil Départemental se laissera-t-il dicter les ordres par le Président, ou un animateur télé?
Modifié en dernier par colvert le Sam 22 Sep 2018 18:28, modifié 1 fois.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1027
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar G.E. » Ven 21 Sep 2018 07:14

J'avais cru que ce projet était cuit, mais il existe encore. Comme quoi...
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20860
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar kaiservinz » Ven 21 Sep 2018 07:29

Au début, j’étais favorable au projet, en été la circulation est infernale à Beynac et la sécurité des piétons précaire. C’est l’axe qui suit la Dordogne, de Souillac à Libourne. Après, je me dit que c’est dommage de goudronner cette vallée, que la préservation d’un patrimoine vaut bien quelques désagréments. Les locaux savent que ça circule mal, il passent aux heures creuses ou prennent d’autres routes. Les touristes en profitent pour s’arrêter. Voilà, mon avis est partagé.
kaiservinz
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 253
Enregistré le: Sam 23 Oct 2010 07:46
Localisation: entre 38 et 73

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar G.E. » Ven 21 Sep 2018 08:47

Le contournement projeté longe une voie ferrée qui a, en son temps, marqué la vallée. Le couplage des deux infras est assez astucieux.
Avatar de l’utilisateur
G.E.
Patrouilleur
Patrouilleur
 
Messages: 20860
Enregistré le: Ven 29 Avr 2005 19:22
Localisation: Alpes

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Ven 21 Sep 2018 20:58

G.E. a écrit:Le contournement projeté longe une voie ferrée qui a, en son temps, marqué la vallée. Le couplage des deux infras est assez astucieux.


A ceci près que les arches des ponts en pierre se fondent dans le décor et que l'emprise de la voie ferrée est très discrète dans la végétation. Ce ne sera pas le cas des rond-points, des candélabres & panneaux, du bitume et des piles en béton.

Ce projet est porté par un politique qui est resté dans les années 70, à l'époque où on recouvrait la France d'autoroutes. Il a pour délire de faire des barreaux autoroutiers un peu partout autour de Bordeaux (qui n'est même pas en Dordogne...). Il ferait mieux d'entretenir les routes départementales existantes qui sont dans un état pitoyable.

Impressionnant qu'on puisse encore avoir de tels projets en France. Tout l'argent disponible devrait être mis pour améliorer la desserte ferroviaire et non routière. Vivement que le litre d'essence dépasse les 2€.
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar tanaka59 » Ven 21 Sep 2018 22:14

jacques43 a écrit:A ceci près que les arches des ponts en pierre se fondent dans le décor et que l'emprise de la voie ferrée est très discrète dans la végétation. Ce ne sera pas le cas des rond-points, des candélabres & panneaux, du bitume et des piles en béton.

Ce projet est porté par un politique qui est resté dans les années 70, à l'époque où on recouvrait la France d'autoroutes. Il a pour délire de faire des barreaux autoroutiers un peu partout autour de Bordeaux (qui n'est même pas en Dordogne...). Il ferait mieux d'entretenir les routes départementales existantes qui sont dans un état pitoyable.

Impressionnant qu'on puisse encore avoir de tels projets en France. Tout l'argent disponible devrait être mis pour améliorer la desserte ferroviaire et non routière. Vivement que le litre d'essence dépasse les 2€.


Merci pour les bouzeux qui habitent en campagne ... faute de pouvoir habiter en ville a cause de la cherté du foncier mon cher ami ...
tanaka59
Autoroute
Autoroute
 
Messages: 2271
Enregistré le: Lun 17 Mai 2010 13:41

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Ven 21 Sep 2018 22:42

tanaka59 a écrit:Merci pour les bouzeux qui habitent en campagne ... faute de pouvoir habiter en ville a cause de la cherté du foncier mon cher ami ...


Tout le monde ne se déplace pas qu'en voiture à la campagne. Et je ne suis pas contre les routes. Je n'ai jamais dit qu'il fallait barrer la RD703. Je dis simplement qu'il ne faut pas augmenter la place de la voiture ni les capacités routières de ce pays, déjà excessivement développées. Plutôt que d'inciter les touristes à venir en voiture ou en camping-car, il aurait été plus judicieux de réouvrir la gare de Vezac... C'est quand même dingue d'avoir une ligne de train qui passe sur un lieu touristique et où aucun train ne s'arrête !
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 22 Sep 2018 10:43

jacques43 a écrit: il aurait été plus judicieux de réouvrir la gare de Vezac... C'est quand même dingue d'avoir une ligne de train qui passe sur un lieu touristique et où aucun train ne s'arrête !

Le problème c'est la rentabilité du fer ou plutôt sa non-rentabilité en milieu rural.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1027
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Sam 22 Sep 2018 12:14

Je me demande en quoi dépenser 32 M€ (pour 3,5 km) pour défigurer une vallée préservée sera rentable. Encore une fois dès que c'est une route, l'argent coule à flot et le projet est tout de suite légitime.

Dans ce cas couvrons notre pays de béton et de bitume comme l'a fait l'Espagne et voyons si nous devenons riches ! C'est désespérant...

La ligne TER de Bergerac est une des plus fréquentées d'Aquitaine avec en moyenne 3 200 voyageurs / jour. Absolument pas négligeable. C'est autant de bagnoles en moins sur les routes.
Et c'est une hérésie qu'elle ne desserve plus Beynac.
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 22 Sep 2018 15:58

jacques43 a écrit:Je me demande en quoi dépenser 32 M€ (pour 3,5 km) pour défigurer une vallée préservée sera rentable. Encore une fois dès que c'est une route, l'argent coule à flot et le projet est tout de suite légitime.

Dans ce cas couvrons notre pays de béton et de bitume comme l'a fait l'Espagne et voyons si nous devenons riches ! C'est désespérant...

La ligne TER de Bergerac est une des plus fréquentées d'Aquitaine avec en moyenne 3 200 voyageurs / jour. Absolument pas négligeable. C'est autant de bagnoles en moins sur les routes.
Et c'est une hérésie qu'elle ne desserve plus Beynac.


Problème: la ligne (à voie unique) s’arrête à Sarlat (après c'est devenu une voie verte) donc pour venir à Beynac en train ce ne peut être que par Bergerac. Et comme chacun sait, le train est particulièrement souple (c'est de l'ironie): horaires fixes, tracés des lignes déterminés, pas de point-à-point possible, accessibilité à revoir,...d'où son abandon au profit de la route.
Je connais une ligne ferrée dans les pyrénéennes où le Conseil Régional a mis en rénovation plusieurs million d'euros et lors de l’inauguration mis a part les nombreux élus et invités, il n'y avait qu'un passager, la moyenne étant de moins de 10 passager par jour. Cette somme investie aurait permis de subventionner le taxi en première classe à tous les passagers pendant 100ans. Mais que ne ferait-on pas?
Modifié en dernier par colvert le Sam 22 Sep 2018 17:52, modifié 1 fois.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1027
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar JOJO » Sam 22 Sep 2018 16:31

J'ai rien compris à la logique des opposants. Le contournement vas permettre d'éloigner le trafic qui passe actuellement sous le château, donc de préserver ce dernier. On à même entendu Stéphane Bern dire qu'on allait détruire le château pour y faire passer une autoroute. Bonjour la désinformation! A croire que les fumées d'échappement dans le village au pied du château sont écologiques!
JOJO
Périphérique
Périphérique
 
Messages: 606
Enregistré le: Dim 08 Fév 2004 11:29
Localisation: Evry 91

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Sam 22 Sep 2018 17:53

colvert a écrit:
Problème: la ligne s’arrête à Sarlat (après c'est devenu une voie verte) donc pour venir à Beynac en train ce ne peut être que par Bergerac. Et comme chacun sait, le train est particulièrement souple (c'est de l'ironie): horaires fixes, tracés des lignes déterminés, pas de point-à-point possible, accessibilité à revoir,...d'où son abandon au profit de la route.
Je connais une ligne ferrée dans les pyrénéennes où le Conseil Régional a mis en rénovation plusieurs million d'euros et lors de l’inauguration mis a part les nombreux élus et invités, il n'y avait qu'un passager, la moyenne étant de moins de 10 passager par jour. Cette somme investie aurait permis de subventionner le taxi en première classe à tous les passagers pendant 100ans. Mais que ne ferait-on pas?


C'est complètement caricatural. La gare de Vezac est justement très bien située à proximité des campings et des sites touristiques. Tout pourrait se faire à pied ou en vélo une fois qu'on arrive en train. Même la visite de Sarlat est ensuite possible.

C'es juste de la mauvaise volonté pour passer à côté du marché et justifier des projets routiers qui ne règleront aucun problème de circulation.
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar colvert » Sam 22 Sep 2018 18:14

jacques43 a écrit:C'est complètement caricatural. La gare de Vezac est justement très bien située à proximité des campings et des sites touristiques. Tout pourrait se faire à pied ou en vélo une fois qu'on arrive en train. Même la visite de Sarlat est ensuite possible.

C'es juste de la mauvaise volonté pour passer à côté du marché et justifier des projets routiers qui ne règleront aucun problème de circulation.

Donc, si on résume l'idée, pour venir à Beynac on prend le train quelque part du coté de Bergerac et on se débrouille pour terminer à pied ou en vélo (de location). C'est tellement simple que je ne sais pas s'il y aura foule à Beynac dans ces conditions surtout chez nos amis retraités.
Terminons là.

Pour en revenir aux opposants, après avoir été déboutés une première fois en Conseil d’État sur leur recours contre la déclaration de DUP, ils continuent leur actions juridiques et en appellent à nouveau au Conseil d’État :
http://www.patrimoine-environnement.fr/ ... -en-cours/
[...] Les requérants dont l’Association pour la Sauvegarde de la Vallée de la Dordogne et Patrimoine-Environnement ont saisi le tribunal de Bordeaux de trois recours, assortis d’autant de requêtes à fin de suspension, contre le permis d’aménager en Site Patrimonial Remarquable sur les communes de Castelnaud La Chapelle et de Vézac, et contre la décision d’engager les travaux.
Mais, à la surprise générale, le Département a produit, la veille de l’audience, une délibération adoptée, le 18 décembre 2017, par laquelle la commission permanente du conseil départemental de la Dordogne a déclaré d’intérêt général, au sens de l’article L. 126-1 du Code de l’environnement, les travaux du contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac. Rendant ainsi tous les moyens des requérants inopérants.
Les requérants ont fait alors valoir :
que la décision du 18 décembre 2017 était illégale puisqu’elle prenait appui sur une déclaration d’utilité publique de 2001 manifestement caduque ;
que l’enquête publique organisée du 21 août au 17 octobre 2017 aurait dû porter sur celle-ci et permettre au public de se prononcer sur l’intérêt général du projet.
En procédant à des recherches, aucune trace de publication de la délibération du 18 décembre 2017 dans la presse locale n’a été trouvé (non obligatoire) ni aucun affichage régulier. Ils ont, en conséquence, saisi le juge des référés du tribunal administratif de Bordeaux de conclusions tendant à la suspension de cette délibération.
Mais par ordonnance en date du 20 juillet 2018, le juge des référés a rejeté les conclusions de la requête au motif qu’aucun des deux moyens dont il était saisi n’était de nature à créer un doute sur la légalité de la décision attaquée.

Début août, les requérants ont donc décidé de faire un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État afin d’annuler la décision du juge des référés et ordonner la suspension de la délibération du 18 décembre 2017 portant déclaration de projet d’intérêt général.


Pour ceux qui s'intéressent à l’insertion paysagère du projet, le Conseil départemental s'est fendu d'une vidéo de présentation avec photomontages réalistes, coupes et maquette numérique qui montrent que depuis les châteaux on ne voit pratiquement rien sauf avec des jumelles et que seuls un voyageur aérien verra la nouvelle route.
https://vimeo.com/211075569
Ce qui n'a rien à voir avec la présentation paysagère qu'en fait "ASVD Association pour la Sauvegarde de la Vallée de la Dordogne" pour attirer le gogo pour signer sa pétition en ligne.
colvert
Voie Express
Voie Express
 
Messages: 1027
Enregistré le: Jeu 29 Nov 2012 21:43

Re: [ D703 & D704 (24) ] Desserte de Sarlat

Messagepar jacques43 » Dim 23 Sep 2018 09:37

colvert a écrit:Je connais une ligne ferrée dans les pyrénéennes où le Conseil Régional a mis en rénovation plusieurs million d'euros et lors de l’inauguration mis a part les nombreux élus et invités, il n'y avait qu'un passager, la moyenne étant de moins de 10 passager par jour. Cette somme investie aurait permis de subventionner le taxi en première classe à tous les passagers pendant 100ans. Mais que ne ferait-on pas?


Oloron - Bedous : 100 M€ pour 25 km (soit 4 M€ par km).

:arrow: Déviation de Beynac : 32 M€ pour 3,5 km (soit quasiment 10 M€ par km).

Donc oui la route coûte (beaucoup) plus cher que de rénover ou de réouvrir les voies ferrées (et ne règle pas le problème de fond).
jacques43
Route Nationale
Route Nationale
 
Messages: 382
Enregistré le: Mar 30 Avr 2013 13:34

Suivante

Retourner vers Départementales ordinaires & plans routiers locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité